Traitement de la constipation chronique : de nouvelles données avec MELODIE

La constipation chronique est un symptôme très fréquent qui touche 10 à 15 % de la population. Le diagnostic repose actuellement sur les critères de Rome IV (2017) qui définissent une constipation chronique par la présence d’au moins 2 des signes suivants au cours des 3 derniers mois : moins de 3 évacuations spontanées par semaine, efforts de poussée, selles dures ou fragmentées, sensation d’évacuation incomplète, sensation de blocage ano-rectal, nécessité de manœuvres digitales pour aider à l’exonération. Ces symptômes sont pris en compte s’ils sont présents dans au moins 25 % des défécations et s’ils persistent depuis plus de 6 mois. Les critères stipulent aussi que des selles molles sont rares sans l’utilisation de laxatifs et qu’un diagnostic du syndrome de l’intestin irritable ne doit pas être posé (1).

Les recommandations de la SNFCP  

En ce qui concerne la prise en charge de la constipation chronique de transit, les dernières recommandations ont été édictées fin 2016 par la Société Nationale Française de Colo-Proctologie (SNFCP) (2). En premier lieu, sont préconisées différentes règles hygiéno-diététiques qui suffisent souvent à rétablir un transit normal (cf encadré).

Lorsque ces mesures sont insuffisantes, ou en complément, les laxatifs osmotiques (polyéthylène glycol [PEG] et lactulose), ou les laxatifs de lests (graines de psyllium, son de blé, gomme de sterculia…), sont recommandés en première intention (grade B pour les deux types de laxatifs).

De plus, la SNFCP précise, en se basant sur une méta-analyse de 10 essais randomisés (2010), que le PEG est d’une efficacité supérieure à celle du lactulose pour améliorer la fréquence, la consistance des selles et les douleurs abdominales.

En cas d’échec des laxatifs osmotiques ou de lests, sont recommandés en 2e intention les laxatifs lubrifiants (à base de paraffine liquide), les laxatifs stimulants (bisacodyl, bourdaine, docusate sodique…), ou le prucalopride (agoniste sérotoninergique sélectif colokinétique). A noter que les laxatifs stimulants étaient auparavant exclus car leurs effets secondaires avaient probablement été surestimés.

Les probiotiques n’ont pas fait la preuve de leur efficacité dans la constipation chronique de l’adulte jusqu’à présent.

Enfin, selon ces recommandations de la SNFCP et « malgré l'absence de données scientifiques », il est possible d'associer différentes classes de laxatifs.

Quoi de neuf en 2019 du coté des laxatifs osmotiques ?

Une étude clinique récente prospective et randomisée (MELODIE), présentée aux JFHOD 2019, apporte de nouvelles données sur les laxatifs osmotiques (3). Dans ce travail, l’association lactulose-paraffine (Melaxose®) a été comparée au PEG (Movicol® : polyéthylène-glycol) dans la constipation chronique idiopathique chez 362 patients (73 % de femmes, âge moyen 53 ans). Le critère principal d’évaluation était l’évolution à J28 d’un score validé et reconnu, le PAC-SYM (Patient-Assessment of Constipation). Il en ressort que l’efficacité de l’association lactulose-paraffine n’est pas inférieure à celle du PEG que ce soit en termes d’exonérations spontanées ou de pourcentage de selles dures. Le changement ressenti était « mieux » ou « nettement mieux » pour 63 % des patients du groupe MEL et 57 % de ceux du groupe MOV et les traitements étaient jugés « efficace » ou « très efficace » par le médecin, respectivement chez 72 % et 66 % des patients. L’amélioration de la qualité de vie était également importante dans les 2 groupes et la tolérance des 2 traitements était très satisfaisante.

Pour les auteurs de cette étude « Melaxose® peut ainsi être utilisé en première intention des traitements médicamenteux dans la constipation idiopathique chronique sans perte d’efficacité par rapport au polyéthylène-glycol. »

A suivre…

Règles hygiénodiététiques (2)
- arrêt des médicaments pouvant occasionner une constipation secondaire,
- conseils d’aide à la défécation (grade C),
- prise quotidienne de fibres alimentaires pour atteindre progressivement (sur 2 semaines) 25 g/jour pour une constipation chronique légère à modérée (grade B),
- hydratation par des eaux riches en minéraux surtout en magnésium (grade B).

Dr Isabelle Birden

Références
(1) Simren M et coll. : Update on Rome IVcriteria for colorectal disorders : implications for clinical practice. Curr Gastroenterol Rep. 2017 19 (4) : 15.
(2) Recommandations pour la Pratique Clinique. Prise en charge de la Constipation 2016. Travail mené par la SNFCP (coordonnateur : Pr Véronique Vitton, AMU- APHM Marseille ; Dr Henri Damon, HCL, Lyon ; Pr Laurent Siproudhis, CHU Rennes).
(3) Dapoigny M et coll. : Impact de Melaxose® versus Movicol® dans la constipation chronique idiopathique de l’adulte : résultat d’une étude prospective randomisée. Les journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive/JFHOD 2019 (Paris) : 21 – 24 mars 2019.

Copyright