Des ordonnances sécurisées pour le Stilnox : à quand pour l’ensemble des benzodiazépines ?

Paris, le mercredi 11 janvier 2017 – Mieux encadrer la prescription et la consommation de benzodiazépines est un enjeu de santé publique en France depuis plusieurs années. Notre pays connaît en effet l’une des plus importantes consommations d’anxiolytiques et d’hypnotiques en Europe. Surtout, les durées de traitement dépassent fréquemment les recommandations de bonnes pratiques. Selon un rapport publié en 2012 par l’Association nationale de sécurité du médicament (ANSM), le temps de traitement médian était de sept mois, tandis qu’environ la moitié des patients étaient traités pendant plus de deux ans. Ces consommations prolongées exposent à des risques d’abus, voire comme certaines études le suggèrent de dépendance.

Pharmacodépendance

Pour prévenir les dérives, l’ANSM a engagé une vigilance spécifique, qui a notamment entraîné un rappel fréquent des recommandations de bonnes pratiques. Dans ce cadre, une réflexion a été engagée en vue de soumettre les benzoziazépines à une prescription sécurisée. Cette étape n’est pas encore franchie aujourd’hui, mais le médicament le plus vendu comme hypnotique connaîtra bientôt un statut spécifique. Entre 20 à 22 millions de boîtes de zolpidem (Stilnox) sont prescrites chaque année, ce qui justifie une vigilance particulière. En outre, des cas de dépendance ont été régulièrement rapportés. Deux enquêtes de l’ANSM ont ainsi mis en évidence des situations de pharmacodépendance « chez des utilisateurs chroniques dans une utilisation thérapeutique, mais à doses élevées » ou « chez des patients qui l'utilisent dans le cadre d'un mésusage ou d'un abus ».

Des conditions de prescription et de délivrance proches de celles des stupéfiants

Aussi, les nouvelles règles supposent que le Stilnox devra désormais être l’objet d’une ordonnance sécurisée. Sur ces supports, le nombre de comprimés et de prises doit être précisé « en toutes lettres ». Par ailleurs, aucune nouvelle ordonnance ne peut être établie durant la période mentionnée par le praticien, ce qui permettra d’éviter le nomadisme médical qui permettait à certains patients de multiplier les prescriptions. Le Stilnox n’est par contre pas soumis à l’obligation de présenter l’ordonnance à une pharmacie dans les trois jours suivant la prescription, à la différence des substances classées comme stupéfiantes.

Pour les spécialistes dont beaucoup réclamaient une mesure de ce type depuis plusieurs années, il s’agit d’une avancée mais considérée par certains comme insuffisante. Isabelle Adenot, présidente de l’Ordre des pharmaciens, juge notamment que tels dispositifs devraient être appliqués à l’ensemble des benzodiazépines.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (8)

  • Pseudo bonne idée

    Le 11 janvier 2017

    Qu'est-ce qui empechera, comme il le fait actuellement, le patient "motivé" de consulter 1 ou 2 autres prescripteurs pendant la période de validité de la 1 ére prescription ? Délivrance seulement avec carte vitale et inscription obligatoire sur le DP par ex...sans parler des prescripteurs qui passeront à d'autres molécules...

    Marie-Odile Marchal

  • N'importe quoi !

    Le 11 janvier 2017

    Y'en a marre! Bientôt, il y aura un mode de prescription spécial pour chaque molécule! Les crétins des Alpes qui nous dirigent savent-ils ce que c'est que l'insomnie? Apparemment non! Ils peuvent faire les pires conneries, ils dorment bien, eux! (sang contaminé, grippe H1N1, Médiator et autres!). Bien sûr, des mésusages, il y en a. Mais est-ce une raison pour emmerder toute la population? Vous vous imaginez que celui qui prend du zolpidem le fait par plaisir ? Si la délivrance doit se faire uniquement sur consultation du DP, je change de métier! Le flicage, ça va bien cinq minutes! Et de toute façon, celui qui voudra détourner le système le pourra, car très vite, on pourra s'en procurer sur le net! "L'avancée" est considérée comme insuffisante par certains. Qui, par exemple les ayatollah de la revue "Prescrire"?

  • Et le zopiclone ?

    Le 11 janvier 2017

    Et le zopiclone, clone du zolpidem, comme son nom l'indique ?

    Hervé Chapelle

Voir toutes les réactions (8)

Réagir à cet article