Agnès Buzyn tire le bilan d’une canicule…qui pourrait lui profiter !

Paris, le mercredi 8 août 2018 – Agnès Buzyn a mis un point final, ce matin, par une conférence de presse, à deux semaines marathon consacrées à la canicule. Elle a tiré un « bon bilan » de ces journées de grandes chaleurs, où la mobilisation des professionnels de santé et des associations a permis d’éviter une situation identique à celle de 2003. Elle a souligné que la surmortalité serait connue dans un mois mais qu’aucun indicateur n’était alarmant. Elle a également souligné que la vigilance reste de mise pour les personnes âgées malgré la baisse des températures : « je demanderai aux collectivités locales, aux associations, de rester mobilisés (…) jusqu’au week-end ».

Durant cette « crise », Agnès Buzyn a joué la carte de l'omniprésence et certains observateurs avisés jugent que cet épisode pourrait lui servir dans les mois à venir… En effet, la canicule, comme le rappelle Arnaud Mercier, professeur de communication politique à Paris II auprès du Huffington post, est une situation à risque pour tout ministre de la Santé. Selon lui : « elle fait le job. Parce que l'important pour les ministres, depuis la calamiteuse prestation de Jean-François Mattéi, c'est de montrer qu'ils sont là, qu'ils ne minimisent pas le problème, qu'ils vont sur le terrain, qu'ils s'assurent que tout est en place ».
 
Une bonne gestion de crise qui pourrait aider Agnès Buzyn a enfin être reconnue de l'opinion publique. Ainsi, Bernard Sananès, président de l’institut Elabe expliquait à l’Opinion « comme la plupart des ministres « experts », elle n’est pas encore bien identifiée par les Français. Dans une enquête récente réalisée par Elabe, moins d’un Français sur 2 disait la connaître de nom, 25 % seulement disaient bien la connaître. En notoriété, elle reste donc en bas de classement des ministres. De plus, aucune grande réforme, aucune mesure (le reste à charge était un engagement du Président), ne lui est aujourd’hui attribuée. ». En outre, il semble qu’elle soit surtout connue aujourd’hui du grand public pour des gaffes, dont la dernière avait été d’attribuer les retards du plan pauvreté à la coupe du monde !

Bernard Sananès estime aussi que cet épisode caniculaire pourrait s'avérer bénéfique pour la responsable en termes d’opinions favorables puisque « s’agissant de l’épisode de canicule, elle semble maîtriser parfaitement les fondamentaux de sa communication ».

Peut-être une « bonne nouvelle », donc, pour Agnès Buzyn, qui s'apprête à vivre une année particulièrement chargée, notamment avec la réforme des retraites ou le projet de « refonte » du système de santé.

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article