Assistants médicaux : les infirmiers libéraux voient leur cauchemar devenir réalité

Paris, le vendredi 1er février 2019 - Le lièvre soulevé par le syndicat Convergence infirmière est un véritable « cauchemar » pour les infirmiers libéraux. L’organisation dirigée par Ghislaine Sicre a en effet découvert un élément très inquiétant dans le document utilisé par la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) dans le cadre de ses négociations conventionnelles avec les différents syndicats de médecins libéraux au sujet des assistants médicaux.

Dans ce texte, la CNAM informe les parties prenantes que le gouvernement planche sur « une modification réglementaire (…) pour étendre le champ d’intervention des aides-soignants au milieu ambulatoire, ainsi que sur la possibilité pour eux de se voir déléguer des missions directement par les médecins ».

Vers des aides-soignants auxiliaires médicaux ?

Pour Convergence Infirmière, « en d’autres termes, cela revient à dire que les aides-soignants n’exerceraient plus sous délégation d’actes d’un infirmier dans le domaine de notre rôle propre, mais directement sous délégation d’actes médicaux, comme les infirmières et les infirmiers (…). Les aides-soignantes deviendraient, de fait, des auxiliaires médicales, au même titre que les infirmières. Et pour que ce cauchemar devienne réalité, pour que les AS exercent à domicile et y pratiquent certains de nos actes infirmiers, il suffira à un médecin exerçant en équipe pluridisciplinaire de salarier plusieurs AS comme "assistants médicaux" qui se déplaceront au domicile des patients, puisque ce sont les médecins employeurs qui apprécieront, en pratique, en fonction de leurs besoins, les missions administratives et soignantes qui seront misent en œuvre ».

Cette évolution signerait en effet une redistribution des compétences et un profond chamboulement de la profession infirmière dans son versant libéral, dont Convergence infirmière craint déjà qu’elle ne disparaisse.


Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (6)

  • Des besoins plus urgents

    Le 01 février 2019

    Les medecins liberaux se plaignent de la chronophagie administrative ... pour leur donner plus de temps à consacrer à l'exercice "de la médecine", il semblerait que la présence de personnes dédiées à la paperasse, résoudrait le problème !
    Mais ces emplois se nomment tout simplement "des secrétaires". Comme bon nombre de professions libérales, ces emplois sont exclusivement à la charge de l'employeur et non payés sur les deniers publics.
    Il y a d'autres besoins de santé publique (plus urgents) à prendre en charge.

    Christine Glenat (IDE)

  • Vers des aides-soignants auxiliaires médicaux

    Le 01 février 2019

    C'est scandaleux ! Modifier notre profession sans tenir compte de l'impact sur notre rôle propre et nos compétences professionnelles sont modifiées, l'impact économique est important et les charges restent identiques, la multiplication des intervenants à domicile auprès des patients ... etc.


    Murielle Pizzighini (IDE)

  • Battez vous

    Le 03 février 2019

    L'union fait la force, battez vous et syndiquez vous!

    Sylvie Laurent (IDE)

Voir toutes les réactions (6)

Réagir à cet article