Législatives : Bourguignon et Véran en ballotage favorable

Paris, le lundi 13 juin 2022 – Plusieurs personnalités du monde de la santé, dont les ministres Brigitte Bourguignon et Olivier Véran, sont candidats aux élections législatives.

L’Elysée et Matignon avaient prévenu : les ministres qui ne parviendront pas à être élu député perdront leur portefeuille. Quinze ministres jouaient donc leur avenir politique ce dimanche à l’occasion du premier tour des élections législatives, dont la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon. Candidate dans la sixième circonscription du Pas-de-Calais, dont elle est députée depuis 2012, l’ancienne socialiste, désormais sous les couleurs de la coalition présidentielle Ensemble, est arrivé en tête du premier tour ce dimanche avec 32,1 % des voix, de peu devant la candidate du Rassemblement National Christine Engrand (30,3 %). Un net recul pour la ministre, qui avait remporté 41,9 % des voix au premier tour en 2017 et qui devra espérer un bon report de voix du candidat NUPES (16 %) pour l’emporter dimanche prochain.

Olivier Véran bien parti

Son prédécesseur au ministère de la Santé, Olivier Véran, se trouve dans une situation similaire. Le neurologue était candidat dans la 1ère circonscription de l’Isère, dont il est député depuis 2012. S’il est arrivé en tête ce dimanche (40,5 %), il est talonné par la candidate NUPES, Salomé Robin (36,9 %), âgée de 19 ans seulement. Le désormais ministre des relations avec le Parlement est lui aussi en net recul par rapport à son score de 2017 (47,2 %) mais semble tout de même bien parti pour garder son poste.

D’autres professionnels de santé étaient candidats à la députation ce dimanche. Le Dr Stéphanie Rist, rhumatologue et rapporteur de la dernière loi sur l’hôpital adopté en 2021 (dite loi Rist) a remporté 36,5 % des voix ce dimanche dans la 1ère circonscription du Loiret et affrontera en position favorable au deuxième tour une candidate NUPES (28,7 %). Situation plus difficile pour l’urgentiste Thomas Mesnier, qui fut longtemps le référent santé de la République en Marche (LREM) et qui défend désormais les couleurs d’Horizons, le parti d’Edouard Philippe. Dans la première circonscription de Charente, dont il est député sortant, il arrive en tête avec 30,5 % des voix mais le second tour s’annonce serrée, puisque René Pilato, candidat NUPES (27,5 %), pourra bénéficier du report des voix d’un candidat PS dissident (12,5 %).

Triangulaire pour le Pr Philippe Juvin

Un autre urgentiste sera au second tour de ces législatives, mais cette fois sous les couleurs du PCF. Il s’agit du Dr Loic Pen, arrivé en tête dans la 7ème circonscription de l’Oise (26,6 %) et qui sera engagé dans un des rares duels NUPES-LR face au député sortant Maxime Minot (26,3 %). Dans la 3ème circonscription des Hauts-de-Seine, le Pr Philippe Juvin, chef du service des urgences de l’hôpital Georges Pompidou et candidat LR, est en mauvaise posture. Arrivé deuxième ce dimanche (31,1 %), il affrontera au second tour une candidate LREM et une candidate NUPES dans une des rares triangulaires de ce deuxième tour.

A noter enfin que les candidats ayant consacré ces deux dernières années à fustiger les mesures sanitaires n’auront pas fait le plein de voix. Figure du mouvement antivax, la psychiatre Martine Wonner, députée sortante, n’a obtenu que 5,4 % des voix dans la 4ème circonscription du Bas-Rhin.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article