Les alternatives aux vaccins à ARNm vont-elles convaincre les récalcitrants ?

Paris, le lundi 17 janvier – Environ 90 % des personnes éligibles à la vaccination en France ont reçu deux doses de vaccin contre la Covid (ou l’équivalent) et 45 % une dose de rappel. Parmi les 10 % de « récalcitrants », beaucoup craignent la nouvelle technologie des vaccins à ARNm.

L’autorisation, en France, du vaccin Novavax qui est intervenue vendredi et une nouvelle place accordée au vaccin Janssen par la HAS pourraient être susceptibles de convaincre davantage de Français.

Ainsi, si la HAS maintient sa recommandation de privilégier les vaccins à ARNmn elle considère que les vaccins Nuvaxovid® de Novavax et Covid-19 Janssen® de Janssen représentent des alternatives efficaces.

Soulignons que, jusqu’à présent, la France disposait de quatre vaccins : deux vaccins à ARNm, Comirnaty® de Pfizer/BioNTech et Spikevax® de Moderna, et deux vaccins à vecteur viral, Vaxzevria® d’AstraZeneca et le vaccin Covid-19 de Janssen dont l’usage est restreint aux 55 ans et plus.

Novavax : une nouvelle arme dans l’arsenal

Développé par la firme Novavax, Nuvaxovid® est un vaccin à protéine recombinante qui utilise la protéine Spike du SARS-CoV-2 associée à un adjuvant. Cette technologie a pour avantage d’avoir fait la preuve de son efficacité et de sa sécurité dans la production d’autres vaccins utilisés de longue date.

Ce vaccin a obtenu une AMM pour une utilisation en primo-vaccination chez les personnes âgées de 18 ans et plus. Le schéma de vaccination nécessite l’administration de 2 doses espacées de 3 semaines, par voie intramusculaire, de préférence dans le deltoïde.

La HAS rapporte que « les données de tolérance sont satisfaisantes. Les effets indésirables les plus fréquents sont généralement de gravité légère à modérée et de durée courte : sensibilité (69 %) et douleur (58 %) au site d’injection, fatigue (47 %), maux de tête (43 %) et malaises (37 %). Leur fréquence est plus élevée chez les adultes de moins de 65 ans ».

Les données issues des différentes études mettent également en évidence une très bonne efficacité de Nuvaxovid® contre les formes symptomatiques de Covid-19 (près de 90%), et en particulier contre les formes sévères avec près de 100% d’efficacité. « Toutefois, l’efficacité à long terme, l’efficacité contre la transmission du Sars-Cov-2 et l’efficacité contre les variants Delta et Omicron (qui ont émergé après la fin du suivi des essais cliniques) restent à confirmer » souligne la HAS. 

Si le schéma de primo-vaccination du vaccin Nuvaxovid® nécessite l’administration de 2 doses, la HAS considère également que les personnes ayant reçu une première dose d’un autre vaccin contre la Covid-19 (Comirnaty®, Spikevax®, Vaxzevria® ou Janssen®) et qui refusent ou ne peuvent pas recevoir une seconde dose du même vaccin pour compléter leur schéma vaccinal initial, peuvent recevoir le vaccin Nuvaxovid® en guise de deuxième dose.

Concernant les femmes enceintes, dans l’attente de données complémentaires, la HAS maintient sa recommandation d’utiliser les vaccins à ARNm.

Janssen : le retour ?

Saisie par la Direction Générale de la Santé (DGS) afin d’évaluer la place du vaccin Janssen dans la campagne de rappel contre la Covid-19, la HAS a examiné l’ensemble des données disponibles qui montrent : « une efficacité de 75 % contre les formes symptomatiques et de 100 % contre les formes sévères au moins deux semaines après la 2nde dose ; une efficacité significative contre le variant Omicron en vie réelle en Afrique du Sud avec un schéma vaccinal à 2 doses espacées de 6 à 8 mois ; une réponse immunitaire renforcée, mais moins marquée qu’avec des doses de rappel réalisées avec des vaccins à ARNm ». 

Au vu de ces chiffres, la HAS recommande que les personnes éligibles à une dose de rappel âgées de 55 ans et plus puissent recevoir une dose de rappel avec le vaccin Janssen à partir de 3 mois après un schéma de primo-vaccination complet avec un vaccin à ARNm (rappel hétérologue).  « En deçà de 55 ans, il ne pourra être utilisé en rappel que de manière exceptionnelle, dans le cadre d’une décision médicale partagée qui apporte une information claire sur les risques liés à ce vaccin » propose l’institution sanitaire.

Comment intégrer ces deux vaccins au schéma vaccinal ?

Compte tenu de ces différents points la HAS intègre désormais ces deux vaccins au schéma vaccinal de la façon suivante.

Les personnes non encore vaccinées contre la Covid-19 et âgées de 55 ans pourront recevoir soit le vaccin Janssen selon un schéma de primo-vaccination à deux doses espacées de deux mois, soit le vaccin Nuvaxovid® de Novavax selon un schéma de primo-vaccination à deux doses espacées de trois semaines. A titre exceptionnel, et dans le cadre d'une décision médicale partagée qui permet d'informer les personnes sur les risques que présente ce vaccin, l’utilisation du vaccin Janssen peut être envisagée en cas d’indisponibilité du vaccin Nuvaxovid® de Novavax. 

Les personnes ayant reçu une seule dose de vaccin Janssen et âgées de plus de 55 ans pourront compléter leur primo-vaccination avec une deuxième dose du vaccin Janssen 2 mois après la première injection.

Les personnes de plus de 18 ans ayant reçu une seule dose de vaccin, quel qu’il soit, et qui refusent ou ne peuvent pas recevoir une seconde dose du même vaccin, peuvent compléter leur primo-vaccination avec le vaccin de Novavax. 

En outre, dans le cadre du rappel de vaccination, la HAS considère que le vaccin Janssen peut être proposé aux personnes de plus de 55 ans, y compris si elles ont reçu deux doses de vaccins à ARNm en primo-vaccination. En deçà de 55 ans, il ne pourra être utilisé en rappel que de manière exceptionnelle, dans le cadre « d’une décision médicale partagée ». « Concernant le vaccin de Novavax, la HAS estime qu’en l’absence d’AMM dans cette indication et parce qu’elle ne dispose pas de données en vie réelle permettant d’en justifier l’administration, celui-ci ne peut être utilisé en rappel » précise-t-elle.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Pas clair !

    Le 18 janvier 2022

    Alors novavax possible en rappel ou non ?
    Vous dites : HAS considère également que les personnes ayant reçu une première dose d’un autre vaccin contre la Covid-19 (Comirnaty®, Spikevax®, Vaxzevria® ou Janssen®) et qui refusent ou ne peuvent pas recevoir une seconde dose du même vaccin pour compléter leur schéma vaccinal initial, peuvent recevoir le vaccin Nuvaxovid® en guise de deuxième dose." puis "« Concernant le vaccin de Novavax, la HAS estime qu’en l’absence d’AMM dans cette indication et parce qu’elle ne dispose pas de données en vie réelle permettant d’en justifier l’administration, celui-ci ne peut être utilisé en rappel » précise-t-elle."
    Qu'en est il alors en rappel 2e/3e dose ? Et valneva ? et le vaccin sanofi ? c'est l’arlésienne ?

    Céline Bouillot (IDE)

Réagir à cet article