Lévothyrox : pas de trêve des confiseurs !

Saint-Gaudens, le mercredi 27 décembre 2017 - Ce mardi, le laboratoire Merck Serono a annoncé que le juge des référés du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Saint-Gaudens avait débouté la demande d'une quarantaine de plaignants qui réclamaient qu’on leur délivre l’ancienne formule du Lévothyrox et qu’on leur accorde une indemnité de 12 000 € en réparation d’un préjudice d’anxiété. 

Vérité à Toulouse, erreur à Saint-Gaudens…

Thierry Hulot, président de Merck France a ainsi expliqué aux micros de France Info que « le juge des référés du tribunal de grande instance de Saint-Gaudens a reconnu qu'il n'y avait dans ce dossier ni caractère d'urgence ni préjudice d'angoisse ».
« Le juge a reconnu que Merck avait largement fait ce qu'il fallait pour accompagner les patients (…) Merck s'est toujours conformé aux demandes des autorités de santé, qu'il s'agisse de l'injonction d'améliorer la formule de Lévothyrox ou de réintroduire temporairement l'ancienne formulation de manière à faciliter la transition pour les patients qui en avaient exprimé le besoin », a-t-il affirmé et précisé.

Notons, en outre, que dans ce dossier les plaignants n’avaient pas fourni de certificats médicaux…ce que leur avocat, Me Lévy, l’a expliqué par « le refus des médecins d'en faire » en raison de pressions du conseil de l’Ordre ! Il a enfin annoncé sa décision d’interjeter appel.

Ce jugement apparaît en contradiction avec celui intervenu il y a un mois et demi au TGI de Toulouse. La firme avait alors été condamnée à fournir l'ancienne formule du médicament à 25 patients résidant en Haute-Garonne et à payer une astreinte de 10 000 euros par jour et par infraction constatée ! Ce jugement fait actuellement l’objet d’un appel de l’industriel.

Mieux que Star Wars : la saga Lévothyrox !

Soulignons que les tribulations judiciaires du dossier Lévothyrox sont néanmoins loin d’être terminées. Ainsi, des assignations sont d’ores et déjà prévues à Castres, Tarbes et Montauban et une action collective forte de plus de 700 assignations fera l’objet d’un procès civil à Lyon en octobre 2018.

Rappelons, enfin, que, d’une part les éventuelles carences de l’Etat ont été, pour le moment, rejetées par la plus haute juridiction administrative et que, d’autre part, une enquête pénale est actuellement en cours à Marseille.

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Cohérence par rapport à quoi ?

    Le 28 décembre 2017

    Tant que les journalistes feront la justice, la justice fera la science, la science la morale, les philosophes la politique et la politique le journalisme le monde ne peut que tourner (en rond ou en ridicule ou en eau de boudin rarement à l'avantage de tous).

    Bonne nouvelle année qui ne manquera pas de scandales médicaux, de nouvelles maladies à la mode dont les médecins ne savent rien, de remèdes-miracle refusés par la science et de fautes médicales à faire redescendre la population sous la barre des 66 millions...

    Dr Robert Chevalot

  • Possédés de Loudun

    Le 29 décembre 2017

    Dans les siècles à venir, ce cas d'école sera cité au même titre que de nos jours l'affaire des possédés de Loudun.

    Dr J-M Bougard

Réagir à cet article