Les vaccins contre les infections à rotavirus désormais remboursés par l’Assurance maladie

Paris, le mercredi 23 novembre 2022 – La vaccination contre les infections à rotavirus des nourrissons de 6 semaines à 6 mois avait été recommandée en 2013 par les autorités sanitaires. Cependant, plusieurs cas d’invagination intestinale aiguë (IIA) associés à cette vaccination avaient conduit à un retrait de cette préconisation du calendrier vaccinal en 2015.

Néanmoins, une partie importante des pédiatres continuait à conseiller cette vaccination aux familles, notamment pour les enfants à hauts risques, en raison de leur état de santé ou de leur mode de garde. En effet, les études internationales sur le sujet et les données épidémiologiques, ont, année après année, confirmé le bénéfice de cette protection.

Récemment, une revue systématique de la littérature concernant les 13 pays européens qui recommandaient en 2018 cette vaccination a confirmé que la vaccination antirotavirus, soit par RotaTeq (RV5 ; Merck Sharp & Dohme) ou par Rotarix (RV1 ; GlaxoSmithKline), a permis une diminution substantielle du nombre d’hospitalisations liées aux gastro-entérites chez les jeunes enfants. Ces travaux montrent également qu’un niveau de vaccination élevé chez les nourrissons favorise une protection collective qui a un impact également sur les tranches d’âge plus élevées.

Remboursement à 65 %


Forte de ces résultats et alors que les données de sécurité signalent que le surrisque d’invagination intestinale aiguë (IIA) ne dépasse pas 6 cas pour 100 000 enfants dans les 7 jours suivant la vaccination, la Haute autorité de Santé (HAS) a en juillet dernier recommandé à nouveau la vaccination des nourrissons. Plusieurs freins demeurent cependant pour que cette vaccination s’impose en routine.

Le premier d’entre eux est son coût. Il vient d’être levé avec la publication hier d’un arrêté au Journal officiel qui annonce le remboursement à 65 % des deux vaccins contre les infections à rotavirus. Ainsi, le prix de Rotateq a été fixé à 52,16 euros et sa prise en charge sera assurée pour toute vaccination entre 6 et 24 semaines, quand celui de Rotarix est de 58,46 euros, avec une prise en charge de 6 à 32 semaines.

Une sensibilisation indispensable


Ce remboursement qui était attendu tant par les pédiatres que par les familles ne suffira cependant sans doute pas totalement pour que cette vaccination devienne un réflexe. Un travail pédagogique est indispensable, d’abord pour expliciter les bénéfices individuels mais aussi collectifs de cette protection.

Il s’impose également pour rassurer tout en informant quant au risque d’IIA. Sur ce point, la HAS insistait en juillet pour qu’il soit systématiquement abordé et que soit notamment mise en œuvre une « sensibilisation aux signes cliniques évocateurs à surveiller durant les 7 jours après la vaccination (pleurs inhabituels, refus de s’alimenter ou de boire, vomissements, pâleur, hypotonie, présence de sang dans les selles) ».


L.C.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article