Sérologie hépatite C positive, vous avez un message du labo !

Une quantification de l’ARN viral n’est pas toujours demandée après la découverte d’une sérologie positive pour l’hépatite C (VHC). Des auteurs ont voulu en rechercher les raisons puis ont évalué l’intérêt de faire apparaître un message automatique pour la prescription d’une charge virale sur les comptes rendus de résultats.

Entre octobre 2011 et septembre 2014, ont été recueillis 41 403 tests de détection des anticorps du VHC correspondant à 34 073 sujets.

Pas de charge virale demandée pour plus d'un tiers des patients avec anticorps anti-VHC positifs

Parmi eux, 870 (2,55 %) patients avaient une sérologie VHC positive. Un certain nombre ont été exclus : charge virale déjà réalisée, âge < 2 ans, patients perdus de vue et patients décédés pendant la période de suivi. Au final, 423 patients dont la sérologie anti-VHC était positive ont été inclus (72,1 % d'hommes, médiane 47 ans, 11 à 86 ans). Au cours d’un suivi médian de 57,0 mois (45,6 à 82,1), 159 patients (37,6 %) n'ont pas eu de quantification de l’ARN viral (67,9 % d’hommes, médiane 47 ans, 12 à 86 ans).

La majorité de ces patients (79,2 %) étaient suivis en médecine générale tandis que 45,8 % des patients anti-VHC positifs ayant eu une charge virale (n = 264) avaient été vus par des spécialistes en milieu hospitalier.

Aucune différence significative concernant l'âge, le sexe, les comorbidités, la consommation d'alcool et de drogues et les maladies psychiatriques n’a été notée entre les 2 groupes. Cependant, l'absence d'antécédents de toxicomanie, le manque de soutien social et un diagnostic de sérologie VHC positive dans un contexte de médecine générale étaient plus fréquents dans le groupe où la charge virale n’avait pas été mesurée.

L’absence de charge virale est aussi plus souvent observée chez les patients dont les transaminases sont normales. Les auteurs supposent que certains pensent à tort qu’un taux de transaminases normales est synonyme d’absence d’infection active et de lésions hépatiques.

A partir de ce constat, les auteurs ont mis en place un message d’alerte automatique sur les comptes rendus de résultats : "L'OMS et les directives actuelles recommandent de mesurer la charge virale et d'adresser ce patient à un spécialiste".

Une amélioration de la prescription de la charge virale après message automatique

L'impact de l'intervention a été évalué dans la cohorte pré-alerte (octobre 2011-septembre 2014) et dans une cohorte post-alerte (octobre 2014-septembre 2015). Après message automatique, le taux de recherche de l'ARN viral a augmenté de 15 % passant de 62,4 % à 77,7 % (P < 0,001).

En conclusion, des messages simples et clairs améliorent la prise en charge des patients, ce qui montre que les biologistes médicaux ont un rôle de conseil important à jouer auprès des cliniciens.

Dr Sylvie Coito

Référence
Morales-Arraez D et coll. Predictive factors for not undergoing RNA testing in patients found to have hepatitis C serology and impact of an automatic alert. J Viral Hepat., 2019; 26(9):1117-1123. doi: 10.1111/jvh.13122.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article