Après le suicide du Pr Barrat, des médecins alertent sur les conditions de travail des hospitaliers

Paris, le vendredi 15 février 2019 – Quelques jours après le suicide du Pr Barrat sur son lieu de travail à l’hôpital Avicenne, l'Association Nationale de Médecine du Travail et d’Ergonomie du Personnel des Hôpitaux interpelle par courrier le ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn ainsi que la Direction générale de l'offre de soins (DGOS).

Dans sa missive, l’association prévient que son intention n’est pas de « polémiquer » mais de « témoigner » : « les médecins du travail, dans les hôpitaux où nous sommes encore présents, sont les témoins d’une souffrance de plus en plus marquée des professionnels de santé. Il n’est plus rare de voir en consultation en santé au travail, à leur initiative ou à celle d’un collègue inquiet, des médecins épuisés, des soignants perdus, perdant pied ».

Dans les colonnes du site What’s up doc, la présidente de cette organisation, le Dr Hélène Beringuier raconte « nous, les médecins du travail, avons commencé à voir des médecins venir consulter il y a huit à dix ans. Avant ils venaient très peu, et s’ils venaient, c’étaient essentiellement pour des vaccinations ou des accidents d’exposition au sang. Il y a huit ans, nous avons commencé à en voir et c’est allé crescendo. Soit ils viennent spontanément, soit c’est un collègue qui les accompagne dans nos services. Je pense qu’il y a peu de médecins du travail qui tiennent une comptabilité du nombre de médecins qui viennent les voir, mais on ressent très bien qu’avant c’était très marginal et que maintenant c’est beaucoup plus important. Nous constatons aussi que de nombreux médecins quittent l’hôpital public (…) Je pense que c’est avant tout dû à l’aggravation des conditions de travail (…) On peut mettre en relation la souffrance au travail et les différentes réformes qui sont arrivées ces dernières années » tranche-t-elle.

Aussi dans sa lettre au ministre, l'ANMTEPH appelle à de grandes actions de prévention dans les hôpitaux « tous les personnels qui à ce jour ont payé de leur santé méritent bien que directions, représentants des personnels médicaux et non médicaux et préventeurs y travaillent de concert avec l’implication des ARS et de la DGOS, et avec des évaluations objectives des résultats ».

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article