Les jeunes généralistes prêts à investir les campagnes sous conditions

Paris, le vendredi 9 février 2018 - Dans le prolongement de la Charte relative au renforcement de l’accès territorial aux soins signée le 6 février entre les syndicats de professionnels de santé et la ministre, l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG) a publié un document de propositions relatif à l’ « accessibilité des terrains de stages ruraux ». « Conscients de leurs responsabilité », les futurs généralistes se disent « prêts à s’installer dans des zones déficitaires » à condition que tout soit fait pour « cultiver cette envie ».

Pour le syndicat, le lien entre la réalisation d’un stage en milieu rural et l’élaboration d’un projet d’installation dans ces bassins de vie est évident. Rappelant qu’elle a déjà entamé un travail en collaboration avec l’Association des maires ruraux de France et adhéré à la Fédération des soins primaires, l’ISNAR-IMG estime que le développement des stages en ambulatoire dans ces territoires est « un axe phare » du renforcement de l’accès aux soins dont l’organisation « doit se repenser avec tous ses acteurs » et qui ne pourra pas se faire « sans un réel investissement des services publics » dans ces zones.
Kit découverte, voiture de fonction et loyer très modéré

De même que de nombreuses communes en déficit de praticiens continuent de déployer des trésors d’inventivité pour convaincre les futurs médecins de venir exercer en leur sein, le syndicat des internes en médecine générale liste un certain nombre de propositions qui, selon lui, permettraient d’attirer plus d’étudiants sur ces terrains de stage ruraux. Il plébiscite ainsi une aide logistique pour trouver un logement à une trentaine de minutes du lieu d’exercice avec une préférence pour des « lieux de vie partagés » dont le loyer ne dépasserait pas les 100 à 200 euros (sachant que la majorité des internes doivent déjà s’acquitter d’un loyer dans leur lieu de résidence principal).

Dans le même ordre d’idées, l’ISNAR-IMG pense qu’il serait bienvenu de mettre en place des « indemnités financières corrélées à l’éloignement kilométrique avec la subdivision de l’interne », un financement des titres de transport, une aide pour les impôts, un crédit automobile « pour passer le permis de conduire avant la fin du deuxième cycle des études médicales ou pour l’achat d’une voiture » ou, pourquoi pas, d’allouer une voiture de fonction à ces stagiaires. Concernant le volet culturel et social, les internes seraient également sensibles à un accueil par « les maires ou les acteurs de la collectivité » ainsi qu’à la remise « d’un kit découverte par l’office du tourisme ou le syndicat d’initiatives locales ». Malgré les sarcasmes de certains commentaires qui parlent d’inflation revendicatrice chez les jeunes médecins, on préfèrera reconnaître qu’il n’y a là rien de bien extravagant et que les compensations demandées font bien pâle figure en comparaison de l’enjeu sanitaire. 

Benoît Thelliez

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article