« Invraisemblable crise » du Lévothyrox : un effet nocebo ?

Paris, le vendredi 29 décembre 2017 – L’année 2017 ne pouvait se conclure sans une ultime polémique sur « l’invraisemblable crise » du Lévothyrox comme l’ont qualifiée cinq professeurs d’endocrinologie* qui signent, à ce sujet, une tribune dans le journal Le Monde.

Ils expliquent, en guise de préambule, que leur « conscience leur impose » de dire ce qu’ils en pensent.

Après avoir, données scientifiques à l’appui, exposé que les excipients ne pouvaient être mise en cause dans les effets indésirables rapportés par les patients et que ces derniers, banals et peu spécifiques, ne sauraient être évocateurs d’un déséquilibre thyroïdien, les auteurs explorent la seule piste crédible, selon eux, celle de l’effet nocebo.

Et aux cinq universitairex de rappeler « le mot « nocebo » désigne un phénomène bien connu. Dans les essais thérapeutiques, certains patients ressentent une amélioration de leurs symptômes alors qu’ils reçoivent le placebo, dénué de principe scientifiquement actif autre que psychologique. L’effet nocebo en est le miroir : les sujets ressentent des effets indésirables, bénins, en réponse à une exposition inoffensive ».

Tout concorde en faveur de l’effet nocebo ?

Pour eux, « le rapport de pharmacovigilance de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé du 10 octobre va (…) exactement dans ce sens ». Ainsi, dans celui-ci « lesdits effets indésirables sont strictement identiques, que les patients soient hyper ou hypothyroïdiens, voire normaux ! De plus pour le très modeste niveau de déséquilibre hormonal constaté, a priori, aucun effet clinique n’est raisonnablement attendu ».

Les auteurs soulignent également que « le rapport ne dit rien sur les enfants recevant le Lévothyrox nouvelle formulation, chez qui les pédiatres semblent unanimement n’observer aucun effet indésirable ».

Pour eux, au total, c’est, pour les patients, le « sentiment d’être mis devant le fait accompli, l’amplification médiatique, un certain silence médical contrastant avec l’activisme des associations » qui est venu crér suspicion et angoisse.

S’éloigner de la Nouvelle-Zélande…

Ils rappellent à ce titre ce qui a été observé en 2007-2008 en Nouvelle-Zélande avec la crise de l’Eltroxin (lévothyroxine produite par GSK) où « le simple changement d’excipient (suppression du lactose) et de la couleur des comprimés a entraîné une multiplication par 2 000 des déclarations d’effets indésirables ! L’analyse externe effectuée par une agence anglaise (…) a mis en avant le manque d’information et le rôle des médias ».

…pour se rapprocher de la Belgique

Pour les signataires de cet éditorial, comme les parlementaires et d’autres avant eux, la prévention de telles crises réside dans l’amélioration de l’information.

« On aurait pu s’inspirer de l’expérience belge : un carton informatif dans les boîtes de la nouvelle formulation de L-Thyroxine semble avoir évité ce type de crise. On s’interroge sur le rôle plus utile qu’auraient pu jouer les associations de patients. L’emballement médiatique n’a fait qu’aggraver les choses et conduit à une judiciarisation probablement sans issue ».

* Les professeurs Xavier Bertagna, Philippe Bouchard, André Grimaldi, Jean-Louis Wémeau et Jacques Young

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (36)

  • Ou alors...

    Le 29 décembre 2017

    ...les excipients peuvent modifier l'absorption intestinale du princeps, et les génériques sont à mettre à la poubelle. Gênant, non ?

    Dr Bernard Albouy

  • Pas que l'effet nocebo

    Le 29 décembre 2017

    Effet nocebo assurément mais aussi coïncidence de troubles subjectifs inévitables sur une telle population d'age mur (plusieurs millions !) qui surviennent dans le même temps que la mise sur le marché du Lévothyrox "nouvel excipient".

    On ne sait plus dire la vérité, il faut préserver les dingues, les mystiques, les psychorigides, les maniaques, au mépris des plus raisonnables que l'on entraîne et déboussole dans des histoires à coucher dehors. Ca évite la crise mais ça en appelle d'autres, car les dingues, les mystiques, les psychorigides et autres maniaques nourrissent leurs tares de ces évènements.

    Ah si les politiques ne cherchaient pas systématiquement à ne pas déplaire...parce qu'à regarder Agnès Busyn (que j'apprécie par ailleurs) tenter de louvoyer chez Bourdin alors qu'on sent bien qu'elle a une conception plus précise d'une vérité indicible dans cette société qui se préoccupe trop de ses dingues, mystiques, psychorigides et autres maniaques, eh bien ça me fait une peu de peine !

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/agnes-buzyn-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-984833.html

    Dr EG

  • Veut-on encore ridiculiser les autorités françaises ?

    Le 29 décembre 2017

    Je comprends la réaction des Professeurs sur l'effet nocebo. Mais quelle faute de la part de Merck et de l'Agence du médicament d'avoir unilatéralement changé l'excipient sans donner d'information. L'excitation médiatique est abusive mais pourquoi Merck persiste t-il à imposer la nouvelle formule alors que l'ancienne est utilisée en Europe et pourquoi l'agence du médicament persiste t-elle dans son attitude? Veut-on encore ridiculiser les autorités françaises ?

    Dr Gérard Fabre

  • Nocebo/placebo, notre ignorance

    Le 29 décembre 2017

    L'effet nocebo/placebo a été identifié cliniquement et chiffré pharmacologiquement. En dehors de tout mécanisme scientifiquement mesurable, des modifications importantes de symptômes pathologiques en réponse à n'importe quel traitement ont lieu. C'est peu discutable en 2017.
    Attribuer ce phénomène à des facteurs psychologiques (au demeurant jamais clairement décelables) c'est reconnaitre notre ignorance. Attitude scientifique hautement honorable.

    Sans cet "aveu" aucune recherche ne peut voir le jour. Tentons de définir, même caricaturalement en face de quoi on est. Une "énergie" de nature X, positive comme négative, se met en route quand quelqu'un est en situation d'être malade, reconnu et "soigné" comme tel dans le système socio-culturel auquel il appartient. À vous les savants et les malins de pousser le bouchon un peu plus loin, il y a urgence pour nous tous !

    Dr François-Marie Michaut

  • La médisance va plus vite que la vérité !

    Le 29 décembre 2017

    Lancez un "faux bruit" aujourd'hui et il vous reviendra très vite, publié un peu partout ! Grâce aux réseaux sociaux, au bouche à oreille, aux divers médias et le tour est joué. Mon associé me disait un jour : si tu veux qu'un bruit se répande, dis à ta concierge : "ne dites surtout pas que c'est moi qui vous l'ai dit !"- et tu verras dans les 48 heures tout le quartier sera au courant. C'est le même phénomène ici : prenez le 1'effet secondaire publié sur une notice et dites à la bonne personne que vous l'avez constaté et très vite tout le monde va le ressentir et il sera mis à l'index.

    N'oublions pas que si l'Aspirine était découverte aujourd'hui elle n'aurait jamais le visa d'exploitation !

    Dr Richard Guidez

  • Questions un peu malignes

    Le 29 décembre 2017

    Quel est le pourcentage d'observance pour le Levothyrox et quel est ce même pourcentage chez les plaignants ? 100% ! Suis-je mauvaise langue!
    Quel est le pourcentage de patient(e)s (tiens une parenthèse?) qui en prennent pour maigrir (sous couvert, évidemment, d'une ordonnance médicale) probablement zéro, si si!

    Effet nocebo ou effet non placebo de changer mes habitudes au point de risquer de priver des enfants (et les étrangers frontaliers ou non) de leur médicament, de surcharger les tribunaux et d'entretenir le conspirationniste.
    Et, comme d'habitude le pire est pour demain: Bonne et heureuse année.

    Dr Robert Chevalot

  • Pour un contrôle des patients sous lévothyrox par la sécu

    Le 29 décembre 2017

    Il est inadmissible qu'il y ait en France 10 fois plus de cas de patients traités pour la thyroïde que dans les autres pays européens.

    Une fois éliminés les patients thyroïdectomisés (encore qu'il serait intéressant de connaître le justification de toutes les thyroïdectomies...), tous les autres patients devaient être examinés par un spécialiste mandaté par la Sécu, le patient devant fournir une attestation du médecin indiquant la raison pour laquelle il prescrit du Lévothyrox. Le patient devra fournir les dosages de THS des trois dernières années.

    On risque des faire des découvertes intéressantes, notamment de patients recevant du Lévothyrox sans le moindre contrôle de TSH. Un tel contrôle freinerait sans doute un certain nombre de médecins de prescrire du Lévothyrox "Larga Manu" !

    Dr Guy Roche, ancien interniste

  • Le témoignage d'un médecin-patient

    Le 29 décembre 2017

    Effet Nocebo est une explication bien facile.
    Moi médecin, je certifie avoir eu tous les effets indésirables décrits bien avant le "dérapage" médiatique du mois de septembre...
    Alors effet nocebo,non !
    Fatigue et raideur musculaire telles qu'il était difficile de monter un étage sans faire plusieurs arrêts - s'assoir très souvent en se traitant de "loque humaine" en pensant vieillir à la vitesse "grand V" - Arthralgies - crampes nocturnes.
    Tout ceci bien avant de savoir que le Levothyrox avait été modifié...
    Je comprends la colère des patients car elle est justifiée.
    Comme il est difficile de ne pas être entendu en vous traitant d'affabulateur!
    Grand professeur ou simple médecin de ville ou de campagne : Restez à l'écoute de vos patients avant d'invoquer l'effet nocebo.

    La plupart disent bien avoir ressenti les effets indésirables avant la réaction médiatique
    Donc effet Nocebo, non ou alors le patient est une personne non crédible ?
    Les effets semblent effectivement les mêmes que la TSH soit basse ou élevée...Pourquoi ?
    A suivre !

    Dr MPL


  • Pour un régulateur éthique

    Le 29 décembre 2017

    Et puisque nous sommes sensés vivre en république pourquoi ne pas laisser le choix aux médecins (au contact) et aux patients (en première ligne).
    Toute la misère française vient en grande partie de son économie, éducation, santé,... administrée.

    Par ailleurs la toute puissance de l'industrie du médicament n'est pas acceptable sans un régulateur éthique composé de médecins (et pas de technocrates).

    Gérard-Louis Vincent

  • Plutôt des gens compétents qu'Annie D

    Le 29 décembre 2017

    Dommage que ce genre d'article ne figure que dans le JIM ! On pourrait réver à des medias plus responsables, moins imbéciles en fait, qui donneraient la parole à ces gens compétent en la matière plutôt qu'à Annie D. !

    Dr Xavier Rollin

  • L'expérience favorable belge

    Le 30 décembre 2017

    Je confirme qu'en Belgique, le changement de formule s'est passé sans trop de problèmes ni d'emballement médiatique, à tel point que la polémique française m'a amené à me demander s'il s'agissait du même médicament.

    Dr Philippe Heureux

  • @Guy Roche

    Le 30 décembre 2017

    "...en France 10 fois plus de cas de patients traités pour la thyroïde que dans les autres pays européens"

    Quelles sont vos sources ?

    Dr EG

  • Cui prodest

    Le 30 décembre 2017

    Non, il n'y a vraiment rien d'"invraisemblable" dans l'affaire du Levothyrox, qui relève d'un phénomène en dramatique expansion : l'exploitation de peurs sanitaires savamment entretenues par ailleurs, et la manipulation d'êtres malheureux et crédules par des groupes très intéressés, qu'il s'agisse d'avocats cupides, de vedettes ivres de notoriété, ou de coteries diverses à la recherche d'un sens à leur idéologie et de légitimité à leurs revendications.

    Parmi les trop nombreux exemples de cet obscurantisme galopant, la consternante résurgence de décisions judiciaires contre la vaccination HBV illustre le fléau.
    Quand les journalistes, dont la responsabilité n'est pas anodine, oseront-ils dire que le crime profite à certains, et à les mettre en cause ?

    Dr Pierre Rimbaud

  • Vous connaissez la valeur scientifqiue d'un témoignage (@ MPL)

    Le 30 décembre 2017

    Dr MPL, vous êtes médecin...donc connaissez la valeur scientifique d'un témoignage personnel...
    Pensez-vous que Levothyrox soit la seule hypothèse à vos douleurs et raideurs musculaires ?
    Pensez-vous que toutes les raideurs et douleurs musculaires de toutes les patientèles de France ait été causées par Levothyrox au cours de ces derniers mois ?

    Allons Dr MPL !

    Dr EG

  • Honte à tous ceux qui n'ont pas réagi de façon scientifique

    Le 31 décembre 2017

    Enfin!
    C'était çà...et la réalité: une hormone physiologique ne peut avoir qu'un effet physiologique...ou tuer les génériques pour lesquels je n'ai aucune sympathie.
    Honte à notre ministère et à tous ceux qui n'ont pas réagi de façon scientifique et médicale: l'opothérapie substitutive a-t-elle cessé d'exister?

    Dr Serge Drui, Cardiologue et Endocrinologue "interdit" par la règle du non cumul.

  • Merci

    Le 01 janvier 2018

    Merci, Professeurs!
    Et merci de parler- pour ne pas choquer le commun - de "nocebo", quand il s'agit de "psychose collective", et même d'"hystérie collective"! A laquelle se joignent même des médecins diplômés après 11 années d'études scientifiques !

    Dr Alain Robert

  • Changez de métier

    Le 01 janvier 2018

    Comme ces professeurs et médecins semblent tellement sur d’eux! C’est affligeant de voir tant de mépris vis à vis des patients et même de confrères!
    Vous êtes, messieurs, les détracteurs de la santé car vous ne savez plus écouter, si pardon vous écoutez ce que vous voulez entendre: le ronron de la bienséance des laboratoires, du gouvernement et autre instance dont le premier soucis n’est pas de soigner, mais celui de faire fructifier leurs intérêts ! Pour vous les patients qui ne répondent pas favorablement à un traitement ne seront toujours que des illuminés ! Sortez donc de vos fauteuils confortables et changez de métier c’est ce que vous pourriez faire de mieux pour la médecine et le genre humain!

    Delphine M (podologue)

  • Des medecins qui croient !

    Le 01 janvier 2018

    Des médecins croient que la lévothyroxine fait maigrir ...100% de ceux qui le pensent sont persuadés de la réaction nocébo des patients traités qui ne sont pas leur patients, sinon ils auraient découvert que les patients traités au lévothyrox ont en majorité pris du poids avec leur traitement !

    Michèle Coujard (SF)

  • Eh bien Dr MPL nous sommes au moins deux...

    Le 02 janvier 2018

    ...médecins à n'avoir rien écouté des réseaux sociaux (pas le temps de s'amuser dans ce fichu métier)... et à avoir eu les mêmes symptomes et...à ne pas faire de crise d'hystérie...et à ne pas avoir porté plainte (parce qu'on fait pas ça chez nous). Mais à commencer à être sérieusement bousculé par tous ces gens bien pensants qui pensent avec l'effet nocebo et savent parler dans les réseaux. De quoi regretter de ne pas avoir fait de déclaration à l'ANSM (pas le temps de faire une fiche de plus et d'ailleurs pour quel usage de l'ANSM ?).
    Au bout du compte (et même si c'était un effet nocebo) le principe n'est-il pas "primum non nocere".

    Dr DS

  • Un auto diagnostic

    Le 02 janvier 2018

    Je ressens aussi de la fatigue et raideur musculaire, des arthralgies et des crampes nocturnes... je n'ai jamais pris de Lévothyrox, mais je suis sûr que cela ne peut que venir de là ! On a dû mettre du mannitol dans mon café !

    Dr Michel de Guibert

  • Et de trois avec moi !

    Le 02 janvier 2018

    @Dr MPL et Dr DS : ma TSH augmentée de 0.58 à 7.06 ...ça ne parle qu'à nous sans doute ! Mais là je suis plus forte que les autres puisque l'effet nocébo a même réussi à perturber ma biologie ! D'autant plus que le biologiste à trouvé des anticorps très augmentés et puis les moqueries de certains ne résistent pas aujourd'hui au bilan biologique, lui, très spécialisé !

    Michèle C (SF)

  • Modification du statut auto-immun (@Michèle C)

    Le 04 janvier 2018

    C'est vrai qu'avec l'excipient lactose la TSH de tous les patients sous Levothyrox était d'une stabilité telle qu'on n'avait même plus besoin de la doser...

    Je n'ai pas connaissance que le Levothyrox version mannitol aurait engendré des torrents de résultats biologiques inhabituels. Si tel était le cas, vous ne rencontreriez certainement aucun scepticisme.

    Donc...que ce soit clair : Levothyrox ancien ou nouvelle formule, il y aura toujours des patients qui nécessiteront un ajustement posologique lié à une modification de leur statut auto-immun.
    Vos anticorps "très augmentés" montrent tout simplement que votre hypothyroïdie s'est intensifiée, et Levothyrox n'y est pour rien !

    Dr EG

  • Responsabilité du croscarmellose ? (réponse au Dr EG)

    Le 04 janvier 2018

    Le nouveau Levothyrox contenait du croscarmellose celui-ci bien qu'assez "inerte" avait potentiellement la capacité de rendre le traitement absorbable par l'intestin de façon étagée,comme un médicament retard...Outre les anticorps,j'ai développé une thyroïdite sur des "résidus de glande" avec enrouement, douleurs, myopathie,céphalées intenses ! Le retour à un traitement normal sans croscarmellose a "éteint" l'incendie ! (le croscarmellose n'est pas indiqué dans le nouveau médicament, mais signalé sur le Vidal). Mais je suis en équilibre instable pour quelques semaines !

    Michèle C. (SF)

  • Un contre exemple

    Le 05 janvier 2018

    Ma fille de 15 ans a déclenché une thyroidite de Basedow à ses 11 ans. Elle est donc sous néo-mercazole et sous lévothyrox depuis maintenant presque 5 ans. Ses anticorps ne sont rentrés dans la norme qu'au mois d'avril dernier, à peu près en même temps que le changement de Lévothyrox. Ce changement nous a été expliqué par le pédiatre et par le pharmacien. Ma fille a été très consciente du "tabac" médiatique, mais n'a pour autant eu aucun effet secondaire, ni clinique ni biologique. Ses anticorps sont restés bons, et, au dire de son pédiatre qui traite plusieurs cas comme elle, aucun enfant n'a eu de souci. Peut-être est-ce dû au fait que dans ce cas, le Lévothyrox n'est pas le médicament principal mais vient seulement compenser l'effet du Néo-Mercazole.

    S (IDE)

  • Recherche d'une explication exogène (Réponse à Michèle C et à S)

    Le 05 janvier 2018

    Il vous faut de toute façon une explication "exogène"...si le croscarmellose (qui semble d'ailleurs avoir existé dans l'ancienne version du Levothyrox, mais peu importe) vous convient, notez son nom sur un punching-ball et allez-y, défoulez-vous !

    Rassurez-vous, vous n'êtes pas seule, même si la cible varie. Cela vaut pour les Lymés chroniques, les électrohypersensibles, les anti-vax, les anti-tout...probablement de nouvelles "religions", le curé ayant quasiment disparu de nos jours...et je vais commencer à le regretter ;-)))

    Pour S : n'allez pas chercher d'explication "scabreuse" à l'indifférence au changement de formulation (si peu) de votre fille. Elle est jeune donc en pleine forme en dehors de son trouble hormonal. Nul besoin donc de rechercher un coupable à des bobos réservés aux tranches d'âge supérieures...

    Dr EG

  • Se documenter avant de parler...

    Le 06 janvier 2018

    Oserais-je renvoyer à cet article (parmi bien d'autres) qui pourrait justifier divers troubles de la sphère digestive associés au "Lévo-nouvelle-formule" ? http://www.fwiblog.com/effets-secondaires-de-croscarmellose-sodium/

  • Hystérie collective (rappel historique)

    Le 06 janvier 2018

    La lecture des réactions fait planer un parfum sulfureux de phénomène sociopsychologique mal compris.
    Trouvé un document intéressant concernant les possédées de Loudun.
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/07/29/erotomanie-en-serie-chez-les-ursulines_4464322_1650684.html

  • Laurier rose

    Le 06 janvier 2018

    J'avais un laurier-rose sur mon balcon.
    Suite au changement de la formule du Lévothyrox de la cousine de mon voisin, ce laurier-rose est mort. Je précise que la fenêtre de ce voisin donnait sur le balcon où était ce fameux laurier-rose.
    Et quand mon laurier-rose a commencé à dépérir, je n'étais même pas au courant que sa cousine prenait du lévothyrox.
    Qui osera encore parler d'effet nocebo ?

    Ce n'est pas d'information que les gens ont besoin. C'est d'éducation. Y compris pour beaucoup de professionnels de la santé. Y compris médecins. Vaste programme.

    Dr JP Huisman

  • Levothyrox,la reponse bientot ?

    Le 06 janvier 2018

    Puisque cette nouvelle formule va s'étendre à toute l'Europe,on va voir si les troubles s'y étendent aussi. Et si la France est "l'ilot -village gaulois" a être le seul à protester. Certains groupes angoissés devront remettre en question la cible Merck de leur activisme.Cible qui doit attendre cette généralisation avec intérêt, ainsi que les juges actuellement saisis...Mais pour certains, labos (toujours grrros) egal (toujours) pognon, donc "ils veuleconetrelaverité", ceux là ne seront jamais convaincus par la verité qui ne va pas dans leur sens.

    Maignan, pharmacien

  • Calmez-vous !

    Le 06 janvier 2018

    Toute cette verve médicopharmaco-insultante envers les patients, y compris et surtout ses confrères, à défaut de me faire sourire, m'invite à chercher une oreille attentive dans laquelle je puis susurrer le nom et la marque d'une lévothyroxine qui balaie tous les effets secondaires désagréables (ce depuis plusieurs années! ), voire insupportables de l'accusée !J'ai acquis la conviction qu'il existe aujourd'hui une défense, au front, et dans une majorité de cas, une défense donc, propre au labo flagellé, sorti bec et ongles en avant ! A croire effectivement qu'il y a gros à perdre ou à gagner !La "visite médicale" est en pleine effervescence !

    Enfin si vous n'en doutiez pas, je vais très bien, j'ai tout changé après plusieurs essais et sans croscarmellose mon bilan est ... impeccable !

    MC

  • Quelle justification scientifique ?

    Le 07 janvier 2018

    A la place de tous ces discours, il aurait ètè plus convainquant de faire effectuer des dosages de TSH, de T3, de T4 et de publier les rèsultats. Mais les dosages ça coute !

    Dr Jacques Frey, MedDr, SciDr.

  • L'expérience divergente d'un endocrinologue

    Le 07 janvier 2018

    Endocrinologue depuis 42 ans, prescripteur de lévothyrox (nouvelle formule) soit à titre supplétif soit à titre freinateur, je vous livre mon expérience:

    1) Fréquence importante des effets indésirables(1/5 ou 1/6).

    2) Symptômes quasi semblables: douleurs musculaires, fatigabilité, insomnie, chute de cheveux.

    3) Prédominance chez la femme, rare chez l'homme -qq cas seulement-.

    4) Cessation rapide des symptômes dès le changement de lévothyrox pour Euthyrox ou l thyroxine Henning.

    5) pas de modification significative de la TSH, ce qui cadrerait bien avec la rapidité de régression des symptômes.

    6) Les patients atteints n'étaient pas des déséquilibrés, des psy...loin s'en faut. Alors effet nocebo, je n'en suis pas persuadé.

    Où le levothyrox nouvelle formule est-il fabriqué?

    Dr Robert Elkaïm

  • Lévothyrox chez le chien et diabete insipide

    Le 07 janvier 2018

    Permettez moi d'intervenir alors que je ne suis ni médecin, ni paramédical mais simplement propriétaire d'un animal sous Lévothyrox.

    Après le changement de Lévthyrox mon chien de 6 ans a déclenché un diabète insipide avec une consommation effrénée d'eau d'environ 9 à 10 litres par jour.
    Le veterinaire ne croyant pas aux effets secondaires dudit médicament à prescrit un traitement bi quotidien qui a fonctionné.
    Le Lévothyrox n’étant plus distribué pour les animaux chez mon pharmacien, le veterinaire a prescrit la formule vetérinaire de ce même Levothirox.
    Nous avons pu baisser les gouttes et le chien ne présente plus aucun signe de diabete insipide depuis ce jour !
    Il n'a a ce jour plus aucun traitement.
    Alors soit mon chien passe trop de temps sur les forums animaliers avec ses congénères sans que j'en ai connaissance, soit l'effet nocebo est tres discutable...

    FJ

  • Bravo au Dr Robert Elkaïm

    Le 08 janvier 2018

    Bonjour et bravo ! Cela me rassure quand même qu'il y ait encore un ou des médecins qui examine leurs patients, les écoute et fasse un diagnostic étayé confronté à son expérience et la connaissance scientifique et médicale ! Dans l'exercice de ma profession j'ai essayé au maximum de garder ma tête sur les épaules pour ne pas tomber dans l'erreur facile. Etre quasi traitée d'hystérique par le corps médical m'a fait douter...j'ai rencontré aussi des spécialistes divers qui ont vu des problèmes. Respect Dr Elkaïm.

    MC (SF)

  • Levothyrox. Effet nocebo

    Le 09 janvier 2018

    Par expérience professionnelle hospitalière et libérale, j'ai toujours regretté la pauvreté de formation psy reçue durant mes études. Non seulement la mienne, mais aussi celle des autres confrères de mon entourage. Alors pourquoi un médecin n'aurait-il pas de troubles psy ? Sommes nous supérieurs aux autres ? Par la naissance ou par les études ? Et pourquoi certains d'entre nous ne seraient ils pas hystériques ? Il serait intéressant d'avoir le motif de mise en invalidité de nos confrères par le Conseil de l'Ordre puisque la Psy en est la cause principale. Le "je ne suis pas hystérique ou maso ou sadique" semble affirmer que personne ne l'est ? Alors les pathologies mentales ne sont que des inventions de simulateurs ? Une nuit dans un service psy pourrait faire changer d'avis. La formation vous dis-je!

    Dr Lucien Duclaud

  • Une vérification s'impose...

    Le 14 janvier 2018

    Oui, il est urgent de vérifier que les douleurs musculaires, la fatigue et la chute des cheveux ne soit tout simplement pas le reflet d'un diabète insipide déclenché par le mannitol chez l'homme (enfin je veux dire chez la femme) !

    EG

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.