Un risque accru de pathologie respiratoire pour les enfants nés par césarienne programmée

La naissance par césarienne (20 % des naissances environ) n’est justifiée qu’en cas de détresse fœtale ou d’obstacle prævia. La césarienne est associée à une morbidité maternelle significative. Le nouveau-né lui-même peut souffrir de détresse respiratoire, de tachypnée transitoire, d’hypertension pulmonaire. Les risques à long terme sont moins connus. La morbidité suggérée comprend le diabète et l’asthme. L’évaluation des pathologies respiratoires a donné lieu à des résultats contradictoires.

Des obstétriciens et pédiatres de l’Université de Soroka ont procédé à une étude rétrospective à partir du seul centre tertiaire du sud d’Israël. L’évolution respiratoire de tous les enfants singletons nés de 1991 à 2014 à partir de 37 semaines a été analysée, en excluant ceux souffrant de malformations,  ayant un retard de croissance intra-utérin ou nés à la suite de pathologies obstétricales.

Les césariennes programmées (ou électives CE) étaient définies comme une intervention non urgente liée à une césarienne antérieure, la présentation ou la demande maternelle.

Pendant la période considérée, 132 054 accouchements remplissaient les critères : 11 746 par CE (8,9 %), 120 308 par voie basse (91,1%). Le groupe CE différait par l’âge maternel moyen (30,6 ans vs 27,8), les traitements pour infertilité (3,5 % vs 0,7 %), l’âge gestationnel (38,6 semaines vs 39,5), les scores d’Apgar à 5 mn < 7 (2,6 % vs 0,6 %) [P < 0,001 pour tous ces paramètres]. En revanche, les poids de naissance étaient comparables.

Apnées du sommeil et insuffisance respiratoire surtout

Toutes les hospitalisations en pédiatrie jusqu’à l’âge de 18 ans ont été évaluées. Au total, 5 736 enfants ont été hospitalisés pour pathologie respiratoire : 608 (5,2 %) dans le groupe CE contre 5 135 (4,3 %) dans le groupe accouchement par voie basse (P < 0,001). Toutes les catégories de pathologies respiratoires étaient plus communes dans le groupe CE et de façon plus significative les apnées du sommeil et les insuffisances respiratoires. Les CE étaient associées à une incidence cumulée de pathologies respiratoires plus élevée (Kaplan-Meier p<0,001). Après contrôle en fonction de l’âge gestationnel, l’âge maternel et les petits poids de naissance (facteurs indépendants de risque de pathologie respiratoire ultérieure), le risque relatif ajusté (RRa) a été calculé à 1,22 (intervalle de confiance à 95 % IC 1,12-1,33). En ne tenant compte que des naissances avant 2004 pour un recul minimum de 10 ans, le RRa était de 1,18 (IC 1,03-1,34 ; P=0,01).

Ainsi, la césarienne programmée à terme semble être un facteur de risque significatif de morbidité respiratoire à long terme pour l’enfant.

Pr Jean-Jacques Baudon

Références
Baumfeld Y et coll. : Elective cesarean delivery at term and the long-term risk for respiratory morbidity of the offspring. Eur J Pediatr., 2018; 177: 1653-1659.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article