Littératie en santé, késako ?

Paris, le jeudi 10 août 2017 - Il paraît que le QI des français a baissé ; et ils lisent peu ; tout ça ne va pas dans le sens du développement de la littératie.  Peu connu en France, ce terme définit la capacité de comprendre l’information, mais aussi de la communiquer par le langage. Un concept original qui intègre autant le récepteur de l’information que son émetteur.

La littératie en santé, déjà liée aux soins  (la compréhension des posologies, surveillances ou traitements) est aussi l’enjeu de la santé publique : malgré l’existence de documents, messages écrits ou oraux de promotion de la santé, le grand public reste souvent sur le carreau, exclu autant par ses moyens de compréhension insuffisants que par ceux, inadéquats, utilisés par les « sachants » pour leur délivrer l’information.

C’est pourquoi un dossier est consacré à ce concept dans le dernier numéro du mensuel  La Santé en action *.

Message reçu ! En êtes-vous sûr ?

Notre société est celle du savoir, de la connaissance, relayés davantage à l’écrit qu’à l’oral. Mais il ne suffit pas de savoir lire, écrire, compter pour comprendre les messages de santé : il faut aussi pouvoir les interpréter, associer, et bien sûr, utiliser. Le sujet n’est pas qu’un individu mais un membre à part entière d’une communauté, d’une société : il doit pouvoir intégrer les messages pour les transmettre à son tour. Ce beau projet dépend donc aussi de l’aptitude de son environnement à lui communiquer des informations et à mobiliser ses capacités : les acteurs de santé locaux, les associations et les communautés elles-mêmes.

Feuillets d’automne

Et comme on mesure tout, on a chiffré les compétences en littératie des Français … Résultat : 60 % des adultes ont un niveau faible ! A  l’heure où l’on incite le public à l’ « empowerment », mot intraduisible qui signifie prendre soi-même les rênes, la santé publique pourra-t-elle faire l’économie de la littératie ? Les auteurs indiquent que non, et annoncent pour l’automne la publication d’un référentiel francophone de recommandations pour une information accessible à tous, qui ne couvrira d’ailleurs pas seulement le champ de l’information en santé. On l’espère accessible…

La rentrée littéraire sera donc doublée d’une rentrée en littératie.

Communiquer pour tous : les enjeux de la littératie en santé ». La Santé en action n° 440, juin 2017, publication de Santé Publique France

Dr Blandine Esquerre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article