Carafe filtrante : l’enfer est pavé de bonnes intentions…

Paris, le mardi 14 mars 2017 - Bien que 96 % des Français reçoivent chez eux une eau répondant parfaitement aux normes de qualité et de sécurité, un nombre croissant de foyers s’est équipé en carafe filtrante dans le but d’éliminer un certain nombre de substances et de métaux. Ainsi, 20 % des ménages disposent aujourd’hui d’un tel dispositif. Outre que leur utilité est aujourd’hui mal évaluée, ces carafes pourraient ne pas parfaitement répondre aux objectifs fixés. Dans un avis publié aujourd’hui, qui résulte d’une autosaisine, l’Agence nationale d’évaluation en santé (ANSES) note qu’il existe un risque de « relargage de différents contaminants (ions argent, sodium, potassium, ammonium) dans l’eau de boisson, d’abaissement du pH, voire d'une altération de la qualité microbiologique de l’eau ». De telles observations remettent très clairement en question la pertinence de l’utilisation de ces dispositifs, justement destinés à obtenir une eau plus "pure".

D’autant plus que « même si les résultats disponibles montrent que la plupart des carafes filtrantes respectent les préconisations des normes concernant la diminution de l’odeur, la saveur, des concentrations en chlore, plomb et cuivre, ces données ne permettent pas d’évaluer l’efficacité réelle de toutes les carafes filtrantes commercialisées » relève l’ANSES. Dès lors, pour ceux que ces données ne dissuaderaient pas totalement d’utiliser (ou d’acheter) une carafe filtrante, l’agence émet plusieurs recommandations, concernant le respect du mode d’emploi, le nettoyage ou encore la conservation de l’eau filtrée.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article