Chirurgien soupçonné d’actes pédophiles : l’Ordre a-t-il manqué de clairvoyance ?

La Rochelle, le mercredi 21 août 2019 – Au printemps 2017, le docteur Joël Le Scouarnec, chirurgien viscéral exerçant alors à l’hôpital de Jonzac, est mis en examen pour deux viols et trois atteintes sexuelles sur mineurs et placé en détention provisoire. L’enquête a été ouverte après les révélations troublantes de sa très jeune voisine ayant évoqué l’exhibition sexuelle de l’homme âgé de 66 ans, alors que des interrogatoires et des examens complémentaires ont conduit à suspecter que les agissements de ce dernier pourraient même être allés jusqu’au viol. Les investigations de la police et certains aveux du médecin ont par ailleurs permis aux enquêteurs d’identifier d’autres victimes potentielles : des enfants dans l’entourage familial du médecin et de jeunes patientes. Si dans certains cas, les faits sont prescrits, l’ordonnance de renvoi devant la justice de Charente Maritime retient deux viols et trois atteintes sexuelles.

Des récits glaçants

Mais les faits pourraient être plus graves. C’est en tout cas ce que suggèrent les carnets intimes du praticien dont la sordide teneur vient d’être révélée par le quotidien la Charente Libre. Le chirurgien a ainsi noirci des dizaines de pages multipliant les récits d’agressions sexuelles concernant des patients. Les scènes évoquent de possibles passages à l’acte au cours de l’anesthésie des jeunes opérés ou en salle de réveil, alors que jusqu’à 200 noms ont pu être répertoriés. Il demeure cependant difficile de vérifier la véracité de ces écrits, dont la forme varie, tantôt au présent, passé, futur ou confidentiel.

Une enquête très délicate

Ayant admis son orientation pour les jeunes enfants et avoué des attouchements sexuels, le praticien, qui reconnait également être l’auteur de ces carnets trouvés à son domicile, a cependant toujours nié tout acte de viol. En outre, concernant ses écrits, son avocat Maître Kurzawa rappelle la présomption d’innocence dont doit bénéficier son client et assure qu’il s’agit de récits de l’ordre du « fantasme (…). Aucun élément objectif ne vient affirmer que ce qu’il a écrit s’est réellement produit », relève-t-il.

Pour les enquêteurs, le travail de recherche est complexe. D’abord parce que les localisations sont variées : le praticien a exercé en Bretagne et en Touraine avant de rejoindre la Charente-Maritime. Par ailleurs, certains noms sont ceux de patients pris en charge il y a de nombreuses années, ce qui accroît les difficultés de leur identification. Si les investigateurs peuvent collaborer avec les établissements au sein desquels le médecin a exercé, les coordonnées des personnes prises en charge ont souvent été modifiées, s’agissant notamment d’enfants devenus adultes. Si les victimes potentielles parviennent à être retrouvées, la complexité demeure au moment de la révélation de la nature de l’enquête : en effet les patients peuvent avoir oublié ou ne pas avoir été conscients de leur agression, ce qui rend difficile le recueil de leur témoignage. Autant d’obstacles qui empêchent de confirmer si comme certains le suspectent déjà, il s’agit réellement d’un des plus grands scandales de pédophilie de France.

Une condamnation en 2005

Quel que soit le nombre de faits qui seront finalement examinés par la justice, ce procès sera probablement également l’occasion de s’interroger sur le possible manque de clairvoyance du Conseil de l’Ordre. En effet, en 2005, à Vannes (Morbihan), le médecin avait été condamné à quatre mois de prison pour détention d’images pornographiques. Ce fait n’aurait-il pas dû constituer une alerte pour la juridiction ordinale, quant à la nécessité d’empêcher tout au moins les contacts du médecin avec de jeunes patients ? L’avocat du médecin lui-même, observe dans la Charente Libre : « Je m’étonne aussi de l’attitude de l’ordre des médecins », alors que son client n’avait en outre été l’objet d’aucune obligation de soins lors de la condamnation bretonne. Cette affaire est-elle une nouvelle illustration de la nécessité de dispositif d’alerte face à des agissements de praticiens potentiellement néfastes pour leurs patients ? Doit-elle relancer les interrogations quant à l’absence de conséquences automatiques au niveau disciplinaire de certaines condamnations pénales sur le droit d’exercer ? Affaire à suivre.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (10)

  • Automaticité de la sanction ordinale si sanction pénale

    Le 21 août 2019

    La question posée par le journaliste de l’automaticité de la sanction ordinale si il y a sanction pénale doit être posée je pense. Par contre il doit y avoir aussi en revanche automaticité de l’absence de sanctions pénales si il n’y a pas de sanction ordinale.
    En-dehors des délits de droit commun qui doivent être réprimés pour tout citoyen médecin ou non, les délits dans l’exercice de la profession ne devraient être jugés que par des médecins le pénal n’a rien à faire dans notre profession.

    Maladresse, imprudence, atteinte involontaire à l’intégrité de la personne, peuvent conduire en prison, comment peut on condamner un chirurgien maladroit,qui détermine l’imprudence?
    L’expert qui n’a jamais opéré ?
    C’est du grand n’importe quoi. Et il serait bon de réviser le code pénal pour notre profession.

    Dr Jean-Michel Rouffilange

  • Qu'avons-nous fait ?

    Le 21 août 2019

    Incriminer l'ordre des des médecins parce qu'il n'a pas dit non à l'inscription à son tableau du suspecté criminel sexuel ? Certains le souhaitent.
    Mais cet homme a reçu un doctorat d'Etat qui a été délivré et signé par un très officiel jury attestant de sa capacité à exercer la médecine. Les avocats de l'Ordre du département ne manqueront pas de pousser ainsi le bouchon.
    Puis, de degré en degré, on remontera jusqu'à l'absence de tout intérêt, et de toute investigation, pour le fonctionnement mental et social de ceux qui sont admis en faculté de médecine et poursuivent tranquillement leurs études s'ils ont de bonnes notes techniques.

    Mon Dieu, comme ça ressemble à ce que nous voyons avec effroi dans les rangs des religieux de toutes les confessions ! Mais, ici, silence, on est "entre soi". Pour le moment.

    Dr François-Marie Michaut

  • "Confidentiel"

    Le 21 août 2019

    "Ces écrits, dont la forme varie, tantôt au présent, passé, futur ou confidentiel".

    J'ai eu un moment d'incertitude devant cette forme du "confidentiel" !
    Plutôt "conditionnel", non ?

Voir toutes les réactions (10)

Réagir à cet article