Les Français seraient majoritairement favorables à la PMA pour les couples de femmes et sous conditions à la GPA

Paris, le mercredi 3 janvier 2018 - Le 18 janvier prochain seront lancés les états généraux de la bioéthique, préludes à la révision des lois de bioéthique. La première étape du processus consistera en l’ouverture d’un site destiné à recueillir l’avis « des citoyens, associations, sociétés savantes et autres groupes », tandis que des débats seront parallèlement organisés dans toute la France par les Espaces régionaux de réflexion éthique. Un rapport sera ensuite remis au gouvernement par le Comité consultatif national d’éthique qui devra servir de base à l’élaboration d’un projet de loi qui sera dévoilé à l’automne, avant des discussions parlementaires qui se poursuivront tout au long du premier semestre 2019. Les attentes sont nombreuses quant aux sujets qui devront être abordés, notamment autour de la procréation médicalement assistée. Mais si la vitrification ovocytaire ou la sélection des embryons avant implantation dans le cadre d’une FIV intéressent d’abord les spécialistes, c’est l’accès de la Procréation médicalement assistée (PMA) au couple de femmes qui retient principalement l’attention médiatique. Le sujet est délicat pour le gouvernement qui garde ne mémoire les difficultés nées de l’adoption de la loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels.

Pourtant, à l’instar de ce qui prévalait pour l’union des couples de même sexe, l’opinion est aujourd’hui largement favorable à l’élargissement de l’accès à la PMA aux couples de femmes. Un sondage réalisé par l’IFOP pour la Croix et le Forum européen de bioéthique révèle ainsi aujourd’hui que 60 % des Français sont favorables à la PMA pour toutes, contre 24 % en 1990. On constate également que 46 % des Français accepteraient le recours à la gestation pour autrui (GPA) pour des raisons uniquement médicales et 18 % d’une manière générale. Cependant, il est exclu que ce sujet plus qu'épineux soit abordé durant les révisions de loi de bioéthique.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • GPA : une honte pour les humains

    Le 08 janvier 2018

    Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Pourquoi ne fait-on pas de PMA pour la reproduction des bovins et des chevaux ? Parce qu'il existe une méthode simple et universelle: l'insémination artificielle. Elle ne nécessite qu'un local avec éventuellement un PC où le donneur peut visualiser des vidéos en cas de besoin et une infirmière spécialisée pour réaliser l'opération. Toutes ces gentilles lesbiennes et ces gentilles femmes célibataires sont favorable à la PMA, à condition que ce soit nous qui les payons ! Ben voyons...La sécu fait tellement de bénéfices !

    Quant à la GPA, c'est une honte pour les humains. Attendons la réalisation d'utérus artificiels pour lesquels on fait des recherches. A-t-on réalisé des études sur les enfants nés de cette manière ? Déjà ceux qui ont été adoptés posent problème. Alors ces enfants qui ne connaissent pas la femme qui les a porté ?

    Dr Guy Roche, ancien interniste et père de trois enfants

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.