Vers une manœuvre de Heimlich revisitée ?

Manœuvre de la chaise

L’obstruction des voies respiratoires due à l’inhalation accidentelle d’un corps étranger est une cause commune de décès, en particulier chez les personnes âgées. La manœuvre de Heimlich est une intervention bien connue de premiers secours en ce cas. Le conseil européen de réanimation recommande en cas d’asphyxie par inhalation de corps étranger chez un adulte conscient la réalisation d’une combinaison de tapes dans le dos et de compressions abdominales par la méthode de Heimlich, sans ordre préférentiel.

Certains experts sont cependant réservés sur l’emploi de la manœuvre de Heimlich, du fait de complications décrites (fractures costales, perforation de l'estomac, du jéjunum ou de l'œsophage . . .). D’autre part, une pression externe exercée sur l'abdomen est nécessairement transmise par le diaphragme, indépendamment de sa direction : il n'y a donc aucune raison théorique à orienter la pression vers le haut.

Quatre types de compressions

Afin d’explorer ces questions, une équipe de physiologistes a testé différentes manœuvres expulsives :

-une compression horizontale. L'opérateur se place derrière la victime, les poings joints placés au-dessus du nombril. Il tire en arrière en commençant par une force moyenne et en augmentant progressivement l’intensité, jusqu'à ce que la pression maximale acceptable par le sujet soit atteinte.
-Une manœuvre de Heimlich « classique » avec une direction de force ascendante.
-L’auto-compression : dans ce cas le participant place ses propres mains dans la position standard pour la manœuvre abdominale et exerce des poussées en augmentant la force maximale.
-La compression avec une chaise : le participant se positionne au-dessus du dossier d'une chaise, en utilisant la gravité, le poids corporel et les bras pour une force supplémentaire, et permet ainsi à l'arrière de la chaise de pousser dans son abdomen (voir Figure 1).

Toutes ces manœuvres ont été effectuées par quatre chercheurs de physiologie, adultes âgés en médiane de 56,5 ans et d’indice de masse corporelle médians de 25,9 kg/m2. Des cathéters à ballonnet œsophagien et gastrique ont été placés pour enregistrer les pressions générées.

Les pressions les plus élevées avec la manœuvre de la chaise

La direction avec laquelle la compression abdominale est effectuée (Heimlich ou pression horizontale comme dans la première description) n'affecte pas les pressions intrathoraciques : la pression œsophagienne est de 57 (± 17 cm) H2O pour la manœuvre de Heimlich et de 53 (± 11 cm) H2O pour la poussée abdominale horizontale (p = 0,7).

Les compressions abdominales auto-administrées produisent des pressions similaires à celles effectuées par une autre personne. La manœuvre effectuée à l’aide du dossier de chaise génère des pressions plus élevées que les autres manœuvres : la pression œsophagienne atteint 115 (± 27 cm) H2O (p = 0,008 par rapport à la manœuvre de Heimlich).

Les compressions abdominales « autoadministrées » apparaissent physiologiquement aussi efficaces que la manœuvre de Heimlich pour générer des pressions intrathoraciques expulsives, et les compressions à l’aide de la chaise sont capables de produire les pressions les plus hautes. Les auteurs conseillent donc cette séquence de manœuvres en cas d’inhalation de corps étranger chez un adulte.

Dr B. Jourdain

Référence
Pavitt MJ et coll. : Choking on a foreign body: a physiological study of the effectiveness of abdominal thrust manoeuvres to increase thoracic pressure Thorax June 2017 ; 72 (6) : 576-578.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Une expérience personnelle

    Le 24 juillet 2017

    J'ai fait une manœuvre de compression à ma femme qui avait avalé un bonbon contre la toux après avoir toussé puis inspiré. Plus un son, rien. Elle était presque accroupie pour que je puisse taper entre les deux omoplates. Le bonbon antitussif a fusé sur la vitre de la fenêtre. Le fait qu'elle ait toussé avant puis inspiré a gonflé au maximum ses poumons ce qui fait le succès de cette manœuvre.
    Pour l'anecdote je me suis au lendemain attaché à m'entraîner à la trachéotomie.

    Dr Frédéric Langinier

  • Diagnostic d'abord, et fusil à un coup

    Le 06 août 2017

    Au cours d'un joyeux repas de famille, mon épouse s'est levée d'un bond, a disparu en sautillant dans le couloir, les enfants riaient très fort... Elle est revenue, rouge, les yeux exorbités, incapable de produire un son, pas le moindre râle, aucun souffle, le silence total, un appel au secours muet.
    Le temps de juger la situation, j'ai fait une seule pression, abdomen + bas du thorax, de toutes mes forces, et elle s'est débloquée. Elle s'est alors précipitée à la fenêtre pour effectuer de stridentes inspirations.
    Bref, en cas de blocage total, on n'a que le volume résiduel à exploiter, et c'est du fusil à un coup. Pas trop le temps de penser aux côtes cassées, il faut juste se dire qu'il n'y aura pas de plan B.
    Et c'est du secourisme, pas question d'appeler des secours qui arriveraient trop tard.
    Après cette expérience personnelle, et pour expliquer aux secouristes, je prenais une bouteille d'eau minérale plastique vide, le bouchon à peine enfoncé, et je pressais la bouteille : le bouchon doit sauter du premier coup, sinon on se retrouve avec une bouteille à moitié écrasée devenue incapable d'expulser quoi que ce soit.
    Anecdote : quand mon épouse a retrouvé une respiration normale, après quelques minutes, ses premiers mots ont été : "Tu as hésité !". Les quelques secondes nécessaires au diagnostic lui avaient paru bien longues...
    C'était il y a 25 ans. On n'a plus jamais fait des frites zigzag à la maison
    JM. Malby

Réagir à cet article