Médecins rendus responsables du drame de Millas : l’UFML riposte et défendra les mis en cause

Paris, le lundi 8 octobre – La semaine passée, Maître Jehanne Collard, qui défend la conductrice du car qui il y a un an à Millas a été victime d’un accident à un passage à niveau qui a entraîné la mort de six collégiens a dénoncé la responsabilité des médecins ayant prescrit des « somnifères » à sa cliente.

Ces déclarations ont courroucé un grand nombre de nos lecteurs ainsi que le président de l’UFML, Jérome Marty.

Ne pas laisser dire tout et n’importe quoi !

Interrogé par le JIM, Jérome Marty veut faire savoir que son syndicat ne « laissera pas passer » ce qu’il considère comme un « outrage ».

Aussi, d’une part, l’UFML étudie la possibilité d’attaquer au pénal maître Jehanne Collard et d’autre part mettra au service de la défense des médecins accusés son conseil, Me Frédéric Douchez du barreau de Toulouse.

« On ne peut pas imaginer un seul instant qu’un avocat s’arroge le droit de jeter à la vindicte le corps médical, surtout quand on connaît la fragilité actuelle de certains médecins (…) on ne peut pas laisser dire tout et n’importe quoi » tonne ainsi le Dr Jerôme Marty. 

Seul hic, l’UFML n’est, pour l’instant, pas parvenu à identifier le nom et l’adresse des différents praticiens concernés et les appelle à se rapprocher de son organisation…

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Politique de démantèlement de la médecine au travail

    Le 09 octobre 2018

    Ce n'est pas en pissant dans un flacon tous les 36 du mois que les médecins de la MT pourront avoir une action préventive et une visibilité sur l'état psychique des salariés. Voilà le résultat de la politique de restrictions massives de la médecine au travail : sans visite, sans médecin sans psychiatre, sans coordination possible, sans moyens.

    Dr Isabelle Gautier

  • Molècules psycho actives et vigilance

    Le 15 octobre 2018

    Si la conductrice avait eu une alcoolémie positive, s'en serait-on pris aux revendeurs de boissons alcoolisés (grandes surfaces ?) ou aux producteurs de vin ?

    La contre indication avec la conduite d'un véhicule est inscrite sur les boites de tranquillisants, Cette dame est une adulte qui sait lire, non ?
    Et que dire des somnolences postprandiales ? On s'en prend aux restaurants ? Aux fabricants de fromages bien gras ?

    C'est une manoeuvre dilatoire de l'avocate pour tenter de trouver à qui on pourra soutirer de l'argent (assurance professionnelle du médecin)ou sur qui faire reporter la responsabilité pénale.

    Beaucoup d'accidents de la route sont en rapport avec des fautes d'inattention ou de la fatigue qui cause des pertes de vigilance (30 % des morts sur autoroute sont liées à des endormissements). Celui là en fait sans doute partie, c'est dramatique mais accuser les praticiens est un peu facile et totalement injuste.

    Dr Remy Perdrisot

Réagir à cet article