Niger : des vaccins contrefaits empêchent la lutte contre une épidémie de méningite

Niamey, le lundi 18 mars 2019 – Face à la recrudescence des cas de méningite à méningocoques, les autorités sanitaires nigériennes, en collaboration avec l’OMS (Organisation mondiale de la santé) ont lancé début mars une vaste campagne de vaccination avec pour objectif d’immuniser six millions d’enfants.

Ce vendredi, les inspecteurs du ministère de la santé du Niger ont lancé l’alerte auprès des professionnels de santé, puis auprès de la population générale, après la découverte d’un vaccin Mencevax ACWY contrefait. Ce vaccin tétravalent est utilisé dans la prévention des méningites à méningocoques A, C Y, W135. Le produit suspecté par les autorités est censé être un vaccin fabriqué en décembre 2016 avec une date d'expiration de validité fixée à novembre 2021.

La circulation de ce faux vaccin inquiète et met à mal les efforts de l’OMS et du Niger pour en finir avec ces épidémies récurrentes. D’autant, qu’à ce jour, le ministère de la santé de ce pays n’est pas en mesure d’évaluer « l’ampleur de la présence » du vaccin falsifié qui aurait déjà été utilisé selon les premières investigations. 

Pourtant, les autorités sanitaires nigériennes avaient voulu prendre les  précautions nécessaires, puisqu’elles ont fait fermer des grossistes répartiteurs locaux qui écoulaient des médicaments « douteux ou périmés ».

Déjà en 2015 et 2017, l’OMS avait signalé la circulation d’un faux vaccin anti-meningocoque C qui ne contenait en réalité que de l’eau, mais c’est la première alerte du genre cette année.

Cette affaire met une nouvelle fois en lumière le phénomène dramatique des médicaments contrefaits en Afrique.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article