Le pourcentage de don du sang positif à un agent infectieux s’est effondré en 30 ans

Paris, le mercredi 15 juin 2022 - A l’occasion de la journée mondiale des donneurs de sang, Santé publique France publie ses données de surveillance sur la période 2019-2021. Cette surveillance permet d’estimer la prévalence et l’incidence des infections transmissibles (VIH, VHB, VHC, syphilis…) parmi les dons.

40 fois moins de dons positifs au VHC qu’en 1992

Entre 2019 et 2021, sur un total de 8,5 millions de dons prélevés : 36 ont été confirmés positifs pour le VIH (soit un taux de 0,04 pour 10 000 dons), 41 pour l’HTLV (0,05 pour 10 000) dont 13 (32%) ont été dépistés dans les départements français d’Amérique (DFA), 178 pour le VHC (0,21 pour 10 000), 350 pour le VHB (0,41 pour 10 000), 899 pour la syphilis (1,1 pour 10 000)

Entre 1992-94 et 2019-21, les taux de dons positifs ont tous diminué : celui du VHC a été divisé par 40, celui du VIH par 11, celui du VHB par 9 et celui de l’HTLV par 4 (la définition d’un don positif pour la syphilis ayant été modifiée en 2007, cette évolution n’est pas calculable).

Selon Santé Publique France, ces améliorations s’expliquent par le renforcement de la sélection des donneurs de sang, l’amélioration des tests de dépistage, l’évolution de l’épidémiologie de ces infections et l’amélioration de la connaissance par les personnes infectées de leur propre statut.

Ouverture au HSH : bientôt remise en cause ?

L’année 2022 aura été marquée, par l’ouverture du don aux hommes ayant des rapports homosexuels.

Le ministère en charge de la santé a ainsi levé, le 16 mars dernier, la condition de 4 mois sans rapport sexuel pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Cette nouvelle évolution de l’accès au don du sang aux HSH s’accompagne d’une surveillance renforcée des donneurs de sang « afin de disposer d’un suivi en temps réel des indicateurs permettant de mesurer l’impact de cette dernière modification ».

Cette évolution pourrait néanmoins être temporairement remise en cause par l’apparition de cas de variole du singe, alors que plus de 99 % des patients sont répertoriés dans la communauté homosexuelle masculine selon des données britanniques. Pour l’heure, le HCSP (Haut conseil de la santé publique) recommande un ajournement du don de 21 jours pour les cas contacts et de 42 jours pour les cas confirmés à partir du début des signes cliniques. Il invite également le personnel de collecte à interroger les donneurs potentiels sur ses éventuels voyages ou contact « à risque ».

20 000 poches manquantes à l’approche de l’été

A l'occasion de cette Journée mondiale, l'EFS a lancé la campagne « #Tous donneurs de sang, tous soignants » à la radio, à la télévision et sur les réseaux sociaux.

L’EFS lance également un nouveau site internet « don de sang » qui offre aux donneurs « une nouvelle expérience de don plus fluide ». Grâce à la carte interactive améliorée ils peuvent ainsi trouver les lieux de don proches de chez eux et en quelques clics.

Enfin et peut-être surtout, l’EFS alerte : 90 000 poches de sang sont en réserve alors qu'il en faudrait 110 000 ce qui justifie un nouvel appel à la mobilisation.

Gabriel Poteau

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article