La "concertation citoyenne" sur la vaccination veut renforcer les obligations ...dans l'immédiat

Paris, le jeudi 1er décembre 2016 – En janvier dernier, le ministre de la Santé annonçait le lancement d’une grande "concertation citoyenne" sur la vaccination. L’objectif était de répondre au climat de méfiance de plus en plus prégnant en France et de mener une réflexion sur la pertinence du maintien de vaccinations obligatoires, dont beaucoup recommandaient la levée pour mettre fin à une situation acrobatique entre obligation et recommandation faisant le lit des suspicions et des critiques. Considérée tant par les partisans de la vaccination que par ses opposants comme un exercice périlleux qui ne permettrait nullement d’aboutir à une synthèse difficile entre argumentations scientifiques et exigences démocratiques, la concertation a cependant eu lieu.

Deux jurys, l’un de citoyens, le second de professionnels de santé, ont été constitués parallèlement à un groupe d’experts qui a procédé à de multiples auditions. Des enquêtes d’opinion ont été par ailleurs conduites, tandis qu’un espace participatif a permis de recueillir 10 435 contributions. Hier, l’heure des bilans a sonné avec la remise du rapport du groupe présidé par le professeur Alain Fisher (immunologie, Collège de France), avec pour vice présidente Claude Rambaud co-présidente du Collectif interassociatif sur la santé (CISS). Philosophes, médecins, juristes, responsables institutionnels composaient par ailleurs ce collège.

La loi Kouchner citée parmi les causes du climat de défiance

Ce rapport fait tout d’abord un état des lieux des conséquences de la défiance de la vaccination en France en citant notamment l’insuffisance voire la baisse de certaines couvertures vaccinales, la résurgence de différentes pathologies et la diffusion active de messages inquiets (et inquiétants) sur les réseaux sociaux. Les auteurs passent également en revue les raisons de ce climat et évoquent notamment une défiance plus marquée à l’encontre des autorités de santé et de l’industrie du médicament que dans d’autres pays (telle par exemple la Grande-Bretagne). La juxtaposition de vaccinations obligatoires et recommandées constitue également une donnée française qui favoriserait les suspicions. Les experts notent encore que « la société a reconnu et sanctuarisé le droit des citoyens à prendre en charge eux-mêmes les décisions de nature médicale les concernant (loi du 4 mars 2002 (…). Cette loi a créé un contexte utilisé par certains pour appeler de leurs vœux "la fin de la dictature vaccinale"» écrivent-ils. De manière plus consensuelle (d’aucuns pourraient leur reprocher d’avoir l’air de vouloir revenir sur cette loi) ils citent la complexité du calendrier vaccinal, le manque de formation des professionnels de santé, les ruptures d’approvisionnement et l’impact de différentes crises sanitaires (réelles ou liées à une mauvaise gestion de la crise, comme dans le cas de la vaccination contre l’hépatite B).

La levée de l’obligation : irresponsable pour l’heure

Face à cette situation, les experts formulent plusieurs recommandations, dont la plus marquante concerne le caractère obligatoire ou non de la vaccination. Différents spécialistes ont pu par le passé plaider en faveur de la levée de l’obligation, qui de fait a été peu à peu abandonnée chez nos voisins européens. Ce scénario est d’ailleurs l’option privilégiée par le jury de professionnels de santé et séduisait la moitié des membres du jury citoyens. Néanmoins, il n’est pas recommandé par le rapport final de la concertation qui invite à tenir compte des différences culturelles entre les pays nordiques et anglo-saxons et la France. Les experts notent encore que « Dans le contexte actuel, il irait à l’encontre de la responsabilité de chacun envers la collectivité ». Ils soulignent en effet que les enquêtes d’opinion alertent bien sur le risque d’un abandon du réflexe vaccinal en cas d’absence d’obligation. « En outre la suspension de l’obligation pourrait être perçue comme un désengagement des autorités de santé à l’égard de la vaccination » écrivent-ils.

Solution à la confusion entre valences obligatoires et recommandées dans le même vaccin : tout rendre obligatoire !

Aussi, le comité d’experts préconise au contraire d’élargir l’obligation vaccinale tout en affirmant que l’objectif à terme est sa levée ! Seraient alors inclus dans la liste des vaccins obligatoires : les vaccins contenus dans la préparation hexavalente, le vaccin contre le pneumocoque, le méningocoque C et le ROR ainsi que les rappels.  Evidemment, une telle mesure va de paire avec une prise en charge intégrale de l’achat des vaccins (pour un coût de 110 à 120 millions d’euros par an) et la mise en place d’un régime d’indemnisation des effets indésirables. Avec une telle recommandation, le comité d’experts met fin à la controverse qui dénonçait la quasi-totale absence de vaccin trivalent qui aurait permis de satisfaire l’obligation sans être "contraint" de recevoir également des vaccinations uniquement recommandées. Quand beaucoup, notamment sur le forum participatif, exigeaient le retour de vaccins trivalents, le comité d’expert répond en élargissant la vaccination ! Les experts jugent cependant que devrait être mise en place une clause d’exemption permettant aux parents de s’opposer à la vaccination, à travers laquelle ils s’engageraient à « assumer les responsabilités civiles de leur refus incluant un risque de non-admission de l’enfant en collectivité ». Néanmoins, il s’agirait d’une liberté extrêmement surveillée puisque les experts estiment nécessaire de se réserver la possibilité de supprimer cette clause d’exemption si son utilisation était trop fréquente. Avec un tel programme, l’accusation de "dictature vaccinale" a encore de beaux jours devant elle.

Adjuvants : un non sujet

Une telle préconisation s’appuie sur une confiance entière dans l’efficacité et l’innocuité de la vaccination. Dans son introduction, le rapport revient de fait sur les bénéfices très larges des vaccins (sans entrer dans les considérations polémiques habituelles concernant les poids respectifs de l’amélioration de l’hygiène et des vaccins dans la victoire partielle contre les maladies infectieuses) et sur ses risques limités. Les experts rappellent ainsi que « En ce qui concerne le risque de maladies auto-immunes, le seul lien causal avec la vaccination mis en évidence par les études les plus solides concerne la grippe et le risque de survenue d’un syndrome de Guillain-Barré (…). Si le risque existe, il est en tout cas très inférieur à celui observé dans le contexte de l’infection naturelle ».

Concernant les adjuvants, les experts se montrent également catégoriques. Ils rappellent tout d’abord leur caractère indispensable et le fait que la recherche de nouveaux adjuvants représente un effort très important et nécessairement long. Ils insistent encore sur le fait que : « L’analyse de l’ensemble des études disponibles ne permet pas dans l’état actuel des connaissances scientifiques, d’établir un lien causal entre l’administration de vaccins contenant des adjuvants aluminiques et des maladies auto-immunes ou inflammatoires ». Plus loin, ils font encore remarquer que le recul d’utilisation concernant les sels d’aluminium est de 100 ans. Ainsi, alors que les inquiétudes associées aux adjuvants ont fréquemment été abordées dans le cadre de la participation des internautes et que le jury citoyen fait de la réintroduction de vaccins sans aluminium l’une de ses recommandations ou préconise encore la création d’une commission d’enquête sur la question des adjuvants, le rapport final refuse de s’appesantir sur le sujet. Cette attitude lui est évidemment vigoureusement reprochée aujourd’hui par ceux qui sont convaincus de la dangerosité de ces adjuvants dont Didier Lambert président de l’association des patients atteints de myofasciite à macrophage.

Le fait que dans leurs recommandations concernant la recherche, les experts n’oublient pas la nécessité de continuer à s’intéresser à la mise au point d’autres adjuvants et à la tolérance de ceux utilisés aujourd’hui ne suffit nullement à apaiser leur colère.

Transparence et accès aux vaccins : des points cruciaux

Les autres recommandations et affirmations du comité apparaîtront plus consensuelles. Elles concernent d’abord la nécessité d’une plus grande transparence. Les auteurs saluent à cet égard l’initiative récente de l’European Medicine Agency de diffuser auprès du public « les données des essais cliniques transmises par les industries du médicament » et invitent à s’en inspirer. Ils insistent également sur l’importance de renforcer la déclaration des événements secondaires et des effets indésirables. Ils reconnaissent que leur sous-déclaration, « tout comme la sous déclaration des conséquences de la non vaccination » ajoutent-ils, est une réalité dommageable. Le comité d’experts préconise par ailleurs une action de communication forte des autorités publiques. Ils dessinent ainsi les contours d’un « site unique référent, regroupant l’ensemble des informations et savoirs sur la vaccination et doté d’un espace participatif ».

D’une manière générale, les pouvoirs publics se devraient de « réinvestir le discours sur la vaccination aujourd’hui essentiellement laissé aux opposants ».

Concernant l’accès à la vaccination, la concertation citoyenne veut donner une nouvelle place à l’école (en s’inspirant des exemples étrangers) et préconise d’utiliser la journée de formation citoyenne pour évaluer l’état de vaccination des sujets (ce qui est déjà réalisé dans certaines régions). Plusieurs préconisations visent par ailleurs la disponibilité des vaccins : la mise en place d’une politique nationale d’achats centralisés telle qu’elle existe en Grande-Bretagne est notamment jugée séduisante.

Renforcer le rôle des professionnels de santé

Enfin, plusieurs mesures intéressent directement les professionnels de santé, dont la formation devra être renforcée. Les contributions libres ont confirmé combien le parcours vaccinal est jugé complexe. Pour assouplir le système, les auteurs préconisent d’autoriser les pharmaciens à vacciner et d’élargir le rôle des infirmières et des sages-femmes en la matière. Par ailleurs, ils plaident pour la mise à disposition des vaccins chez les médecins généralistes, pédiatres et spécialistes libéraux, ainsi qu’au sein des maisons de santé. La concertation propose encore l’ajout d’un objectif vaccinal pédiatrique au sein de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP). On notera enfin l’attention accordée à l’amélioration de la prise en charge de la douleur associée à la vaccination chez les plus jeunes, à travers une utilisation plus systématique de patchs anesthésiants.

La lourde tâche du ministre de la Santé

C’est désormais au ministre de la Santé de rendre ses arbitrages.

La tâche sera délicate, tant les contestations contre ces conclusions sont déjà nombreuses et tandis que les critiques fusent. Beaucoup affirment que ces recommandations (pourtant assez surprenantes) étaient écrites d’avance et d’autres fustigent le manque de prise en considération d’éléments mis en avant par le jury citoyen ou les contributions à l’espace participatif.

Comment Marisol Touraine pourra-t-elle désormais œuvrer, à moins de six mois des élections présidentielles, sans avoir l’air de renier la concertation qu’elle a elle-même souhaitée ?

Le rapport de la concertation citoyenne

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (11)

  • Mascarade de concertation !

    Le 01 décembre 2016

    N'ayant pu être présent à ces conclusions, je les ai toutefois suivies sur le net. Dommage d'ailleurs sinon j'aurais accusé d'imposture les 2 intervenants Alain Fischer et son témoin assisté Claude Rambaud qui devront rendre des comptes à la justice face aux mensonges proférés.

    Tout d'abord ces 2 personnes n'ont pas rempli correctement leur déclaration publique d'intérêts/ Fischer a perçu un chèque de 100.000 € des mains de Sanofi Pasteur début novembre 2013/ Rambaud est Vice-Pte du CISS financé royalement par le Ministère de la Santé et les firmes pharmaceutiques, ce qui les disqualifie tous les 2 en terme d'indépendance annoncée par M. Touraine. Tout comme d'autres membres tels Bernadette Devictor, Pte de la Conférence Nationale de Santé et administratrice de l'ANSM dont le Secrétaire Général Thomas Dietrich a violemment démissionné en février dernier criant au simulacre de démocratie, tout étant téléguidé du cabinet de la Ministre; ou encore Anne Claire Siegrist tenant chaire de vaccinologie à Genève, en relation étroite avec Sanofi Pasteur, et ayant des intérêts dans le carnet électronique de vaccinations. Il faut aussi évoquer le recrutement des 2 jurys, l'un de citoyens et l'autre de professionnels de santé "naïfs" tels que qualifiés dans la lettre de mission ministérielle, basé sur 2 éléments: -comment améliorer la confiance des français dans les vaccins? - comment augmenter la couverture vaccinale ?

    En terme démocratique on pouvait espérer mieux, d'autant plus que de vrais intervenants indépendants avaient droit au chapitre mais ont été volontairement écartés tels le REVAHB association des victimes de SEP suite au vaccin contre l'hépatite B, dont certaines ont même été reconnues et indemnisées par la justice. Mais le plus grave ont été les mensonges proférés tout au long de cette réunion.

    A propos du nombre de rougeoles (à déclaration obligatoire) en France où Fischer a annoncé un chiffre de 25.000 alors que le CDC européen a déclaré pour l'Europe 1.818 cas du 1er juillet 2015 au 30 juin 2016 dont 563 cas en Italie, moins de 200 cas en France. Incidence d'encéphalite = 1 sur 1000 à 1300 cas de rougeoles. Il est vrai cependant qu'on a constaté 2 pics en 2010 et 2012 dû à la courbe ondulatoire de fréquence de toute maladie infectieuse et malgré une couverture élevée par vaccin ROR le seul disponible puisque ses monovalents moins dangereux ont aussi disparu de la circulation.

    Je dis dangereux car ce ROR est responsable de l'explosion de l'autisme relevée dans l'étude du CDC américain 2000/2002 dont on a manipulé les résultats avant de les faire disparaître en 2004 et dont Donald Trump va demander des comptes dès sa prise de fonction le mois prochain. Toute l'histoire est relatée dans le film Vaxxed, de la dissimulation à la catastrophe, qui devait passer au Sénat italien le 4 octobre dernier mais qui a subi la censure de son Pt et de la Ministre de la Santé 6 jours avant sa projection organisée par le Sénateur Bartolomeo Pepe.

    Mesdames et Messieurs du Comité ce film ne restera pas lettre morte! Fischer a déclaré aussi qu'un vaccin sans aluminium est inefficace, confirmant les dires de l'acolyte Daniel Floret du CTV: on a donc vacciné avec un DTP Mérieux inefficace de 1961 à juin 2008, soit 47 ans, et... pas de résurgence, ni de diphtéries, ni de tétanos, ni de polio!

    Il a fustigé le Pr Romain Gherardi présent en lui balançant qu'il était seul contre toute l'intelligentsia française à déclarer la toxicité de l'aluminium qu'il a démontré en laboratoire et en suivant nombre des 800 MFM dues à l'aluminium en France. Alors que de nombreux chercheurs: Shoenfield en Israël, Tomljenovic et Shaw en Colombie Britannique, Sin Hang Lee aux USA, Exley en GB... sont arrivés aux mêmes conclusions. Il a parlé de la nécessité de vacciner contre les pneumocoques, hélas l'Italie a retiré du marché en juillet 2013 le vaccin Pneumo 23 en raison de son inefficacité.

    Déni total des conséquences des vaccins HPV et HB dans les maladies neurologiques comme la SEP, alors qu'il suffit de constater leurs statistiques aussi bien à l'ANSM qu'à la CNAM, d'ailleurs reconnues jusqu'au conseil élyséen mais tues au grand public sinon l'ONIAM exploserait sous les demandes et l'état croulerait sous le coût des dommages à verser... etc...

    Donc assez de mensonges pour protéger les intérêts financiers des firmes contre ceux de la Santé Publique. Il va falloir rendre des comptes, et l'éventualité non justifiée d'un élargissement de l'obligation rencontrera ipso facto l'opposition d'une toujours plus grande population. Ce n'est certes pas de cette façon que vous obtiendrez la confiance des citoyens ! A très bientôt, car l'histoire ne fait que commencer.

    Serge Rader

  • Qui gouverne?

    Le 02 décembre 2016

    Finalement, rendre les vaccins hexavalents obligatoires met fin à la confusion liée aux vaccins non obligatoires en théorie mais obligatoires dans les faits. Bien.

    Mais il faut constater que l'industrie a encore gagné. Ils ont obtenu que leur passage en force soit officialisé et de plus que la question des adjuvants et notamment l'aluminium soit éludée.
    C'est clair. L'état est aux ordres. On le savait. C'est une preuve de plus.

    Dr Joël Delannoy

  • Vaccinations: qui est le patient ?

    Le 02 décembre 2016

    Réponse: l'enfant...et non les parents, du moins en France.
    Enfant auquel les parents ne peuvent donc se substituer au nom de leurs préférences personnelles... telle a toujours été et reste l'obligation du médecin...loi kouchner ou pas.

    Dr Y. Darlas

  • Déception d'un rapporteur du jury professionnel

    Le 04 décembre 2016

    De tous les articles que j'ai lus c'est celui le plus complet et fidèle à la réalité. Bravo à l'auteure

    Membre du jury et rapporteur du jury professionnel nous avons été quelque peu déçus des conclusions.
    Ainsi vous comparerez nos recommandations avec cette vidéo:

    https://urldefense.proofpoint.com/v2/url?u=https-3A__ensci.libcast.com_widget_restitution-2Dpublique-2Ddes-2Djurys&d=DQMFaQ&c=qwStF0e4-YFyvjCeML3ehA&r=vmhzMc2UvwNeniDa04xa56BJrQ5-Em_CzAGHJQkown4&m=KDBbe533n1FWdrtKRWhKQeFU337AiFqf7SKFwhaeqo4&s=fQDE38gi9FgUSYKMQiTLP2axwYt3BClEqr5UVn152oA&e=

    des conclusions du comité présidé par le Professeur Alain Fisher.

    Il ne vous aura pas étonné que le sujet le plus clivant aura été pour l'ensemble du jury non pas la mise en place d'adjuvants dans les vaccins, mais les sels d'aluminium. Ainsi nous avions proposé la réintroduction des sels de phosphates de calcium pour certains vaccins et sous certaines conditions. L'idée était que le patient puisse avoir le choix entre une injection à base de sels d'aluminium avec une efficacité dans le temps supérieure certes aux sels de phosphates de calcium qui eux sont biodégradables sans danger connu mais qui d'après les experts auditionnés nécessiteraient plusieurs injections pour avoir la même efficacité. Cependant les jurys ont tout de même proposé de réintroduire cet adjuvant. Cela n'a pas été finalement retenu.

    Quant à la démonstration claire et efficace du Pr Gherardi qui expliquait que sous certaines conditions (profil génétique du patient pouvant avoir une Barriere hémato encéphalique plus poreuse et faire entrer aluminium dans l'encéphale) il a été contredit par le professeur Brigitte Autran qui, elle, ne cachait pas ses liens avec l'industrie comme d'ailleurs le professeur Fisher.

    Ces derniers argumentaient que les "experts sérieux" travaillaient en collaboration avec les laboratoires sans qu'il faille y chercher un manque d'indépendance.

    Vous pouvez retrouver tous ces débats en ligne puisqu'ils ont été filmés intégralement.

    Le professeur Gherardi "seul contre tous" comme l'a dit Alain Fisher estimait que l'on pouvait faire une injection du vaccin hexavalent les particules de sels d'aluminium étaient suffisamment grosses pour ne pas passer la BHE pour les très jeunes enfants. Mais qu'il recommandait de faire des injections de vaccins avec adjuvants autre que les sels d'aluminium.

    Nous avions insisté sur le fait de donner des moyens supplémentaires sur une recherche indépendante et cette proposition elle non plus n'a pas été retenue. Comme n'a pas été retenue un moratoire parlementaire sur les sels d'adjuvants.
    Didier Lambert cité dans l'article et qui a été auditionné n'est pas contre les vaccins mais milite pour la suspension des sels d'aluminium comme principal adjuvant.

    Alors que les États Unis ont éradiqué la rougeole et la rubéole sur leur sol, nous la France devons déplorer encore des morts sur notre sol. Les chiffres sont publiés sur l'invs et ne font pas contreverse. Mourir d'une rougeole ou avoir des séquelles à vie est intolérable dans le pays de Pasteur.

    Cependant il existe des vaccins monovalents qui auraient pu lever toute controverse dont les jurys n'étaient pas compétents de savoir si il existait un rôle entre autisme et ROR. D'autant qu'en Angleterre pays duquel la polémique a d'abord été lancée à la fin des années 90 basée sur une étude dite sérieuse il a été démontré 15 ans plus tard que les chiffres de cette étude ont été sciemment truqués afin de servir des intérêts financiers de certains.
    Depuis le taux de couverture contre rougeole rubéole en Angleterre est reparti à la hausse.

    Nous avions proposé pour ceux qui ne souhaitaient pas suivre à la lettre les recommandations en terme de vaccination de signer un consentement éclairé. Il avait l'avantage de protéger les vaccinateurs. Cette proposition n'a pas été retenue par le comité décisionnaire et étonnamment ce comité a fait une proposition de clause d'exemption qui n'était pas dans nos propositions. Nous ne cautionnons pas cette clause d'exemption qui est culpabilisatrice et discriminatoire.

    Nous savions que toutes nos propositions ne seraient pas retenues mais hormis le sentiment de frustration, j'ai effectivement pensé au vu de la présentation du professeur Fisher que nous servions de substrat à des propositions qui étaient déjà dans le pipeline sans faire de mauvais jeu de mots avec l'industrie pharmaceutique

    Dr F. Langinier

  • Trouver des moyens de convaincre

    Le 04 décembre 2016

    Je pense que la vaccination de masse est un progrès considérable, mais la rendre obligatoire est une énorme erreur. Est-il obligatoire de boire? Ou est-il nécessaire de boire ?
    En rendant la vaccination obligatoire, on augmentera le nombre de réfractaires et d'opposants. Il faut trouver des moyens de convaincre.

    Dr Charles Mesbah
    Pediatre retraité mais encore actif.

  • Au Dr Langinier

    Le 04 décembre 2016

    Si les vaccins IPAD Pasteur au CaPO4 n'avait pas fonctionné, on aurait dû assister à une certaine recrudescence des maladies. Il n'en a rien été... Même Floret du CTV reconnaît maintenant qu'on pourrait l'utiliser sans problèmes, mais ce n'est pas l'intérêt des labos. L'aluminium est un neurotoxique notoire, qui n'est plus à démontrer, c'est une réalité (même le Pr Dartigues l'a démontré dans l'eau du robinet et son incidence dans l'Alzheimer - 4 M de français d'après l'ANSM consomment une eau qui dépasse les limites autorisées de 200µg/L - à partir de 100µg, on multiplie par 2 l'Alzheimer). Sous forme de nanoparticules inorganiques qu'on rencontre dans les vaccins, il est très toxique car très pénétrant et indissoluble donc rémanent surtout quand il pénètre la BHE (fragile chez les NN) avec en plus des excipients qui en favorisent le passage tels le polysorbate 80... Je regrette mais on ne peut pas être un expert "sérieux" quand on mange dans l'assiette des labos, c'est une pure utopie ! Quant aux études absolument nécessaires, mais personne n'en veut, de peur de trouver des vérités contraires à celles claironnées, certainement pas l'Etat qui démontrerait ainsi son incompétence dans les décisions avec des coûts insupportables pour indemniser les victimes; ni bien sûr les labos.

    On continue donc à vacciner en aveugles sur des thèses plus religieuses que scientifiques. Il est aussi faux de dire que les USA ont éradiqué la rougeole ou la rubéole. Les données de l'INVS, infiltrée aussi par l'industrie sont peu crédibles et il ne faut pas confondre mourir de rougeole (maladie considérée comme nécessaire auparavant) et mourir avec la rougeole. La soi-disant fraude anglaise Wakefield/ROR/autisme a été montée de toutes pièces avec une radiation à la clé pour faire taire (comme on l'a fait avec H. Joyeux). Il faut savoir que ce ROR est d'abord sorti au Canada puis a été retiré du marché en raison de méningites post-vaccinales. Il est ensuite ressorti en GB sous un autre nom et mêmes conséquences, retrait. Puis ensuite au Brésil et idem; avant d'être lancé définitivement. C'est pour cette raison que le CDC américain a diligenté une étude en 2000 sur cette corrélation qui a donc été démontrée (autisme x 7) avec des résultats d'abord manipulés puis évaporés (heureusement pas tous!). C'est ce que relate le film VAXXED que je vous recommande... Wakefield recommandait les monovalents moins dangereux, réponse des autorités et des labos = retrait du marché des monovalents pour ne pas porter préjudice au programme ROR. La Santé des bambins, mais on s'en contrefout! En Italie il existe une objection active aux vaccinations que les avocats des victimes de vaccins (2è cause d'effets secondaires après les anticancéreux, avec + 8000 cas annuels) recommandent fortement. Leur jurisprudence s'est fortement étoffée depuis une dizaine d'années avec un Etat souvent condamné (Loi d'indemnisation aux accidents vaccinaux) grâce à leur justice et leurs experts médicaux indépendants, ce qui n'est pas le cas en France. Enfin votre conclusion indique un certain soupçon dans la façon de faire, je ne puis que vous encourager à approfondir le sujet si bien sûr vous en avez le temps et au nom de la Santé Publique...C'est ce que j'ai fait à temps plein pendant 3 ans et ai acquis aujourd'hui la conviction que la vérité vaccinale n'est pas celle annoncée par les labos et leurs complices porte-voix médicaux et politiques, avec un calendrier vaccinal surtout chez les NN que je qualifie de dément.

    Serge Rader, 64 ans, pharmacien ayant dispensé des vaccins toute ma carrière professionnelle sans me poser la moindre question, formaté comme tout le corps médical à ne pas réfléchir sur la question...J'ai ouvert les yeux à le sujet comme sur d'autres.

  • Petit rappel de la législation (pour le Dr Y. Darlas)

    Le 05 décembre 2016

    Il revient aux titulaires de l’autorité parentale de consentir aux soins donnés au mineur. Les parents doivent en conséquence être destinataires de l’information médicale censée les mettre en mesure d’accepter ou de refuser le traitement proposé.(Code civil, art. 371-1 et suivants).
    En cas de maltraitance ou de refus obstiné de soins face à un enfant blessé ou malade (intervention chirurgicale urgente, transfusion...), le médecin peut saisir le procureur de la République au titre de la protection de l’enfance en danger (Code civil, art. 375 et suivants ; décret du 14 janv. 1974, art. 28).
    Le juge des enfants, saisi en assistance éducative, sera compétent s’il existe un conflit à propos de la santé du mineur entre les titulaires de l’autorité parentale et le médecin et que ce conflit met en danger la santé du mineur. Le danger devra pour cela être certain, réel et sérieux de même qu'une carence avérée des parents ou incompétence des ceux-ci en raison de leur propre état de santé.

    La jurisprudence actuelle n'a jamais abouti à faire vacciner de force un enfant dont les parents s'opposaient à un vaccin obligatoire sauf si cela s'associait pas à une carence grave de soins aboutissant à une déchéance des droits parentaux.

    Dr D. Le Houézec

  • Et les ustensiles de cuisine ?

    Le 05 décembre 2016

    Questions naïves d'une pédiatre "pro-vaccination" : l'aluminium est-il réellement dangereux ? L'aluminium des ustensiles de cuisine et du papier d'emballage alimentaire serait-il également dangereux ?

    Dr Françoise Gillon, pédiatre retraitée (actuellement je ne vaccine que moi-même et mes proches car je tiens à nous protéger contre les maladies quand c'est possible).

  • Réponse au Dr Gillon

    Le 05 décembre 2016

    Et est-ce que vous vous les injectez en intramusculaire les ustensiles de cuisine et les papiers d'emballage en aluminium ?

    Et n'est-il pas fortement déconseillé depuis plusieurs années de faire cuire ses papillotes dans du papier d'aluminium (et préférer le papier sulfurisé ou les plats en verre...)? Pour quelle raison pensez-vous?

    Il faudrait penser à arrêter cette comparaison idiote un jour...

    Et j'avais oublié de mentionner l'aluminium des déodorants bien sûr... à éviter fortement!
    Donc oui, l'aluminium semble un produit dangereux à bannir de notre vie quotidienne, alors pourquoi l'injecter (à plusieurs reprises qui plus est ! d'autant plus si on passe de 3 à 11 valences obligatoires...) dans le petit corps immature de nos nourrissons ?

    Voilà l'article de passeportsanté.net relatif à l'aluminium dans les déodorants :
    Aluminium : dangereux pour la santé ?
    Alors que le débat sur la toxicité des sels d’aluminium dans les déodorants semblait être clos, une étude menée par des chercheurs l’Université de Genève (Suisse) et financée par la fondation Meyer, relance le sujet. Elle met en évidence les « effets néfastes des sels d’aluminium (chlorhydrate d’aluminium et chlorure d’aluminium), présents dans les déodorants classiques, sur des cellules mammaires humaines in vitro » sans pour autant affirmer qu’ils seraient responsables de manière certaine du développement de cancers du sein1. Or, près de 9 déodorants sur 10 contiennent des sels d’aluminium, et en sont parfois constitués à hauteur de 20%2, d’après l’Afssaps, qui recommande d’ailleurs d’astreindre la concentration d’aluminium à 0,6% dans les déodorants ou les antitranspirants et de limiter l’application de cosmétiques en contenant sur peau lésée afin de limiter au maximum l’absorption cutanée d'aluminium... (Lire la suite : Comment éviter le contact avec l’aluminium ?)

    Dr Felisa Briolle

  • Dissimulation et intérêts financiers d'une part, paranoïa et théorie du complot de l'autre

    Le 12 décembre 2016

    Je ne connais pas grand chose sur ce sujet.
    Et certains points m'étonnent.
    D'abord, quel est l'intérêt de l'industrie pharmaceutique à utiliser un adjuvant plutôt qu'un autre ?
    Si les sels de phosphate de calcium reviennent plus cher, les labos ont, s'ils ont réellement l'influence qui leur est prêtée par leurs contempteurs, toute possibilité pour les proposer moyennant des tarifs plus élevés. D'autant qu'ils pourraient aussi arguer de la moindre couverture dans le temps avec cet adjuvant pour indiquer des rappels plus rapprochés, ça irait dans le sens de leur intérêt, me semble-t-il.

    Quel est l'intérêt d'une ministre de la santé qui par ailleurs dispose elle-même d'une bonne fortune personnelle, et plus largement d'un gouvernement qui sait qu'il n'en a plus que pour sept mois, à favoriser l'intérêt des firmes plutôt que celui des citoyens ?

    Nos gouvernants sont-ils vraiment des crétins cyniques ? Des faibles d'esprit manipulables à l'envie ? Des vendus sans aucun sens moral ?
    Quand aux effets indésirables des vaccins, l'exemple de SEP est une plaisanterie !

    A ce compte, les cancéreux peuvent attaquer en justice les boulangers et les minotiers. Je m'explique : la plupart des personnes auxquelles on aura diagnostiqué un cancer pourront affirmer avoir consommé du pain dans les jours précédant ce diagnostic. Dès lors, ils peuvent affirmer la responsabilité du pain dans la survenue de cette maladie. "Regardez, nous avons tous un cancer. Et tous nous avons mangé du pain. A une telle échelle, il ne peut s'agir d'une coïncidence !"

    La SEP n'est pas une maladie rare, elle débute le plus souvent à l'âge où on propose la vaccination contre l'hépatite. Il est statistiquement normal que nombre de jeunes gens ayant développé une SEP aient vu leurs premiers symptômes apparaître dans les semaines ou les mois ayant suivi la vaccination. Il faut être assez obtus et ignorant en méthodologie pour ne pas voir cette évidence.
    Dissimulation et intérêts financiers d'un côté, c'est indiscutable, on l'a assez vu dans d'autres affaires. Paranoïa et théorie du complot de l'autre, c'est navrant mais tout aussi évident.
    Alors pour se faire une idée objective et y voir clair dans tout ça, bonjour ! Si quelqu'un de non paranoïaque et sans conflit d'intérêt a une idée, je suis preneur !

    Dr JP Huisman


  • SEP et vaccins (réponse au Dr Huisman)

    Le 13 décembre 2016

    Concernant votre question sur Marisol Touraine, il ne s'agit pas de favoriser sa fortune personnelle, il s'agit d'aider ses amis. Marisol Touraine faisait partie du club santé et avenir de la firme GSK.

    Concernant votre affirmation sur les SEP, effectivement, vous ne connaissez pas le dossier. De 1994, et jusqu'en 1998, nous avons assisté à la première campagne publicitaire mensongère et agressive concernant un vaccin. Dans un même temps, on a vacciné massivement les jeunes adolescents dans les collèges. Plus de 20 millions de personnes ont été vaccinées.
    Les cas de SEP était rare à l'époque. Il y en avait beaucoup moins. A partir de cette campagne de vaccinations massives ont a vu le nombre de déclarations de SEP exploser: Vous pouvez retrouver tout cela dans l'article scientifique du Dr Le Houézec:
    http://www.revahb.fr/Files/Other/Documents/Traduction_Etude_Dr_LE_HOUEZEC_14_11.pdf

    Ce que l'on ne voyait pas c'étaient des SEP chez l'enfant, aujourd'hui, on ne peut plus le dire puisqu'il existe des SEP et des atteintes démyélinisantes chez le nourrisson et l'enfant: http://pediablogdlh.blogspot.fr/p/le-vaccin-la-myeline-et-lenfant.html

    Le problème en France, comme dans d'autres pays, c'est que la santé publique est maintenant en grande partie décidée par les laboratoires pharmaceutiques..;mais peut on être juge et partie?
    Le prfesseur Yehuda Schonfeld a démontré la neurotoxicité des adjuvants : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20708902

    C. Gaches

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.