L’observance, un défi majeur pour la prise en charge des diabétiques

Paris, le vendredi 24 février 2017 - L’Agence régionale de santé (ARS) Île-de-France a évalué l’observance des patients ayant un diabète de type 2 (DT2) sur sept territoires prioritaires de Seine-et-Marne (77), Seine-Saint-Denis (93) et Val-d’Oise (95). L’étude a été réalisée par IMS Health à partir de sa base de données. Dans cette étude, 41 % des patients DT2 sont non-observants, sans différence notable entre hommes et femmes, mais avec des inégalités selon les territoires (43 % dans le 93 et le 95, contre 37 % dans le 77) et selon les tranches d'âge (45 % chez les moins de 63 ans, 38 % chez les 63-75 ans et 39 % chez les plus 75 ans) (1).

En revanche, l’observance est peu influencée par le mode d'exercice du médecin prescripteur (hospitalier ou libéral, généraliste ou spécialiste) ni par le schéma du traitement antidiabétique oral ADO (mono, bi ou trithérapie). Mais la non-observance est particulièrement fréquente chez les patients en initiation de traitement ADO (d'autant plus qu'ils ne prennent pas d'autres médicaments), et lors d'un changement de schéma thérapeutique. L'ARS Ile de France souhaite donc attirer l'attention des médecins et renforcer le rôle du pharmacien d’officine à ces deux moments clés.

L'accompagnement des pharmaciens dans cette tâche est une mission que s'est assigné le laboratoire MSD. IphoDia est une étude contrôlée, menée sur un an auprès de patients DT2 par la société Observia dans 182 pharmacies. Deux groupes de patients ont été constitués selon qu'ils bénéficiaient ou non d'entretiens réguliers avec leur pharmacien sur leur alimentation, la gestion de leur traitement et les complications liées au diabète, à l'occasion de la délivrance de leurs médicaments ADO. Ces entretiens avec le pharmacien ont optimisé l'adhésion des patients à leur prise en charge, augmenté leurs savoirs sur le DT2 et amélioré significativement le contrôle glycémique (HbA1c entre les deux groupes : -0,2 % à 6 mois et -0,3 % à 12 mois) ; en revanche, l'observance au traitement antidiabétique oral, déjà élevée à l'inclusion, était peu différente dans les deux groupes. Ainsi, cet accompagnement du pharmacien a été jugé utile par 99 % des patients et leur a permis d'améliorer leurs connaissances ainsi que la gestion de leur maladie au quotidien. 

Claude Sarlin

Références
D'après le communiqué de presse MSD à l'officine : Le rôle du pharmacien d’officine dans l’accompagnement de la prise en charge des patients atteints d’un diabète de type 2 : l’étude IPhoDia, illustration de l’engagement de MSD à l’officine. Courbevoie, le 26 janvier 2017.
1. Agence régionale de santé Île-de-France et IMS Health. Etude de l’observance médicamenteuse des patients diabétiques de type II en Île-de-France. Septembre 2016.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article