Biologie médicale : un village gaulois résiste encore et toujours

Paris, le vendredi 6 mai 2022 - Le réseau « les biologistes indépendants » sonne l’alarme sur les conséquences délétères de la « financiarisation » de la biologie médicale, alors que la majorité des laboratoires sont désormais contrôlés par des groupes qui représentent environ 67 % de l’activité.

Le réseau les biologistes indépendants rassemble 650 laboratoires.

Dans son communiqué les biologistes indépendants disent constater dans un contexte de « financiarisation croissante », une dégradation de l’accès aux structures médicales et du service rendu, qui se traduirait par la multiplication de mauvaise « expérience » des patients. En cause, des horaires d’ouverture restreints, une prise en charge impersonnelle du fait d’une rotation importante des salariés, l’impossibilité de se faire expliquer les résultats par un biologiste, des résultats envoyés tardivement aux médecins, etc.

Les biologistes indépendants en veulent pour preuve les résultats d’une enquête IPSOS commandée par eux qui conclut que 67 % des français et 75 % des médecins jugent que ces rachats des laboratoires indépendants conduisent à une « réduction des investissements matériels et humains ».

En matière d’accès aux soins, 25 % des Français rapportent désormais rencontrer des difficultés à faire des analyses médicales urgentes et 50 % des médecins ont des difficultés grandissantes à échanger sur des résultats d’examen avec les laboratoires.

Or, les biologistes indépendants le promettent, eux privilégient « l’humain comme alternative à un modèle purement financier fondé sur la spéculation ». 

« L'indépendance n'est pas juste un mot, c'est aussi un modèle économique et juridique vertueux. Au sein des laboratoires de groupes financiers, le pouvoir est centralisé non plus aux mains des biologistes, mais dans celles d'investisseurs étrangers (…) » détaille au Quotidien du médecin le Dr Dominique Lunte, médecin biologiste et présidente du réseau.

Pour limiter ce dévoiement, Dominique Lunte demande un renforcement de la réglementation alors que « les financiers ont contourné la législation. S'ils n'ont qu'un quart des parts, ils ont 99 % des droits financiers. Le législateur doit combler ce vide juridique » explique-t-elle.

Gabriel Poteau

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Biologistes indpendant

    Le 07 mai 2022

    Bravo à eux !

    Pierre D Desvignes

Réagir à cet article