Cancers : les vœux de la Ligue pour la prévention

En novembre dernier se sont tenus les Etats Généraux de la prévention des cancers organisés par la Ligue contre le cancer et le Conseil économique social et environnemental. Depuis vingt ans qu’elle participe aux Plans cancers, la Ligue a vu s’améliorer les traitements, mais aujourd’hui priorité est à la prévention : encore 40% des cancers sont évitables.

En1986, la charte d’Ottawa posait la promotion de la santé comme un incontournable enjeu de société, relevant d’une approche globale et impliquant tous les responsables politiques. Depuis, les projets de santé citent la prévention… mais seuls 2,2 % de la dépense de santé lui est attribuée ! Bref, cela reste un vœu pieux.

Exposome

Comment changer les comportements, agir sur l’environnement (5 à 10 % des cancers seraient liés à des facteurs environnementaux) ? Dix ateliers thématiques, deux consultations du public par internet et des audits d’élèves organisés en 2018 ont généré un livre blanc d’une centaine de pages et 11 propositions phares déclinées en actions très concrètes.

Si l’on peut (et doit) impliquer le citoyen via les plateformes participatives, lui offrir un dispositif numérique d’information adapté à son lieu de vie, lui proposer de connaitre son exposome (exposition cumulée), les inégalités restent : même pour les recommandations connues de tous, l’intégration comme chose possible pour soi-même n’est pas universelle : un effort d’ "aller vers" est nécessaire. Ainsi faudrait-il non seulement professionnaliser et reconnaître les acteurs de la prévention mais aussi développer l’animation territoriale, les compétences des professionnels qui voient du public hors secteurs du soin et créer des délégués en prévention dans tous les milieux.

Zéro pub et vaccins à l’école

Outre l’augmentation nette des budgets de la prévention organisée (20%) et de la recherche (notamment sur le risque de deuxième cancer), des propositions concrètes émanent de ce livre blanc : un parcours éducatif de santé, des consultations de prévention à 11, 25 et 50 ans, le développement des facteurs protecteurs urbains (zones piétonnes, pistes cyclables, végétalisation, jardins partagés)... Les auteurs demandent une politique plus courageuse sur des points précis comme l’exposition professionnelle (à reconnaître), le tabac et l’alcool (pas de publicité), les cancers viro-induits (traiter les hépatites virales, proposer le vaccin HPV à l’école aux garçons comme aux filles).

Voici de quoi inspirer notre ministre, qui a fait de la santé publique un de ses chevaux de bataille. Concluons par ce message plus direct à Agnès Buzyn, de la part d’un des élèves participants : « si j’étais ministre, j’interdirais de fumer à côté des enfants ». Un autre souhaiterait que tous les vaccins soient obligatoires… c’est pourtant simple, la prévention !

https://fr.calameo.com/read/0018149059af6dad4165b

Dr Blandine Esquerre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article