La e-prescription augmente mais reste très marginale

Paris, le mardi 10 mai 2022 - Une « ordonnance » de 2019 prévoit la généralisation de l'e-prescription d'ici fin 2024 et la Commission de Bruxelles entend la rendre obligatoire d’ici 2025 dans toute l’Union Européenne.

Le 29 avril dernier, le GIE SESAM-Vitale, organisme financé par les sept organisations d’assurance-maladie obligatoire et de complémentaires santé, a publié des données qui mettent en évidence une hausse de ces e-prescriptions…qui restent néanmoins très peu utilisées dans notre pays à moins de 3 ans de l’échéance théorique.

Ainsi, en 2021, le GIE SESAM-Vitale dénombre 385 000 e-prescriptions, soit une augmentation de plus de 100 % par rapport à 2020 où on ne comptait que 180 000 prescriptions électroniques.

Cette croissance s’inscrit dans une évolution significative du numérique en santé, en particulier le déploiement exceptionnel de la télémédecine en lien avec la pandémie. Ainsi, en 2021, 87,5 % des médecins avaient recours à la télémédecine, alors qu'ils n'étaient que 67,4 % un an auparavant.

Sans vouloir être cassandre, soulignons qu’avec environ 400 millions de consultations chaque année, à ce rythme, il faudra au moins une dizaine d’année avant que la e-prescription soit réellement intégralement appliquée en France.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • On nous écoute mais "ils" s'en fichent

    Le 10 mai 2022

    Et voila,encore une loi portée sans nous. Alors il y a des économies mais pas de notre coté car besoin nouveau lecteur pour les e-carte vitale =obligation encore , e ordonnance pour pharmacie mais attention ....il faut sortir le format papier.. Et plus de demandes, d'obligations, sans changer le prix’de la consult.

    Dr Sophie Sugier

Réagir à cet article