Dévaloriser les cadres IADE n’est pas sans danger !

Paris, le lundi 8 janvier 2018 – Les infirmières anesthésistes (IADE) de la fonction publique hospitalière ont récemment obtenu des revalorisations salariales dans le sillage de la reconnaissance, en 2014, de leur formation au niveau master. 

Historiquement, un cadre IADE gagnait environ 200 euros de plus par mois qu’un IADE. Cet écart est désormais, depuis le mois de décembre, d’une quarantaine d’euros en fin de carrière, selon les calculs de Gérard Leyendecker, cadre IADE à Sarrebourg qui a initié une pétition réclamant que, soit rétablie, la différence de rémunération antérieur.

On estime entre 400 et 500 le nombre de cadres IADE en exercice et, selon Gérard Leyendecker, 300 d’entre eux auraient déjà signé sa pétition, qui est désormais en ligne sur le site du Syndical national des professions infirmières (SNPI-CFE-CGC).

Il a également écrit à la ministre de la Santé et au ministre des comptes publics… mais sans obtenir de réponse.

« Notre action ne se situe pas contre les syndicats qui sont à la table des négociations. Mais les cadres IADE veulent aujourd’hui être entendus. Il n’y a pas de raisons que ce qui a été accordé à 10 000 IADE ne le soit pas à quelques centaines de cadres » souligne-t-il.

Au-delà des considérations pécuniaires, le texte évoque les éventuelles conséquences délétères pour les soins qui résulteraient de l’absence d’attractivité de la profession de Cadre de Santé IADE.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article