Lutte contre la lombalgie : les employeurs mis à contribution

Paris, le jeudi 8 novembre 2018 - Selon l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), deux salariés sur trois ont déjà souffert, souffrent ou souffriront un jour d’une lombalgie. Le coût représenté par cette pathologie, en termes d’arrêt de travail, est estimé à 1 milliard d’euros chaque année (12,2 millions de journées de travail, soit 57000 équivalents temps plein).

Cinq secteurs d’activité sont particulièrement concernés : le transport et la logistique, le bâtiment, l’aide et les soins à la personne, la gestion des déchets et le commerce. Dans le secteur des services à la personne par exemple, la part des lombalgies dans les motifs d’arrêt de travail s’élève à 31 %, contre 20 % pour la moyenne nationale.

Dans ce contexte, après sa campagne destinée au grand public : « mal de dos ? Le bon traitement, c’est le mouvement », la CNAM s’adresse désormais aux employeurs pour les sensibiliser à la lombalgie et à ses conséquences et les accompagner dans leurs démarches de prévention.

Le slogan de cette campagne « employeurs, faites du bien à votre entreprise, agissez contre le mal de dos » donnera notamment lieu à la publication de fiches sectorielles listant les actions de prévention à mettre en œuvre.

La CNAM va également développer l'action TMS pro qui a accompagné l'année dernière près de 8000 entreprises. Les actions dans ce sens vont pouvoir être renforcées grâce à une augmentation des fonds alloués (plus de 100 millions d’euros).

A ce titre, « plusieurs pistes sont à envisager pour prévenir le mal de dos : aménager les postes, réorganiser le travail, mais aussi former les personnels concernés », souligne Hervé Laubertie, responsable prévention des risques professionnels à la direction des risques professionnels de la CNAM.

Suivons Saint Joseph !

Parmi les bons élèves, la CNAM cite le Groupe hospitalier Saint-Joseph à Paris, qui, en facilitant le travail des aides-soignantes pour la manipulation des patients alités a réduit drastiquement l’incidence des lombalgies chez ces professionnels de 650 jours d’arrêt de travail liés à des lombalgies en 2011 à 15 en 2017 ! 

Notons que la lombalgie est également au centre d’un nouveau projet de recherche de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) en partenariat avec sa communauté de patients pour la recherche (ComPaRe). L’institution vient en effet de lancer un appel pour recruter 5 000 personnes suivies pour une lombalgie chronique.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Intérêt d'une ceinture de soutien lombaire à bretelles

    Le 08 novembre 2018

    Au Mexique, toute personne qui doit porter des charges se voit attribuer une CSL (ceinture de soutien lombaire) à bretelles, ce qui lui permet de ne la fermer que lorsqu'elle doit faire un effort. Non seulement la ceinture lui est fournie gratuitement, mais elle peut faire l'objet de sanctions si elle ne la porte pas. Le but, augmenter la pression intra-abdominale en renforçant le caisson naturel, pour soulager la pression discale.

    Jean Christophe Arias

Réagir à cet article