Sus aux morpions, un consensus !

Un consensus européens a été récemment établi au sujet de la pédiculose pubienne. Olivier Chosidow, connu pour ses publications sur le traitement d’un certain nombre d’ectoparasitoses, faisait partie des experts qui ont élaboré ces recommandations.

Il est rappelé  que la pédiculose pubienne est liée à Phthirus pubis et que la contamination se fait par contact sexuel et moins souvent par des objets contaminés : vêtements ou affaires de toilette. Le parasite infecte les poils terminaux du pubis et de la région péri-anale. La durée de vie du parasite est inférieure à 1 mois et pendant cette période, la femelle pond des œufs qui vont eux-mêmes devenir adultes et pérenniser l’infection. Le prurit est le signe cardinal de la phtiriase pubienne et on décrit également des macules bleutées dans la région pubienne évocatrices du diagnostic. L’atteinte concomitante des cils et des sourcils est possible.

L’ivermectine, une solution élégante

Les recommandations pour le  traitement de la phtyriase pubienne sont les suivantes : en première ligne l’application de perméthrine à 1 % laissée en place 10 minutes et répétée 10 jours plus tard est préconisée, en seconde ligne le malathion laissé en place une douzaine d’heures ou l’ivermectine à la dose de 250 ou 400 µg/kilo en 1 seule prise répétée 7 jours plus tard sont proposés. La place de l’ivermectine topique est maintenant discutée ainsi que celle du benzoate de benzyle.

Les experts rappellent que la perméthrine est utilisable en cas de grossesse ou d’allaitement et que, pour la  pédiculose des cils, l’utilisation d’oxyde de mercure en topique reste d’actualité bien que l’ivermectine soit une solution élégante et adaptée à cette localisation.

Le traitement des partenaires, s’ils sont identifiés, est bien entendu indispensable. Il est également important de rappeler aux patients présentant une pédiculose pubienne qu’elle ne peut pas être transmise via les cuvettes de toilettes comme beaucoup de patients ou patientes le croient ou le suggèrent !

Dr Patrice Plantin

Référence
Salavastru CM et coll. : European guideline for the management of pediculosis pubis. J Eur Acad Derm Venereol., 2017; 31: 1425-28

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article