Deux victimes de la rage après transplantation déplorées en Allemagne

Berlin, le mardi 22 février 2005 - Le 30 juin dernier, les Centres de prévention et de contrôle des maladies américains (CDC, Centers for Disease Control and Prevention) rendaient publics l'existence des premiers cas de transmission du virus de la rage après dons d'organes dits « solides ». Huit cas de rage chez des personnes ayant bénéficié de don de cornée avaient déjà été rapportés dans cinq pays différents, mais pour la première fois en mai dernier la transmission du virus a eu lieu après une greffe de poumon et de reins chez trois patients différents. L'infection du donneur par le virus de la rage n'avait pu être détectée au cours de l'examen préliminaire au prélèvement. Il avait en outre été conclu que la mort du donneur n'était pas liée à une cause infectieuse.

Aujourd'hui, un cas similaire est déploré en Allemagne où déjà deux personnes sont décédées après avoir reçu les organes d'une jeune femme de 26 ans, morte en décembre après un accident cardio-vasculaire. Il n'avait pas non plus été possible à l'équipe responsable du prélèvement d'identifier ce risque. Pourtant, la jeune femme s'était plainte quelques temps avant sa mort de violents maux de tête comme le rapporte aujourd'hui le directeur d'une clinique psychiatrique d'Andernach (ouest du pays) où elle avait été soignée. C'est en Inde, que la donneuse aurait contracté le virus de la rage.

Après le décès d'une jeune femme ayant reçu un poumon, la clinique de Hannoversch Muenden, située dans le centre de l'Allemagne, a dû déplorer le décès d'un septuagénaire ayant reçu un rein, tandis que le receveur du pancréas et du second rein de la donneuse est aujourd'hui dans un état critique. Trois autres patients, dont deux ont subi une greffe de cornée et le troisième une greffe de foie sont aujourd'hui en bonne santé, mais de nouveaux examens doivent être réalisés afin de déterminer quelle thérapie doit être administrée à ce dernier. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article