Ils explorent le sommeil des jeunes schizophrènes

Paris, le mardi 10 mai 2022 - Des troubles du sommeil aspécifiques sont souvent décrits dans la schizophrénie en particulier des troubles du rythme circadien et dans 50 % des cas une plainte d’insomnie modérée à sévère est rapportée par les patients.

Les troubles du sommeil chez les patients à haut risque de schizophrénie ont aussi pu être décrits comme critère de vulnérabilité et comme signe précoce.

En revanche, très peu d’études se sont intéressées spécifiquement au sommeil chez les patients souffrant de schizophrénie à début précoce (avant 18 ans). On sait bien que cette forme de schizophrénie se manifeste souvent par des symptômes plus sévères et davantage de comorbidités neurodéveloppementales et organiques.

Le Dr Cyril Hanin, chef de clinique du service de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent du Pr David Cohen à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris entend combler cette lacune.

Pour favoriser ses recherches, son laboratoire est soutenu par Biocodex qui l’a honoré de sa bourse soutenant des travaux sur les troubles du sommeil chez l’enfant. Dotée de 5000 € cette bourse, conjointement proposée la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS), permettra au Dr Hanin et à son équipe de décrire les différents troubles du sommeil des « patients avec trouble du spectre de la schizophrénie avec un début précoce » en tenant compte de la place des traitements et toxiques auxquels sont parfois exposés ces enfants et adolescents.

Déjà, en 2021, le Dr Cédric Hanin abordait dans Acta Psychiatrica Scandinavica l’association non fortuite qui pourrait exister entre la schizophrénie et la narcolepsie dans le cadre d’un début très précoce des troubles, avec l’hypothèse d’un neuro-développement altéré comme facteur commun.

Emmanuel Haussy

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article