Accès aux traitements innovants en cancérologie pédiatrique : Agnès Buzyn s’explique

Paris, le vendredi 10 novembre 2017 - Les freins au développement de traitements innovants en cancérologie pédiatrique et à leur accès dans notre pays sont régulièrement l’objet de débats. Dernière controverse en date : le CAR-T cell (Kymriah des laboratoires Novartis) n’est actuellement pas autorisé en Europe et en France, mais a été approuvé par la FDA. Indiqué dans la prise en charge de la leucémie aiguë réfractaire de l’enfant et l’adolescent, ce traitement révolutionnaire n’est donc pas encore accessible aux malades français (même si récemment un jeune puydomois a obtenu un financement de la Sécurité sociale pour un traitement suivi aux États-Unis). Cette situation a été l’objet d’une question du sénateur Alain Fouché au ministre de la Santé, qui s’est également inquiété de l’insuffisance du budget de la recherche en cancérologie pédiatrique.

Agnès Buzyn qui a été présidente de l’Institut national du cancer, notamment à l’époque où celui-ci mettait en place de nouvelles structures pour développer les essais cliniques innovants en pédiatrie a détrompé le sénateur. « La recherche sur les cancers pédiatriques était une priorité du plan cancer 2014-2019 que j'ai rédigé. Nous avons investi 10 % de l'ensemble des budgets de la recherche sur la recherche sur les cancers pédiatriques » a-t-elle corrigé. Concernant le CAR-T cell, elle a indiqué que cette thérapie cellulaire et génique était l’objet d’un examen en vue de son autorisation par l’Agence européenne du médicament (EMA). En dépit de ce délai, elle a affirmé qu’aucun « enfant français nécessitant » ce traitement « n'échappera à la chance de guérison pour des raisons budgétaires et je m'y engage devant la communauté nationale ». Dans l’attente de l’autorisation, elle n’exclut pas notamment l’inclusion des patients français dans des cohortes américaines et une prise en charge par la solidarité nationale. L’exemple du jeune puydomois semble confirmer ces déclarations.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article