Direct 16 janvier : coup de frein sur la vaccination | Vacciner les enfants ?| La Covid plus meurtrière que la grippe de 57

Cette veille quotidienne vous permet de retrouver rapidement certaines des informations brèves concernant l’épidémie actuelle. Retrouvez tous nos articles sur la Covid-19

18 h - L’étrange départ du Pr Salomon de l’institut Pasteur

Le Parisien rapporte une ténébreuse affaire : celle du départ du Pr Salomon, actuel DGS, de l’institut Pasteur en 2012. Jérôme Salomon a été remercié de l’Institut Pasteur à la suite d’une lettre anonyme dactylographiée. Dans cette lettre, l’auteur se disait victime de harcèlement sexuel et de menace de mort de la part d’un dirigeant de l’institut dont le nom n’est pas cité. “L’auteur de la lettre dénonce des faits de pédophilie, de zoophilie et de sadomasochisme, et menace de se suicider. ‘Je veux que ce cauchemar cesse ! ! ! Je crois que je vais vraiment finir par craquer et sauter bientôt d’une terrasse du BIME (NDLR : la biologie intégrative des maladies émergentes). Cela fera peut-être ouvrir les yeux des pasteuriens’, rapporte Le Parisien qui a consulté la lettre.

Quelques jours plus tard, l’institut est convaincu que les accusations à l’encontre du dirigeant mis en cause dans la lettre sont infondées. Avec l’autorisation de la police, ajoute Le Parisien, le dirigeant en question est informé de l’affaire. Après avoir pris connaissance de la lettre que les enquêteurs lui ont montrée, le mis en cause dit reconnaître la personne derrière cette missive. D’autres chercheurs de Pasteur aurait partagé ses suppositions selon lesquelles l’auteur n’était autre que le Pr Jérôme Salomon.

LeParisien écrit : “convoqué le 11 octobre 2012 par la direction générale du prestigieux institut, le responsable de la division internationale est immédiatement placé en situation de dispense d’activité rémunérée, le temps que sa situation administrative se règle. Une petite heure de réflexion est laissée en tout et pour tout au professeur pour décider de son sort. Jérôme Salomon opte finalement pour le licenciement et se voit contraint de faire séance tenante ses affaires et restituer badge, clés de bureau, chéquier et cartes de paiement…Puis il est reconduit manu militari par un agent de la sécurité de la fondation privée”.

17 h - Un point de vaccino-vigilance

L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) publie un nouveau point de vaccino-vigilance. Six effets indésirables graves avec une évolution favorable ont été observés en France avec le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech lors de cette troisième semaine de vaccination : 4 cas de réactions allergiques et 2 cas de tachycardie. L’Agence informe également du « décès d’une personne résidant en EHPAD et vaccinée contre la Covid-19 le 13 janvier avec le vaccin Comirnaty. Aucun effet indésirable immédiat n’a été constaté suite à la vaccination. Le décès est intervenu environ deux heures après la vaccination. Le patient ne présentait pas de signes physiques de réactions allergiques. Au regard de ces éléments, des antécédents médicaux et du traitement lourd de la personne, rien ne permet de conclure que ce décès est en lien avec la vaccination ». De plus,  une trentaine de cas d’effets indésirables non graves en lien avec le vaccin Comirnaty ont été enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance.

12 h - Les livraisons du vaccin Pfizer retardées

Le laboratoire américain Pfizer a annoncé vendredi que ses livraisons de vaccins allaient ralentir fin janvier-début février  "Ce type d’aléas dans la production et la livraison de vaccins était anticipé et il faudra savoir nous adapter en permanence au fur et à mesure de l’arrivée potentielle de nouveaux vaccins et du rythme réel des livraisons", a déclaré l'Élysée dans un communiqué. L'exécutif a tenu aussi à ajouter que "le déploiement global de notre campagne vaccinale n'est pas remis en cause par cette inflexion dans les livraisons". Cependant, la France devra "ajuster le rythme des vaccinations" contre le coronavirus en raison de la "forte baisse" attendue des livraisons du vaccin Pfizer/BioNTech dans les semaines à venir, a indiqué une source à au sein de l'exécutif à l’AFP.

11 h 30 - Plusieurs cas de variant sud-africain détectés en France ces dernières heures

Les autorités de santé informent de la découverte d'un cas de patient infecté par le variant sud africain dans le Val-de-Marne. Aussi, une opération de dépistage "de grande ampleur" est lancée en Ile-de-France dans plusieurs communes, dont Colombes (92), Maison Alfort (94), Bonneuil-sur-Marne (94) et Fleury-Mérogis (91), avec une priorité aux enfants et à leurs famille. Le variant sud-africain a également été identifié à Mayotte ou l’'Agence régionale de santé de Mayotte confirme un cas de variant sud-africain dans les prélèvements du 7 janvier envoyés en métropole pour séquençage génétique.

10 h - Faudra-t-il vacciner les enfants ?

Dans une interview donnée au Parisien et publiée ce samedi, le professeur Alain Fischer, nommé par le gouvernement pour le conseiller sur la stratégie vaccinale, estime qu'il "faudra peut-être un jour vacciner les enfants" en raison des nouveaux variants. "Les nouveaux variants pourraient, par exemple, nous conduire à faire évoluer la stratégie. Peut-être un jour faudra-t-il vacciner les enfants. En Grande-Bretagne, on cherche à savoir si leur taux d'infection plus important est lié à ce variant. Si cela se confirme et que les enfants transmettent le virus, la question se posera", affirme-t-il.

9 h 30 - Baisse notable du dépistage des maladies cardio-vasculaires

Les procédures de diagnostic et de traitement des maladies cardiaques ont chuté de près des deux tiers au printemps 2020 par rapport à 2019, selon une enquête publiée vendredi à Vienne et reposant sur l'étude de 900 centres hospitaliers dans 108 pays.
L'enquête de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dont le siège est en Autriche, montre ainsi une baisse de 64% des examens en cardiologie en mars-avril 2020 par rapport à la même période de l'année précédente, l'impact étant "brutal et significatif", et notable dans toutes les régions étudiées.

9 h - 1 millions de rendez-vous pour se faire vacciner !

Plus d'un million de rendez-vous ont été pris vendredi en vue de l'ouverture lundi de la vaccination contre le Covid-19 aux personnes âgées de plus de 75 ans et des personnes vulnérables à très haut risque, a annoncé le ministère de la Santé.
"Ce vendredi 15 janvier, plus d'1 million de rendez-vous" pour les premières et deuxièmes injections du vaccin, ce qui représente donc "500.000 personnes", ont "été pris dans toute la France auprès des centres de vaccinations, pour une première injection entre le 18 janvier et le 14 février 2021", a indiqué le ministère dans un communiqué.

8 h – Plus de 25 000 personnes hospitalisées pour Covid en France, pour la première fois depuis plusieurs semaines

Selon les dernières données communiquées hier soir par Santé publique France, on dénombre :
- 2 747 135 personnes positives pour le SARS-Cov-2 depuis le 1er mars (21 271 hier, 125 806 en 7 jours vs 107 362 les 7 jours précédents) ;
- 24 377 personnes hospitalisées pour Covid-19 (solde de + 632 ces 7 derniers jours vs - 114 les 7 jours précédents, 1634 admis hier)
- 2 730 personnes en réanimation (solde de + 124 ces 7 derniers jours vs - 3 les 7 jours précédents, 249 entrées en 24 h);
- 69 949 personnes décédées depuis le 1er mars (dont 2 518 en 7 jours vs 2666 la semaine précédente).

7 h – La Covid-19 plus mortelle que la grippe de 57

Selon les données de l'université John Hopkins de Baltimore, 93 926 742 cas de Covid-19 ont été recensés dans le monde (vs 88 969 386 le 9 janvier) et 2 010 700 décès liés à cette maladie (vs 1 915 540 le 9 janvier). Les trois pays qui ont identifié et déclaré le plus de cas sont les Etats-Unis (23 532 036 vs 21 870 988 le 9 janvier), l’Inde (10 542 841 vs 10 431 639 le 2 janvier) et le Brésil (8 393 492 vs 8 013 708 le 16 janvier). Les trois pays les plus endeuillés en valeur absolue sont les Etats-Unis (392 128 vs 368 932 le 9 janvier), le Brésil (208 246 vs 201 460 le 9 janvier) et l'Inde (152 093 vs 150 798 le 9 janvier). Avec plus de 2 millions de décès depuis le début de la pandémie, la Covid-19 aurait donc été plus mortelle que la grippe de 1957 ou celle de 1968.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article