Demain, le désert pharmaceutique ?

Paris, le vendredi 2 février 2018 - Dans un rapport publié le 20 septembre dernier, la Cour des comptes estimait le maillage des pharmacies d’officine surdimensionné et proposait, parmi les mesures susceptibles de diminuer les coûts de distribution des médicaments en ville, de supprimer 10 435 officines !

Comme le souligne la FSPF (Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France) qui a lancé, ce 1er février, une campagne de communication baptisée « une pharmacie sur deux va mourir » (il en existe environ 22 000 actuellement), outre « la mise à mort du professionnel de santé de proximité (…) et la condamnation de milliers d’entreprises fortes de leurs 120 000 salariés » c’est la santé des Français qui est en jeu.

Combien de pharmacies dans votre département à l’avenir ?

La FSPF propose également une projection suggérant que : « dans 19 départements français (la Lozère, la Creuse, le Cantal, le Lot, la Haute-Marne, la Corse, l’Ariège, les Hautes-Alpes, le Territoire de Belfort, la Haute-Saône, la Meuse, le Jura, la Nièvre, les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Pyrénées, l’Indre, les Ardennes et le Gers), il resterait moins de 28 pharmacies ». Elle met également à disposition un simulateur pour évaluer, dans chaque département, ce que deviendra le parc des pharmacies d’officine, si Agnès Buzyn décidait de suivre les suggestions de la haute juridiction de la rue Cambon.

Pour accéder à ce simulateur et télécharger les affiches à apposer dans les officines, rendez-vous ici : http://1pharmaciesur2vamourir.fr/

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Securité Sociale ou Secu Anti sociale?

    Le 02 février 2018

    Le Médicament represente 7.5% du budget total des branches de la Secu. Les 2/3 de ces 7.5 (donc 5%),ce sont les labos, les taxes et les grossiste. Le dernier tiers (2.5% du budget Secu), ce sont les 22 000 officines. Si on en assassine la moitié,l'economie sera donc de 1.25 %.

    Cela justifie t-il de tuer des dizaines de milliers d'emplois qualifiés, très féminisés, et souvent situés dans les "déserts"? Non.

    Maignan, pharmacien

  • Matraquages des laboratoires de biologie médicale

    Le 02 février 2018

    En France, il n'y a pas que les pharmacies qui sont matraquées et qui vont disparaitre.
    Pour les laboratoires de biologie médicale, c'est un matraquage continuel sur les tarifs depuis de longues années.
    En effet, depuis 11 ans les tarifs des analyses ont été baissés de 4 % par an ce qui fait 40% de baisse au total sur les 11 ans.

    Cette année, je viens d'apprendre que nous allons subir une nouvelle baisse de 3% courant 2018 !
    Ce ne sera que la la 12° baisse consécutive !
    La profession de biologiste à qui on a imposé de plus une accréditation surdimensionnée et très couteuse, accréditation par une société privée (on croit rêver !) est en train de basculer intégralement dans les mains des financiers.
    Scandaleux !

    Quand ceux-ci auront récupéré la quasi totalité des laboratoires, vous verrez le service rendu: fermeture des petits laboratoires de proximité, les autres laboratoires restant fermés les après midi et les weekends, bref du rendement au dépend des patients et des prescripteurs.

    Ceci couplé à une carence criante de médecins généralistes et spécialistes, une fermeture de nonbreuses pharmacies, nous promet une dégradation grave de l'offre de soins en France.

    JHR

  • Déserts de santé

    Le 03 février 2018

    Déserts médicaux + déserts pharmaceutiques = obligatoirement des économies puisque ni médecin ni pharmacie ne seront accessibles à nombre de patients agés...ensuite le gouvernement pourra se pencher sur les tarifs des sociétés de Pompes Funèbres...

    Marie-Odile Marchal

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article