L’archaïsme du code de déontologie de l’Ordre infirmier dénoncé par...l’Autorité de la concurrence

Paris, le jeudi 12 mai 2016 – S’il n’y avait eu les préparatifs de la journée internationale de l’infirmière, qui se tient ce 12 mai, l’après-midi d’hier aurait été bien rude pour les conseillers de l’Ordre national infirmier. L’Autorité de la concurrence a en effet publié un avis très sévère sur son projet de code de déontologie.

Arlésienne

L’établissement d’un code de déontologie est très souvent avancé par les membres de l’Ordre national infirmier pour affirmer sa légitimité, alors que celle-ci est encore si fréquemment contestée. Pourtant, ses détracteurs pourraient trouver sur ce point également des motifs de raillerie. En effet la publication de ce document relève d’une véritable arlésienne. L’avant projet de ce code remonte au 8 décembre 2009. Et depuis cette date, les embûches se sont multipliées. D’abord, l’absence de consultation des syndicats d’infirmiers avant l’adoption de la version définitive du code a fait jaser. Par ailleurs, le défaut de prise en considération des remarques faites par le passé par l’Autorité de la concurrence vis-à-vis des codes de déontologie d’autres professions médicales a inquiété. Des sourcillements qui sont demeurés en suspens pendant cinq ans : les problèmes financiers, les difficultés de l’Ordre à recueillir les adhésions des infirmières et infirmiers et les dysfonctionnements multiples ont en effet renvoyé à plus tard l’adoption du code. Quelque peu (mais pas parfaitement) redressé, l’Ordre est remonté au créneau en 2013 en accusant le ministère de la Santé d’avoir failli à la publication du texte. Le Conseil d’Etat donna raison à l’institution et condamna en 2015 l’Etat à l’édiction rapide du code, sous peine de sanctions financières (!).  Il fallait donc se remettre au travail et un projet de décret est en cours d’élaboration. Cependant, si l’avis émis par le Haut conseil des professions paramédicales a été positif, celui rendu public par l’Autorité de la concurrence est pour le moins sévère.

Copier collé conservateur

« Les rédacteurs du projet de code de déontologie ont beaucoup trop procédé par reproduction pure et simple des dispositions contenues dans d’autres codes de professions de santé, en retenant souvent les formules les plus restrictives sinon parfois les plus archaïques, de chacun d’entre eux », assène ainsi l’Autorité en conclusion d’un rapport de 28 pages. Ce code de déontologie proposé ne s’adapterait nullement aux évolutions de la profession et entraverait la liberté des professionnelles, notamment en libéral (où l’on trouve pourtant les rares soutiens à l’Ordre !), juge encore l’avis.

Souplesse requise

Aussi, l’Autorité presse-t-elle l’Ordre de revoir sa copie sur de nombreux points. Elle l’enjoint notamment de permettre aux infirmières de communiquer sur leur spécialité, par exemple sur internet. « Cette information permet au patient d’optimiser son choix » plaide l’Autorité de la concurrence. La possibilité d’ouvrir un second cabinet doit également être assouplie : l’Ordre souhaitait la soumettre à son autorisation. Pour l’Autorité de la concurrence, les règles prévues par la Convention pour éviter les disparités territoriales suffisent. De même, l’avis estime qu’interdire à un infirmer de s’installer « à proximité immédiate du cabinet où exerce un confrère sauf à obtenir son accord ou celui du conseil département de l’Ordre » est « trop restrictive ».  L’Autorité de la concurrence estime encore qu’il ne faut pas limiter à deux personnes le nombre de collaborateurs dans un cabinet et appelle à ne pas mettre d’obstacle total au salariat.

L’Ordre feint la satisfaction

Ne relevant pas la sévérité des commentaires de l’Autorité, l’Ordre préfère constater avec satisfaction que le rapport est en faveur d'une régularisation des inscriptions à son bureau. Il affirme encore se féliciter que ses « arguments » aient été entendus et assure tenir compte des remarques de l’Autorité de la concurrence. Si l’instance ordinale paraît donc refuser de répondre directement aux critiques, ces dernières devraient très certainement être commentées par les opposants historiques à cette institution.

Au premier rang desquels, éventuellement, le ministre de la Santé.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Journée internationale Infirmières

    Le 12 mai 2016

    Des journées (internationales) des infirmières.
    Un Ordre des Infirmiers.
    Le masculin l'emporte sur les féminines !
    Trop marrant.

  • Une question

    Le 13 mai 2016

    Qui se situe exactement sous ce terme "d'Autorité de la Concurrence"?

    Elisabeth Stussi

  • Autorité de la concurrence: le sens caché du grain de sel

    Le 15 mai 2016

    La médecine n'étant pas un commerce, les infirmier(e)s étant des professionnel(le)s de santé, le grain de sel de cette "Autorité " signifie que la santé est un simple produit de consommation, insidieusement rangé dans l'économie de marché concurrentiel. De l'art de la subversion des soins aux malades en Système de santé publique aux prescriptions "mesurées". L'idéologie du bonheur pour tous ceux qui n'en demandent pas tant, va des vaccins aux observances et bilans contrôlés, jusqu'au fluor (si en Suisse, l'idée couvait). Pourquoi pas les antidépresseurs dans l'eau du robinet ou encore l'euthanasie de santé publique pour sauver les retraites et le trou de la SS? La trop longue vie des femmes coûte cher; elles représentent 70% des suicides assistés au Pays "bas" de l'étrange parité!

    Dr Isabelle Gautier

  • Quand demain est déjà hier...

    Le 18 mai 2016

    Qu'il soit archaïque et fait de copier-coller dépassé, je partage cet avis étant pourtant pro Ordre infirmier. Cependant à leur décharge (il faut bien un avocat du diable):
    1) Ce code de déontologie, encore appelé "règles professionnelles" a toujours été établi par la profession médicale et l'Etat. Pas facile de déployer des ailes si longtemps amputées... Et puis, l'installation d'une ID est soumis à l'accord de l'ARS, nous n'avons jamais eu la liberté d'installation que possèdent les médecins libéraux ! Donc superfétatoire !

    2) Les repères législatifs sont actuellement tellement mouvants ! Il faudrait tenir compte des Pactes Santé territoire et de leurs possibilités, des IDE cliniciennes qui n'existent pas dans ce code, des "pratiques avancées"... qui nous avancent à quoi ? Si ce n'est reprendre un boulot dont les médecins ne veulent plus... Et un doctorat de soins infirmiers repoussé aux calendes grèques... alors que l'on nous parle de Master 2 pour la psychiatrie, pour le management, pour les formateurs en soins infirmiers, bla bla bla !!

    Une seule question : où va-t-on ? Quelle est l'infirmière de demain qui est attendue par le gouvernement ? Parce que soyons clairs : ce n'est pas la profession qui décide ce qu'elle veut devenir, mais toujours l'état qui décide à quelle sauce nous manger !

    Et de ce que je lis des contraintes de plus en plus oppressantes de la profession médicale, il en commence à en être de même pour vous. La liberté est prise dans une pseudo démocratie (tout rapprochement avec l'actualité serait un pur hasard).

    Alors : merci à l'autorité de la concurence de demander la relecture de la copie. Que ne l'a-t-elle pas fait avant ! Ah mais oui, avant, c'était l'Etat qui légiférait...

    Charlaine Durand

Réagir à cet article

Succès

Votre réaction a bien été enregistrée. Elle sera visible après modération par notre équipe

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.