Le gouvernement promet une rentrée scolaire « plus inclusive »

Paris, le lundi 20 septembre 2021 – Le gouvernement communique sur les efforts entrepris depuis le début du quinquennat et en cette rentrée 2021 pour assurer l’accès à l’éducation aux enfants handicapés.

Un peu d’autosatisfaction ne fait pas de mal. Depuis 2017 et l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, le gouvernement a beaucoup investi dans le projet « d’école inclusive », qui vise à permettre à tous les enfants handicapés d’être scolarisés. Les résultats de cette mobilisation sont au rendez-vous et le gouvernement ne se prive pas de communiquer sur sa réussite. Dans un communiqué intitulé « une rentrée scolaire 2021 pour tous », le gouvernement nous abreuve de chiffres pour nous prouver son engagement dans ce projet. « L’école inclusive est au cœur du projet de transformation de la société que nous portons, la mobilisation du gouvernement est totale » assure en ouverture de ce communiqué Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées

400 000 enfants handicapés scolarisés en milieu scolaire ordinaire

La déclaration gouvernementale retrace d’abord les avancées réalisées depuis 2017. Désormais, ce sont 400 000 enfants handicapés qui sont scolarisés en milieu scolaire ordinaire, contre 321 000 en 2017. Les autorités n’oublient pas bien sur les enfants qui souffrent d’un handicap trop lourd pour pouvoir être scolarisés en milieu ordinaire. Ce sont ainsi 1 300 unités localisées d’inclusion scolaire (ULIS), des établissements où ces enfants peuvent être scolarisés, qui ont été créé depuis 2017. Le gouvernement tente également d’accélérer la création des unités d’enseignement externalisées (UEE), qui permettent la scolarisation des enfants qui sont placés dans établissements médico-sociaux, notamment ceux souffrant d’autisme. 89 de ces UEE seront créés en 2021, soit un peu plus de 650 places supplémentaires pour des enfants autistes.

En 2021, le budget de l’école inclusive a été augmenté de 250 millions d’euros, le portant ainsi à 3,3 milliards d’euros, soit 60 % d’augmentation depuis 2017. La rentrée 2021 est également marquée par l’entrée en vigueur d’une formation initiale de 25h obligatoire pour tous les enseignants, visant à leur permettre d’appréhender les besoins éducatifs particuliers des enfants handicapés. Enfin, les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) verront leur rémunération augmentée en 2021 et bénéficient d’une formation d’adaptation à l’emploi de 60 heures.

Les associations sur la réserve

Sans surprise, les associations d’aide aux personnes handicapées dressent un bilan moins idyllique de la situation que le gouvernement. Si elles se félicitent des progrès réalisés depuis 2017, elles rappellent qu’ils restent encore beaucoup à faire pour parvenir à « l’école pour tous ». À travers le hashtag #j’aipasécole, l’association d’aide aux handicapés mentaux Unapei met en lumière le parcours du combattant de nombreux parents qui ne trouvent aucune solution de scolarisation pour leur enfant. L’association affirme notamment que dans 69 % des cas, les demandes d’enseignants formulés par des établissements médico-sociaux sont refusées par l’Éducation Nationale, révélant un taux d’encadrement « largement insuffisant ». « Tous les enfants ont le droit à une scolarisation de qualité » rappelle l’Unapei qui craint que s’installe « une école inclusive au rabais ».

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article