Les Etats-Unis, homme malade du monde occidental

New York, le lundi 19 septembre 2022 – L’espérance de vie a baissé pour la deuxième année consécutive aux Etats-Unis et a atteint son niveau le plus faible depuis 1996.

« La pandémie est terminée » a déclaré ce dimanche à la télévision américaine le président des Etats-Unis Joe Biden. Si le leader démocrate reconnait que « nous avons encore un problème avec la Covid », il constate que « plus personne ne porte de masque et tout le monde à l’air plutôt en bonne forme ». En effet, comme dans le reste du monde, l’impact sanitaire et social de l’épidémie n’est plus du tout le même : la Covid-19 ne tue plus « que » 250 Américains par jour et plus aucune restriction sanitaire n’est en place. Mais si la pandémie n’est plus réellement d’actualité, ses conséquences restent lourdes pour le pays.

Ainsi, le CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) a indiqué le 31 août dernier que l’espérance de vie* des Américains avait baissé de 0,9 an en 2021, après avoir déjà diminué de 1,8 an en 2020. Ces deux années consécutives de baisse constituent la plus forte chute de l’espérance de vie aux Etats-Unis depuis le début des années 1920 (déjà à l’époque à cause d’une pandémie, celle de grippe espagnol). L’espérance de vie des Américains est désormais de 76,1 ans (78,8 ans en 2019), le niveau le plus bas depuis 1996.

1 million de morts de la Covid-19 aux Etats-Unis

Selon les calculs du CDC, 74 % de la baisse de l’espérance de vie en 2020 et 50 % de la baisse en 2021 sont dues à la Covid-19. L’épidémie a tué 1 million de personnes aux Etats-Unis, le bilan le plus lourd du monde développé en mortalité absolue. Les autres causes de cette dégradation de la santé américaine sont la hausse des suicides à partir de 2021 et également l’augmentation des morts liés à la consommation de drogue. L’héroïne, le fentanyl et autres opiacés continuent de faire des ravages aux Etats-Unis, avec 107 000 morts par overdose en 2021.

Dans le détail, la baisse de l’espérance de vie a été plus marquée chez les hommes que chez les femmes, notamment parce que les premiers ont été plus touchés par la Covid-19 : un homme Américain peut espérer vivre 73,2 ans contre 79,1 ans pour une femme. Le CDC observe également de grandes disparités selon les groupes ethniques. Les Amérindiens sont les plus durement touchés, notamment en raison de leur fort usage de stupéfiants : un Amérindien a une espérance de vie de 65,2 ans (67,1 ans en 2020), soit la même espérance de vie qu’un Américain de 1944.

Un Asiatique peut espérer vivre 13 ans de plus qu’un Noir

Les Blancs sont le deuxième groupe ethnique le plus durement touché : leur espérance de vie est désormais de 76,4 ans (77,4 ans en 2020) le niveau le plus bas depuis 1995. Cela pourrait notamment s’expliquer par la propension des républicains conservateurs (parmi lesquels les Blancs sont surreprésentés) à refuser de respecter les gestes barrières et de se faire vacciner contre la Covid-19. Ainsi, 76 % des Blancs sont vaccinés contre la Covid-19 (contre 82 % des Hispaniques), un chiffre qui baisse à 62 % chez les Blancs évangélistes. Selon une étude publiée en mars dernier, la mortalité due à la Covid-19 était 25 % supérieure dans les comtés ayant voté pour Donald Trump en 2020 que dans ceux ayant voté pour Joe Biden !

Malgré cette baisse, l’espérance de vie des Blancs reste de 6 années supérieure à celle des Noirs, démontrant que les inégalités raciales sont encore vivaces aux Etats-Unis. Les Hispaniques vivent 77,7 ans et les Asiatiques 83,5 ans, soit nettement plus que le reste de la population américaine.

Les Etats-Unis présentent depuis plusieurs années l’une des espérances de vie les plus faibles du monde occidental, ce en raison d’une multitude de facteurs (inégalités, violence, obésité, coût du système de santé…) et la pandémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver la situation. L’espérance de vie aux Etats-Unis est désormais et pour la première fois inférieure à celle de la Chine (78,2 ans), malgré un niveau de vie 3,5 fois supérieur. Il sera toutefois difficile de comparer ces données américaines à celles de la France, puisque les statistiques ethniques n’y ont pas cours.


* L’espérance de vie à la naissance en 2021 correspond à l’âge moyen de la mort d’une population fictive née en 2021 qui connaitrait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge observées cette année-là.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article