Tétanos en France, on peut encore en mourir…

Le tétanos est une toxi-infection aiguë grave, due à une exoneurotoxine très puissante produite par Clostridium tetani, bacille anaérobie à Gram positif. C’est une bactérie commensale du tube digestif des animaux. Ses spores persistent dans les déjections animales et/ou dans le sol et pénètrent dans l’organisme via une plaie cutanée ; ainsi le sol est le « réservoir » du tétanos [1]. Le réservoir étant tellurique, l’éradication humaine du tétanos est impossible.  

L’infection est souvent mortelle, nécessitant une hospitalisation en réanimation. Le tétanos généralisé est une maladie à déclaration obligatoire en France. Le vaccin d’une efficacité et d’une innocuité quasiment parfaites existe depuis plus de 70 ans. La vaccination a été introduite en France en 1940 [2]. Une dose du vaccin inactivé (0,5 ml) contient l’anatoxine tétanique adsorbée sur hydroxyde d’aluminium [3].     

Il n’y a pas de transmission interhumaine ; une couverture vaccinale élevée dans la population ne protège pas les sujets non ou mal vaccinés [2].      

Seule la vaccination individuelle complète, incluant les rappels, protège contre l’infection. Une particularité dans les maladies infectieuses : les personnes infectées qui guérissent du tétanos n’acquièrent pas d’immunité et peuvent donc être à nouveau infectées.

Malgré le succès de la vaccination

En raison de l’efficacité de la vaccination et de sa généralisation, les infections sont devenues très rares en France et dans l’ensemble des pays industrialisés ; grâce à la mise en place du Programme élargie de vaccinations mondial, le recul du tétanos a été très fort même dans les pays en développement [4].          

La courbe présentée ci-dessous (Santé Publique France [5] ) montre l’effondrement du nombre de cas et de décès déclarés en France. En 1945, soit cinq ans après le début de la vaccination, environ 1 000 décès par tétanos étaient déclarés ; en 1975, 369 cas et 171 décès étaient recensés et en 2013, 10 cas et 1 décès.


Santé publique France vient de publier le 14 avril 2022 les données de la surveillance épidémiologique du tétanos sur la période 2012-2021 en France [4] :     

- Entre 1 et 10 cas de tétanos ont été déclarés annuellement ces 10 dernières années (taux d’incidence annuelle moyenne : 0,07 cas pour un million d’habitants). Ce taux d’incidence augmente avec l’âge : Il est de 0,14 entre 70 et 79 ans, de 0,75 après 80 ans. Il est plus élevé chez les femmes (0,09) que chez les hommes (0,05) ; une des raisons est que les femmes ont moins bénéficié dans leur vie adulte de rappels, ne serait-ce qu’à l’occasion du service militaire, lequel a été suspendu en 1997.          

- La population âgée est donc la plus à risque : les 3/4 des malades étaient âgés de 70 ans et plus.

- La létalité a été de 29 % (35 % chez les plus de 70 ans, 14
% chez les moins de 70 ans).   

- La maladie n’a touché que des personnes non ou mal vaccinées (pas de rappel) ; même les enfants étaient touchés : 3 cas ont été déclarés chez des enfants non vaccinés âgés de 3 à 8 ans. 

- La porte d’entrée était dans la majorité des cas une blessure légère, souillée par de la terre ou des débris végétaux), ou plus rarement, dans 15 à 20 % des cas, une plaie chronique. Pour 10 à 20% des malades, la porte d'entrée était inconnue.

La vaccination individuelle comme seule prévention tout au long de la vie

Le tétanos ne touche que des personnes non ou mal vaccinées.

Les cas de tétanos et les décès qui persistent pourraient donc être évités par une meilleure vaccination des adultes et des enfants, et par la vaccination associée à l’injection d’immunoglobulines spécifiques en cas de plaie chez des sujets non vaccinés.

La vaccination contre le tétanos (vaccin inactivé) est obligatoire pour les nourrissons avec une primo-vaccination avec 2 doses, administrées à l’âge de 2 et 4 mois et une dose de rappel à l’âge de 11 mois. Les rappels dans l’enfance, à l’adolescence et à l’âge adulte sont recommandés car tout aussi indispensables. Les rappels doivent être faits à l’âge de 6 ans, puis entre 11 et 13 ans.

Chez l’adulte, les rappels sont administrés à l'âge de 25, 45 et 65 ans, puis tous les 10 ans (à 75, 85, 95 ans...) compte tenu de l’immunosénescence. Chez les adultes non vaccinés, la primo-vaccination comporte 2 doses à 2 mois d’intervalle, avec un rappel 8 à 12 mois plus tard. Le calendrier vaccinal est ensuite repris en fonction de l’âge, en respectant un intervalle minimum de 5 ans après la dernière dose injectée.    

La vaccination contre le tétanos et les rappels tous les dix ans sont obligatoires pour certaines professions *             

Le vaccin monovalent contre le tétanos n'est plus disponible en France depuis juillet 2018, tous les vaccins disponibles sont combinés à d’autres vaccins**.                   

Pour conclure, nous pouvons tous contracter un tétanos ; nous sommes donc tous concerné par la vaccination et cela tout au long de la vie.

* Vaccinations obligatoire en France pour les professions suivantes : les personnels militaires ; les personnels des services de secours et d’incendie ; les personnels d’établissements pénitentiaires ; les personnels de services médico-sociaux prenant en charge des enfants ou des personnes âgées ; les personnels d’entreprises funéraires.
* * Le vaccin monovalent contre le tétanos n'est plus disponible en France depuis juillet 2018. Tous les vaccins disponibles sont combinés à d’autres vaccins. Le vaccins trivalent (tétanos, diphtérie et poliomyélite), le tétravalent (tétanos, diphtérie, poliomyélite et coqueluche), le pentavalent (tétanos, diphtérie, poliomyélite, coqueluche et méningites à Haemophilus influenzae b),  l’Hexavalent (tétanos, diphtérie, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae b et hépatite B).

Pr Dominique Baudon

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • J'accuse !

    Le 17 mai 2022

    au moment de ceci : https://childrenshealthdefense.org/defender/nih-scientists-millions-royalties/ d'un coté et de l'autre cela : Biden cède la souveraineté américaine à l'OMS https://breggin.com/article-detail/post_detail/Biden-Handing-Over-US-Sovereignty-to-WHO

    Ce me semblerait souhaitable de méditer sur deux aspects : d'une part la responsabilisation effective pénale des corps médicaux pour non usage correct du vaccin pour le tétanos avant de vouloir imposer toute mesure de contrainte, sur le dossier covid. D'autre part d'envisager des mesures de contraintes financières significative des états, concernant l'épidémie la plus meurtrière qu'est l'obésité infantile. Comment, en effet des pays incapable de s'occuper de leurs enfants, comme les USA, et désormais la France, peuvent-il prétendre détenir la bonne médecine, vu la définition en usage ? Que des pouvoirs élargis associés à des contraintes financières potentielles soient donnés à l'O.M.S pour une pathologie microbiologique comme le tétanos d'un coté et le respect du bon poids des enfants de l'autre, ce me semble une voie plus sage, pour cette structure supra nationale qui ne brille pas pour son efficience.

    Dr Bertrand Carlier

  • Compléments

    Le 19 mai 2022

    - La vaccination antitétanique est la mieux tolérée et la plus efficace de toutes les vaccinations.
    - Ne jamais oublier de la proposer à tous vos patients, âgés en particulier évidemment (et de tenir à jour leur carnet vaccinal dans vos dossiers).
    - C'est une vaccination uniquement contre la toxine (anatoxine, comme la diphtérie) et non la bactérie d'où, entre autre, aucun effet épidémiologique.
    - La maladie n'est, en effet, pas immunisante. On suppose que c'est du à ce que la dose de toxine qui serait immunisante est 10 à 100 fois la dose létale.

    Dr Yves Gille, microbiologiste retraité

Réagir à cet article