Hépatites pédiatriques d’origine inconnue : toujours pas d’excès de cas en France

Paris, le jeudi 16 juin 2022 – Santé publique France publie ses nouvelles données, arrêtées au 7 juin, sur la mystérieuse épidémie d’hépatites pédiatriques sévères d’étiologie inconnue.

L’agence sanitaire a répertorié 7 cas possibles et 6 sont en cours d'investigation. « La survenue de ces cas n'est pas inattendue et ne témoigne pas, à ce stade, d'un excès de cas en France » souligne SPF.

Dans le monde un total de 650 cas a été rapporté. Parmi eux, 222 cas ont été identifiés chez des enfants âgés de moins de 10 ans au Royaume-Uni qui demeure l’épicentre de ce phénomène. Des cas possibles ou en cours de classement ont été rapportés dans 13 autres pays sans qu’il soit possible à l’heure actuelle, de savoir s’ils représentent un excès de cas. Environ 15 % de ces malades ont dû bénéficier d’une transplantation et 5 % sont décédés.

Rappelons que la piste qui tient actuellement la corde pour expliquer cette flambée est la suivante : ces cas pourraient être la conséquence d'une infection par des adénovirus du type 41F dotés d’un certain tropisme intestinal chez des enfants précédemment infectés par le SARS-CoV-2 et porteurs de réservoirs intestinaux de ce dernier.

A suivre.

Gabriel Poteau

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article