Interprofessionnalité en pré et post hospitalisation: réflexion en marche avec le CVAO

Paris, le vendredi 11 décembre 2015. Le CVAO (Comité pour la valorisation de l‘acte officinal) tenait colloque le 29 octobre 2015 sur la prise en charge de la post et pré-hospitalisation (1). Les débats ont permis de définir ce qui se fait déjà, les problèmes qui se posent et d'envisager ce qui pourrait être fait.

La marche à petit pas pour arriver au but

Divers professionnels de santé de ville et hospitaliers, pharmaciens, médecins généralistes, anesthésistes ont discuté sur la teneur des informations à échanger, ce qui est attendu par les uns ou les autres, sur les outils qui permettraient une meilleure coordination au bénéfice de la santé du patient. Il a été question de promouvoir les cartes de coordination (dont celle concue par les URPS d'Ile de France), outil modeste qui s'inscrit dans une stratégie des petits pas (2). Répertoriant les coordonnées des différents intervenants autour du patient (en ville : médecin traitant et spécialistes, pharmacien, infirmier ou kinésithérapeute, etc. et médecin référent à l'hôpital), elle peut faciliter la transmission des ordonnances de sortie par exemple, mais aussi permettre de joindre le service de l'hôpital si des précisions manquent. D'autant que l'on va vers une chirurgie de plus en plus ambulatoire qui requièrt fluidité dans l'information et proximité entre les différents acteurs.

Il faudrait élaborer des protocoles pour la prise en charge de la douleur entre le médecin généraliste, l’infirmière, mais aussi le pharmacien, légitime pour participer à la titration des morphiniques pour l'adaptation des doses par exemple. Reste à définir la place exacte du pharmacien et comment transmettre l'info au médecin si modification.

Les actions qui pourraient être faites en amont en sont encore à leur balbutiement : édition du contenu du Dossier Pharmaceutique avant le rendez-vous avec l'anesthésiste, à condition que le patient prévienne son pharmacien (ce qu'il ne ferait que dans 20 % des cas).

Mais d'autres paramètres pourraient être évalués et transmis par le pharmacien, comme le suivi du poids qui renseigne sur une éventuelle dénutrition. La préparation au passage en EHPAD pourrait aussi être organisée.

 

(1) http://www.cvao.org/actualite/les-actions-du-cvao/le-colloque-2015/

Marjolaine Labertoniere

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article