Entrée en vigueur de l’extension de l’obligation vaccinale

Paris, le mardi 2 janvier 2018 - Tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 devront avoir reçu onze et non plus trois vaccins pour pouvoir être admis en collectivité. Il s’agit outre les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite de ceux contre la coqueluche, la rougeole-les oreillons et la rubéole (ROR), l’hépatite B, Haemophilus influenzae, différents types de pneumocoques et le méningocoque C. Si l’inscription à la crèche et dans les établissements scolaires sera impossible en cas de non-respect de cette obligation, aucune autre sanction directe n’est prévue. Les dispositions du Code de la santé publique qui punissaient spécifiquement l’absence de conformation à l’obligation vaccinale ont en effet été abrogées. Cependant, demeure en vigueur le principe d’obligation de protection des enfants, parfois invoqué pour punir la non-vaccination. Le gouvernement souhaite cependant le plus possible restreindre les situations conflictuelles et rappelle qu’au cours des années précédentes, 70 % des nourrissons avaient reçu les onze vaccinations désormais obligatoires.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Désobéissance civile !

    Le 05 janvier 2018

    Cette obligation est scandaleuse et le résultat du lobby industriel vaccinal alors qu'il n'y a aucune justification sanitaire. D'ailleurs une plainte pénale va être très prochainement déposée...

    La sanction du CSP a été abrogée et c'est le code pénal qui va s'appliquer, soit 30.000 € d'amende et 2 ans de prison. L'éviction scolaire est inqualifiable. Il existe pas moins de 12 griefs qui portent atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit. Soyez assurée Mme Buzyn que l'opinion publique n'en restera pas là malgré le forcing médiatique et la désinformation qu'ont subi les quelques parlementaires qui ont voté cette loi qui n'avait rien à faire dans une LFSS si ce n'est de squeezer le débat démocratique.

    Chaque famille constate sur le terrain les effets délétères des vaccins actuels, chaque individu peut rapporter dans son entourage des faits semblables. Viendra le jour où il faudra rendre des comptes car le scandale ne saurait durer plus longtemps et j'invite les médecins à intervenir sinon la Médecine n'en sortira pas grandie le jour venu !

    Serge Rader (pharmacien)

  • L'hôpital et l'infirmerie

    Le 05 janvier 2018

    J'aime bien quand M Raider accuse la ministre de désinformation, lobbying et forcing médiatique. J'aime bien aussi le "chaque famille constate... Etc..". Comme si toutes les familles françaises étaient contre les vaccins...
    J'aime bien aussi la menace de plainte pénale...
    Tout est dans la nuance, chez M Rader.

    Dr EO

Réagir à cet article