Cafouillage aux ECNi : une épreuve annulée et reprise ce jeudi !

Paris, le mercredi 21 juin 2017 – « Habituellement on apprend de ses erreurs…sauf au CNG ». Le message posté par une étudiante en médecine sur Twitter résume le sentiment des candidats aux épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) qui ont appris hier soir qu’ils pourraient être contraints de repasser l’épreuve des dossiers cliniques progressifs. En cause : le dossier clinique progressif numéro quatre avait déjà été présenté lors des ECNi tests l’année dernière et a été également travaillé dans certaines prépa privées (en raison de son insertion dans les annales). Pourtant, le dossier a bien été validé par le conseil scientifique de médecine du Centre National de Gestion (CNG).

Rupture de l’égalité des chances

Aujourd’hui, trois options s'offraient aux responsables du CNG et du ministère de l’Enseignement supérieur réunis ce matin : la suppression du dossier clinique progressif litigieux (voie qui semblait recueillir le plus de suffrages parmi les étudiants s’exprimant sur les réseaux sociaux !), le report de l’épreuve ce jeudi matin (ce qui révolte une partie de ceux qui espéraient voir les vacances commencer dès ce soir) ou la validation de l’examen. Pour choisir, les membres du CNG et du ministère ont tenté d’évaluer dans quelle mesure l’égalité des chances a été altérée par cette reprise du sujet. Ils viennent de considérer que l'annulation de l'épreuve et son report ce 22 juin s'imposaient. « Les étudiants redoublant leur sixième année et se présentant cette année aux ECNi ainsi que les internes ou auditeurs se présentant à nouveau aux épreuves de cette année étaient  susceptibles d’avoir déjà connaissance de ce dossier», justifie le ministère dans un communiqué publié ce midi.

Même cafouillage en odontologie

La colère des étudiants est palpable. « Les candidats vivent ce moment comme un manque de respect envers eux et leur travail. Cette situation est anxiogène et personne ne rassure les étudiants pour le moment », remarque le patron de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) cité par le Quotidien du médecin. Cet incident ne peut par ailleurs que rappeler les difficultés techniques qui avaient émaillé la mise en place des ECNi.

Au-delà, la réutilisation de sujets d’annales n’est pas une première. L’année dernière un des 18 cas cliniques avait déjà été partiellement traité lors de sessions d'entraînement à l’université Lyon-Est. Plus récemment encore, il y a quelques jours, les candidats à l’internat d’odontologie ont appris qu’ils devraient repasser le 30 juin une nouvelle épreuve de questions après qu’il ait été mis en évidence que l’une des questions à trente points avait déjà été traitée par certains candidats lors d’un entraînement facultaire. « Habituellement, on apprend de ses erreurs… ».

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (8)

  • Honte à eux !

    Le 21 juin 2017

    Cafouillage aux ECNi 2017 ?
    Mais vous rendez vous seulement compte des conséquences ?
    Des crises de nerfs dans les amphithéâtres !
    Les coupables : il faut citer les noms des incompétents à la tête de ce scandale. Ceux qui ont été payé richement pour "pondre" des sujets et qui sans complexe les ont pompés dans des annales !
    Ceux qui les ont validés sont aussi à blâmer.
    Il n'y a pas qu'en politique où il faut faire le grand ménage !

    À tout jamais votre incompétence sera inscrite dans les pensées des futurs internes et de leurs familles.
    Honte à vous !
    Laissez la place à de réels professionnels !
    Je suis sûre que nos brillants étudiants en médecine méritent bien plus de reconnaissance .

    Sylviane, pharmacienne

  • Garantie ?

    Le 21 juin 2017

    Et qui peu nous garantir que ces mêmes qui ont préparé le concours ne vont pas proposer à nouveau un dossier "non conforme" ?

  • Mépris des étudiants

    Le 21 juin 2017

    Rebelote ce jour 21/06 ! Avec suspicion de récidive d'un auteur de sujet.
    Peut-on à ce point mépriser les étudiants? Tirage au sort à l'entrée à l'université, épreuves de l'ECN non vérifiées, malaise chez les internes...Marre de payer des impôts pour cette m...

    Si on tirait au sort le paiement de la retraite des responsables?

    Dr François Simonneau, père d'un étudiant devant repasser demain les épreuves de mardi et probablement de ce jour.

Voir toutes les réactions (8)

Réagir à cet article