Sensibilisés à l’œuf avant d’en avoir mangé…

La sensibilisation à l’œuf est fréquente chez l’enfant de moins de 2 ans en particulier en cas de dermatite atopique et d’allergie au lait de vache.
La mise en évidence de cette sensibilisation à l’œuf se fait parfois alors que l’enfant n’a encore jamais mangé d’œuf. La pratique d’un test de provocation oral est alors nécessaire pour authentifier l’allergie alimentaire.

Un travail a été mené pour examiner l’association entre le résultat des prick-tests cutanés, le taux des IgE spécifiques des protéines de l’œuf et les résultats des tests de provocation chez des enfants sensibilisés à l’œuf mais n’ayant jamais consommé cet aliment.

Les 154 enfants de moins de 18 mois inclus dans cette étude prospective ont été recrutés à Barcelone entre octobre 2010 et octobre 2011. Ils avaient tous une allergie au lait de vache et/ou une dermatite atopique.

Un prick-test cutané (PTC) a été réalisé pour les protéines de l’œuf puis en cas de positivité, il a été procédé à un dosage d’IgE spécifiques.
Une sensibilisation à l’œuf a été admise en cas de positivité du PTC.

Parmi les 154 enfants testés 94 étaient sensibilisés à l’œuf (57 garçons et 37 filles) et 60 ne l’étaient pas (34 garçons et 26 filles).

L’œuf a été introduit en milieu hospitalier en cas de sensibilisation à cet aliment entre 12 et 18 mois : 27 enfants (28,7 %) étaient tolérants (à la fois à l’œuf cuit et cru) et 67 étaient allergiques avec 29 réactions (30,8 %) à l’œuf cuit (7 au jaune d’œuf et 22 au blanc d’œuf) et 38 réactions (40,5 %) à l’œuf cru.

En l’absence de sensibilisation, l’œuf a été introduit à la maison : 59 enfants étaient tolérants et un seul allergique.

PTC au blanc d’œuf et taux d’IgE spécifiques de l’ovalbumine se sont avérés avoir la meilleur aire sous la courbe. Les valeurs prédictives positives les plus hautes ont été obtenues pour le PTC au blanc d’œuf et pour le taux d’IgE spécifiques du blanc d’œuf.

Selon les résultats de ce travail, le test de provocation pourrait être évité chez les enfants sensibilisés à l’œuf mais n’ayant jamais consommé l’aliment en cas de PTC ≥ 8 mm et/ou de taux d’IgE spécifiques du blanc d’œuf ≥ 8,36 KU/l : la probabilité de sa positivité est alors de 94 %.

Dans les autres cas, la pratique du TPO reste indispensable…

Dr Geneviève Démonet

Référence
Alvaro M et coll : Tolerance to egg proteins in egg-sensitized infants without previous consumption. Allergy 2014, 69: 1350-1356.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Test sur le lait maternel

    Le 16 octobre 2014

    Les enfants avaient-ils été nourris au sein ? Certaines protéines peuvent passer dans le lait maternel et présensibiliser les enfants sans qu'il y en ait eu dans leur alimentation, c'est le cas notamment pour le lait de vache, qui peut être éliminé de l'alimentation de la mère allaitante en cas de dermatite atopique...

    Ghislaine Challamel

Réagir à cet article