La Grande guerre patriotique contre la Covid-19

Moscou, le mercredi 20 octobre 2021 – Après plusieurs mois d’attentisme, les autorités russes ont décidé de prendre des mesures sanitaires drastiques pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Triste jour que ce mardi 19 octobre pour la Russie. Pour la première fois, le pays a passé le cap des 1 000 morts de la Covid-19 en 24 heures. Le passage de ce seuil symbolique et macabre a coïncidé avec l’annonce par la mairie de Moscou de mesures sanitaires drastiques. A compter du 25 octobre et pendant 4 mois, tous les Moscovites de plus de 60 ans sont confinés. Le maire de Moscou Serguei Sobianine a également annoncé que la vaccination allait devenir obligatoire pour 80 % des employés des services à compter du 1er janvier prochain et que le télétravail allait redevenir la règle pour de nombreux salariés.

225 000 morts de la Covid-19…si ce n’est plus

Ces mesures sont destinées à endiguer une vague épidémique devenue incontrôlable depuis désormais quatre mois et qui s’est aggravée ces dernières semaines, la faute au variant delta qui représente 97 % des nouvelles contaminations. La Russie compte désormais plus de 30 000 nouveaux cas détectés par jour et les chiffres ne cessent d’augmenter. Selon les données officielles du gouvernement, 225 000 Russes sont morts de la Covid-19 depuis le début de l’épidémie dont 76 000 sur les trois derniers mois. Mais selon un autre organe officiel, l’agence Rosstat, ce bilan serait sous-évalué et ce serait en réalité 400 000 personnes qui auraient été emportés par la maladie.

Les autorités russes ont longtemps préféré minimiser la situation, afin notamment de préserver une économie fragile. La plupart des restrictions sanitaires ont ainsi été levés en juillet, au début de la vague actuelle, dont le très impopulaire passe sanitaire. Mais une fois les élections législatives du 19 septembre passées, le gouvernement a de nouveau alerté les citoyens sur la situation sanitaire et la nécessité de respecter les gestes barrières, de plus en plus délaissés par les habitants.

Dans le sillage du confinement mis en place à Moscou, Vladimir Poutine pourrait prochainement annoncer de nouvelles mesures à l’échelle nationale et notamment la mise en place de semaines chômées, une technique déjà utilisée par le Kremlin dans le passé et jugée moins douloureuse que le confinement.

Passe sanitaire à Saint-Pétersbourg

Le principal talon d’Achille de la Russie dans cette lutte contre l’épidémie reste son taux bas de vaccination. Seulement 35 % des Russes ont reçu au moins une dose d’un des trois vaccins déployés dans le pays (Spoutnik V, EpiVacCorona, CoviVac), tous de fabrication russe. Les sondages montrent que les Russes se méfient des vaccins contre la Covid-19, méfiance qui s’inscrit dans un contexte plus général de défiance envers les autorités, accusés d’avoir multiplié les mensonges et les revirements au cours de l’épidémie. Le rebond épidémique des dernières semaines ne semble pas avoir convaincu les Russes, puisque le nombre de vaccinations quotidiennes est au plus bas.

« Il n’y a pas d’autre solution que la vaccination, maintenant c’est l’heure pour chacun de faire preuve de sens civique » a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence. Si ce genre de déclarations de la part des politiques se multiplient, elles risquent d’être insuffisantes pour relancer la campagne de vaccination. Certains estiment donc qu’il est temps d’user du passe sanitaire, qui a fait ses preuves en Europe occidentale. A partir du 1er novembre à Saint-Pétersbourg, un tel passe sera exigé à l’entrée des stades et des grands rassemblements avant d’être étendu aux cinémas et salles de sports le 15 novembre, puis aux restaurants et aux cafés le 1er décembre.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article