Hypothèse Raoult : la vaccination pourrait favoriser la contamination

Paris, le jeudi 13 janvier 2022 – Le Professeur Didier Raoult a créé une nouvelle polémique scientifique en déclarant que la vaccination contre la Covid-19 pouvait favoriser la contamination.

On doit le reconnaitre, on s’ennuierait quelque peu sans le Professeur Didier Raoult. Avec sa manière d’asséner des affirmations et d’aller à contre-courant de la majorité de ses collègues, le virologue marseillais a l’art de déclencher les polémiques. Ces derniers jours, le directeur de l’IHU de Marseille a lancé un nouveau débat en critiquant la vaccination à la télévision et à la radio. Le Pr Raoult estime que la vaccination a un intérêt collectif limité (du fait de la faible dangerosité du virus pour les populations jeunes) mais il considère que le vaccin pourrait favoriser les contaminations. Voilà, si cela était vérifié, qui pourrait remettre en cause l’intégralité de notre politique vaccinale et de lutte contre l’épidémie.

Les pays vaccinés sont les pays avec le plus de contaminations…détectées

Dans son raisonnement, Didier Raoult part d’abord d’un constat : « ce sont les pays dans lesquels on a fait le plus de vaccins qui ont le plus de cas » affirmait-il vendredi soir sur le plateau de l’émission « Touche pas à Mon Poste ». Un constat difficile à nier : les pays d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, où plus de 70 % de la population est double vacciné, connaissent depuis un mois environ des chiffres de contamination record, dus au variant Omicron. Au Portugal par exemple, où 90 % de la population est double vacciné (le taux de vaccination le plus élevé au monde), on compte actuellement 40 000 contaminations par jour, soit quatre fois plus qu’il y a un an, quand presque personne n’était vacciné.

Mais association n’est évidemment pas corrélation. Ce nombre important de contaminations détectées s’explique également par le dépistage : les pays qui vaccinent massivement sont généralement aussi ceux qui testent massivement (car ce sont les pays riches). S’il y a en apparence beaucoup moins de contaminations en Afrique qu’en Europe, c’est sans doute parce que les pays africains n’ont pour la plupart ni la volonté ni les capacités logistiques de dépister leur population. De plus, il est possible qu’à la marge les personnes vaccinées changent leur comportement et respectent moins les gestes barrières, ce qui pourrait favoriser la contamination.

Malgré ces biais, le Pr Raoult semble considérer comme possible le lien entre vaccination et contamination et avance une explication : la vaccination pourrait favoriser l’apparition d’anticorps facilitants dans les semaines qui suivent l’administration du vaccin. Comme souvent, le chercheur marseillais semble s’appuyer plus sur des constatations faites à l’IHU que sur une étude rigoureuse. Selon lui, « une proportion importante des vaccinés qui sont testés positifs à l’IHU de Marseille le seraient dans un intervalle de temps court après une dose de vaccin », mais n’apporte pas plus de précisions.

Qu’est-ce que la facilitation d’une infection par des anticorps ?

Longtemps controversé, le phénomène de facilitation d’une infection par des anticorps (Antibody-dependant enhancement ou ADE) a été observé dans les années 2010 pour plusieurs maladies comme la dengue et un phénomène similaire est suspectée avec le VIH. Concernant la Covid-19, plusieurs études ont émis l’hypothèse que l’apparition d’anticorps facilitants était possible avec des cas de réinfections plus sévères que l’infection originelle.

Le phénomène évoqué par Didier Raoult ne serait pas une facilitation par l’infection naturelle  (IADE) mais une facilitation induite par la vaccination (VADE). Un tel phénomène a pu être observé avec la vaccination contre la dengue. En 2016-2017, la vaccination des enfants philippins contre cette maladie tropicale a tourné à la catastrophe, une quinzaine d’entre eux ayant semble-il été tué par une infection aggravée par le vaccin. Plus intéressant encore peut-être, une aggravation de l’infection due à la vaccination a été observée chez des animaux vaccinés avec des vaccins anti-coronavirus à l’essai.

Pour valider l’hypothèse du Professeur Raoult, il serait donc nécessaire d’étudier le sérum de personnes vaccinées atteintes du Covid-19, pour tenter d’y détecter, dans les jours qui suivent l’immunisation, des anticorps facilitants. En l’absence de telles études, la plupart des scientifiques se montrent beaucoup plus prudent que le Pr Raoult sur l’éventuelle facilitation de la contamination par la vaccination.

Si l’effet des vaccins contre la contamination reste donc très incertain (les scientifiques et les politiques qui affirmaient que ces vaccins diminuaient drastiquement la contamination ont été démentis), son efficacité contre les formes graves est en revanche acquise. Plus un pays a une couverture vaccinale forte (notamment chez les personnes âgées), moins il compte de sujets hospitalisés et de décès et les non-vaccinés sont majoritaires parmi les formes graves.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (37)

  • Raison de plus !

    Le 13 janvier 2022

    Le vaccin réduit fortement la surcharge hospitalière et la létalité.
    S'il n'empêche pas la circulation virale (et a fortioris'il la facilite), ce n'est pas une mauvaise chose puisque ça renforce l'immunité de la population. Mais il est alors essentiel que la population entière soit vaccinée !

    Dr Pierre Rimbaud

  • Raoult

    Le 13 janvier 2022

    Il a raison pour ceux qui ne sont pas vaccinés.
    Un vaccin depuis la première découverte à aujourd'hui est préventif et non curatif.
    Quand on est vacciné on a plus de latitude de déplacement donc plus de chance de faire une contamination mais cette contamination est neutralisée par les anticorps au moins en grande partie.

    P H (pharmacien)

  • Candide

    Le 14 janvier 2022

    Je suis toujours étonné par vos article où vous semblez découvrir le monde, surtout lorsqu'il s'agit du Pr RAOULT, le premier à décrire les variants je vous le rappelle quand tout le monde lui riaient au nez. Mais l'histoire n'oubliera pas, malheureusement elle est toujours racontée par les vainqueurs. Je suis curieux de voir à partir de quand on dira officiellement : "la vaccination, ça ne marche pas terrible quand même". On se raccroche encore aux formes graves, le dernier mantra qui lui aussi tombera un jour où l'autre car quand bien même cela protègerait un peu, peut être, ce qui n'est pas prouvé scientifiquement et certainement pas par l'étude Pfizer originelle, il se trouve qu'on meurt plus vacciné que non vacciné à la fin et proportionnellement. Pour en revenir aux ADE (anticorps facilitants) ce phénomène n'est pas nouveau et parfaitement décrit par le Pr SABATIER entre autres et ce phénomène semble s'accélérer avec la répétition des rappels qui ont un effet cumulatif, entrainant une inversion du rapport facilitant sur neutralisant.

    Dernière remarque, plusieurs centaines d'enfants morts (600) aux Philippines, pas plusieurs dizaines.

    Dr Vincent Bentolila

Voir toutes les réactions (37)

Réagir à cet article