Un régime méditerranéen ou pauvre en graisses pour traiter la stéatose hépatique

En France, 32,3 % des personnes de 18 ans et plus sont en surpoids (25 ≤ IMC < 30 kg/m²) et 15 % présentent une obésité (IMC ≥ 30 kg/m²) ; la stéatose hépatique toucherait 10 à 20 % d’entre eux. La présence de cette dernière est corrélée avec la survenue de maladies cardiovasculaires et d’une insulino-résistance et fait le lit d’une complication appelée stéato-hépatite ou NASH, qui peut évoluer vers une cirrhose dans 15 % des cas.

Le traitement médicamenteux de la surcharge graisseuse intrahépatique reste dépendant de nouvelles molécules en expérimentation clinique. Il est maintenant admis qu’une perte pondérale, de 5 à 7 % par rapport au niveau initial, a un important effet sur la stéatose et la sévérité de la NASH

La base du régime repose sur une alimentation équilibrée hypocalorique et hypolipidique avec une note hypoglucidique plus accentuée en cas de diabète sous-jacent. Les aliments à index glycémique élevé (sucre, céréales raffinées, pain, riz, pommes de terre) doivent être limités au profit de céréales entières, légumes et fruits. Ce régime permet de réduire la sécrétion insulinique post prandiale, la synthèse et le stockage des lipides intrahépatiques. La quantification de la stéatose fait appel à la résonance magnétique spectroscopique pour mesurer la quantité de lipides intrahépatiques.

Si une nourriture riche en lipides (notamment en acides gras saturés est un facteur de risque bien authentifié, les régimes pauvres en cholestérol ont donné des résultats contrastés, tandis que les acides gras polyinsaturés seraient bénéfiques.

Le régime méditerranéen répond le plus souvent à ces objectifs. Il associe classiquement fruits, légumes, noix, fèves, graines, huile d’olive avec une consommation modérée de produits laitiers (fromages et yogourt), poissons et peu de viande avec 1 à 2 verres de vin par jour. Les données du Fibroscan confirment l’intérêt de cette approche diététique, corrélée avec une insulino-résistance et une hépatopathie moins sévères.

Régression de la stéatose de 39 %

Une petite étude interventionnelle prospective et randomisée sur 12 participants suivis durant seulement 6 semaines a comparé les effets d’un régime méditerranéen avec ceux d’un régime contrôle pauvre en graisses et riche en hydrocarbones. La réduction pondérale n’a pas été effective mais la stéatose a régressé de 39 % avec diminution de l’insulino-résistance et l’insuline basale.

Une nouvelle étude interventionnelle a comparé, chez 48 patients avec un IMC moyen de 31 kg/m2, les effets d’un régime méditerranéen ou pauvre en graisses avec la reprise d’une activité physique. A 3 mois, la perte pondérale (-1,5-2 kg) et la diminution du tour de taille (3-4 cm) restent mineures et similaires dans les 2 groupes.

Les enzymes hépatiques s’améliorent et le contenu graisseux intrahépatique diminue de 25-30 % de façon équivalente. Les résultats du Fibroscan sont inchangés. Le score de Framingham, les dosages lipidiques et l’HbA1c s’améliorent uniquement dans le groupe « régime méditerranéen »

L’approche diététique, probablement plus restrictive que les 2 400-2 600 calories autorisés dans l’étude, constitue donc la pierre angulaire du traitement de la stéatose et de ses facteurs de risque cardiovasculaires associés.

Le régime méditerranéen isocalorique possède des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes qui expliquent, en partie, l’effet protecteur contre une NASH et une fibrose sous-jacente, dont le diagnostic de certitude reste difficile en l’absence d’histologie.

Dr Sylvain Beorchia

Références
Properzi C, O'Sullivan TA, Sherriff JL, Ching HL, Jeffrey GP, Buckley RF, et coll. : Ad libitum Mediterranean and low fat diets both significantly reduce hepatic steatosis: a randomized controlled trial. Hepatology 2018 ; 68(5):1741-1754. doi: 10.1002/hep.30076.
Targherc G, Christopher D. Byrne DC : Ad Libitum Mediterranean or Low-Fat Diets as Treatments for Nonalcoholic Fatty Liver Disease? 2018; 68(5):1668-1671. doi: 10.1002/hep.30142

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article