Le Royaume-Uni rattrapée par la reprise de l’épidémie

Londres, le vendredi 11 septembre 2020 – Avec plusieurs semaines de retard sur ses voisins européens, le Royaume-Uni est à son tour frappée par une reprise de l’épidémie. En Israël, la perspective d’un reconfinement se rapproche.

Il y a encore quelques semaines, alors que la France et l’Espagne étaient déjà frappées par une ré-ascension des contaminations, le chancelier de l’échiquier (équivalent britannique du ministre de l’économie) appelait les Britanniques à retourner au travail et dans les bars et restaurants pour relancer l’économie. Mais comme pour la première vague du printemps, c’est avec un peu de retard sur ses voisins européens que le Royaume-Uni est à son tour touché par la reprise de l’épidémie. Le pays compte désormais entre 2 500 et 3 000 nouvelles contaminations par jour (c’est-à-dire 3 fois moins qu’en France) contre environ 1 000 en août et 700 en juillet.

Interdiction des rassemblements de plus de six personnes en Angleterre

Ces nouvelles contaminations concernent surtout des jeunes, à priori sans danger de formes graves et n’ont pour l’instant pas eu de conséquences sur le nombre d’hospitalisations et de décès quotidiens, relativement faibles (environ 15 morts par jour). Mais le pays le plus endeuillé d’Europe (41 500 morts) veut tout faire pour éviter une nouvelle hécatombe. Le gouvernement a donc décidé de frapper un grand coup, en interdisant à partir de lundi prochain les rassemblements de plus de 6 personnes, en public comme en privé. Seules exceptions, les familles de plus de six personnes (!), les écoles mais aussi les bars et les restaurants, qui seront chargés de collecter les coordonnées de leurs clients.

La règle ne s’applique cependant qu’en Angleterre, chaque nation du Royaume-Uni étant autonome en matière de santé. Les Écossais peuvent ainsi se réunir à huit, tandis que les Gallois peuvent être aussi nombreux qu’ils le souhaitent (à condition de ne venir que de quatre foyers différents maximum). Le retour des évènements publics de grande ampleur, culturels ou sportifs, initialement prévus en octobre, devrait prochainement être repoussé. Des reconfinements locaux ne sont pas exclus, notamment dans la ville de Bolton, près de Manchester, principal foyer infectieux du pays.

Le Royaume-Uni a également accru son isolement international, en ajoutant le Portugal et la Hongrie à la liste des pays dont les ressortissants sont soumis à une quarantaine à leur arrivée. Enfin, le gouvernement promet de renforcer sa capacité de dépistage, tout en appelant les Britanniques à ne se faire tester que s’ils présentent des symptômes ou sont cas contact. « Les six mois qui s’annoncent vont être difficiles » a résumé Chris Whitty, conseiller scientifique du Premier Ministre.

Reconfinement festif en Israël

Autre pays frappé par la reprise épidémique, Israël, qui compte désormais plus de 4 000 nouvelles contaminations et 20 décès par jour. Alors que son premier ministre Benjamin Netanyahou présentait encore il y a peu son pays comme l’un de ceux qui avait su le mieux gérer l’épidémie dans le monde, l’État hébreu fait depuis plusieurs semaines face à une flambée de contaminations, notamment dans les communautés ultra-orthodoxes, particulièrement peu enclines au respect des mesures de distanciation sociale.

Selon plusieurs journalistes, le gouvernement aurait pris ce jeudi une décision radicale, qui sera entériné ce dimanche : le reconfinement entier du pays. L’Etat hébreu avait déjà connu un premier confinement entre le 19 mars et le 29 avril. Le nouveau confinement commencerait le 18 septembre prochain pour la fête du nouvel an (Rosh Hachana) et durera deux semaines, jusqu’à la fête des cabanes (Souccot). Bonnes fêtes à tous !

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article