Zika et Guillain-Barré : le risque quantifié

Au delà d'une affection fébrile auto-limitée associée à un rash et des arthralgies, le virus Zika peut être, on le sait depuis quelques mois, responsable d'embryo et de fœtopathies graves et notamment de microcéphalies.

Ce neurotropisme qui s'observe dramatiquement durant la vie intra-utérine peut également se manifester chez l'enfant et l'adulte sous la forme de syndromes de Guillain-Barré comme l'a révélé une étude française conduite à la suite de l'épidémie survenue en Polynésie Française entre octobre 2013 et avril 2014.

Pour confirmer ce lien entre Zika et Guillain-Barré et évaluer l'ampleur du phénomène, une équipe de la Pan American Health Organization a étudié rétrospectivement l'épidémiologie de tous les cas de Zika et de syndrome de Guillain-Barré (SGB) déclarés entre avril 2015 et mars 2016 dans la province de Bahia au Brésil et dans plusieurs pays d'Amérique centrale et du sud (Colombie, République dominicaine, Salvador, Honduras, Surinam et Venezuela).

1 404 Guillain-Barré et 164 237 cas de Zika

Il est apparu que l'incidence des cas de Guillain-Barré durant cette période a évolué parallèlement à celle des observations de Zika avec, lors des semaines de forte transmission du virus Zika, une augmentation majeure du nombre de cas de Guillain-Barré. Ainsi, par exemple par rapport aux périodes ayant précédé l'apparition du Zika, l'incidence du Guillain-Barré a été multipliée par 9,8  au Venezuela et par 3,1 en Colombie (aboutissant à 684 observations de SGB au Venezuela contre 70 attendus sur la période). De plus l'analyse des déclarations hebdomadaires des cas de Zika et de GB a montré une concordance temporelle des deux épidémies avec toutefois environ deux semaines de retard pour les déclarations de Zika (ce qui pourrait s'expliquer par des délais de déclaration plus longs pour une affection en apparence bénigne comme le Zika que pour une pathologie grave comme le SGB).  Durant la même période aucun lien statistique n'a été mis en évidence entre les cas de dengue et de SGB.

Ces syndromes de GB liés au Zika atteignaient un peu plus souvent les hommes que les femmes et leur incidence augmentait avec l'âge.

Cette étude qui permet d'appréhender  l'importance du risque de syndrome de Guillain-Barré lors des épidémies de Zika (entre 0,5 et 2 % des cas de Zika selon ces données) devrait permettre aux autorités sanitaires des régions concernées de préparer leurs services d'urgence et de réanimation à prendre en charge des centaines de cas supplémentaires de SGB lors des prochaines épidémie de Zika. 

Dr Anastasia Roublev

Référence
dos Santos T et coll.: Zika virus and the Guillain-Barré syndrome. Case series from seven countries. N Engl J Med 2016; publication avancée en ligne le 31 août (DOI: 10.1056/NEJMc1609015).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article