Vaccin contre le VIH : en route pour « Imbokodo »

Les thérapies préventives et curatives contre l’infection à VIH ont prouvé leur efficacité. Un vaccin n’en reste pas moins nécessaire pour espérer mettre fin durablement à la pandémie mondiale d’infection par ce virus.  En 2016, 1,8 millions de nouveaux cas étaient encore recensés dans le monde. Mais la mise au point de vaccins se heurte à de sérieux obstacles, dont la grande capacité du virus de muter et d’établir rapidement des réservoirs latents, et le manque de comparabilité directe entre les études pré-cliniques et les essais cliniques.

Plusieurs essais ont déjà été menés et ont souvent conduit à des déceptions. Un seul essai d’efficacité est actuellement en cours.

C’est dans ce contexte que le Lancet publie les résultats d’un essai de phase 1/2, l’essai APPROACH, destiné à évaluer un nouveau vaccin candidat. Il s’agit d’un vaccin mosaïque, Ad26.Mos.HIV. Au total 393 patients ont été recrutés dans plusieurs régions du monde (Afrique de l’est, Afrique du sud, Thaïlande et États-Unis). Âgés de 18 à 50 ans, en bonne santé, ils étaient considérés comme à faible risque d’infection par le VIH. Les premières injections étaient faites à 0 et 12 semaines, puis un rappel administré à 24 et 48 semaines, avec le même vaccin ou avec le vaccin modifié Ankara (MVA, qui a fait ses preuves d’efficacité dans des essais menés sur des singes). Les rappels contenaient ou non un adjuvant, à faible dose ou à forte dose. Enfin, un groupe placebo était constitué, qui recevait au même rythme des injections de sérum salé à 0,9%.

Parallèlement était mené un essai sur des singes, qui, après avoir été vaccinés, étaient exposés à six administrations intrarectales d’une solution contenant du HIV.

Résultats prometteurs en termes d’immunogénicité

Le vaccin apparaît bien toléré, quel que soit le protocole d’injection. L’effet indésirable le plus fréquent est la douleur au point d’injection, retrouvé dans 69 à 88% des cas dans les groupes ayant reçu le vaccin et 49% du groupe placebo. Cinq patients ayant reçu le vaccin ont signalé des effets de grade 3 : douleur abdominale et diarrhée, élévation des ASAT, vertiges positionnels, lombalgie ou malaise.

Quant à l’immunogénicité du vaccin, les résultats à 52 semaines, après les 4 injections, sont très prometteurs. Deux protocoles remplissent les critères pré-spécifiées d’immunogénicité : celui Ad26 en primo-vaccination et en booster (Ad26/Ad26), avec la dose élevée d’adjuvant, et celui avec Ad26 puis MVA avec la plus forte dose d’adjuvant. La première formule est la plus immunogène et suscite une réponse spécifique contre les protéines d’enveloppe chez 100% des patients, une réponse des cellules phagocytaires (80%) et, dès 50 semaines, une réponse des cellules-T (83%). Cette vaccination induit chez le singe une réponse de la même magnitude et confère une protection de 67% contre l’infection après les 6 injections de solution virale.

Au vu de ces résultats, un essai clinique d’efficacité de phase 2b a été initié, intitulé « Imbokodo », mot signifiant « roc » en zoulou. Le protocole Ad26/Ad26 avec la plus forte dose d’adjuvant a été choisi pour être évalué chez 2600 femmes en Afrique du sud. L’éditorial du Lancet souligne que la mise au point d’un vaccin, même modérément efficace, associé aux stratégies de prévention et de traitement, contribuerait fortement à l’évolution de la riposte au VIH et au SIDA.

Dr Roseline Péluchon

Références
Barouch DH et coll. : Evaluation of a mosaic HIV-1 vaccine in a multicentre,randomised, double-blind, placebo-controlled, phase 1/2aclinical trial (APPROACH) and in rhesusmonkeys (NHP 13-19). Lancet 2018 ; publication avancée en ligne le 6 juillet. doi.org/10.1016/S0140-6736(18)31364-3
Pavlakis GN et coll. : A new steptowards an HIV/AIDS vaccine. Lancet 2018 ; publication avancée en ligne le 6 juillet. doi.org/10.1016/S0140-6736(18)31548-4

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article