Nîmes : première étape de l’obligation d’inscription à l’Ordre des infirmiers hospitaliers

Nîmes, le mardi 26 décembre 2017 - Dorénavant bien accepté par les libéraux, l’Ordre des infirmiers demeure contesté par les salariés.

Pour faire face à cette défiance, fin octobre, un projet de décret concernant l’envoi, par les établissements de santé, de listes nominatives des infirmiers salariés en vue de leur inscription ordinale était soumis pour avis au Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP).

En la matière, le CHU de Nîmes semble faire du zèle par la voix d’un courrier adressé à ses infirmiers. Celui-ci fait ainsi valoir qu’ « en tant qu'infirmier salarié du CHU de Nîmes, vous devez impérativement satisfaire à cette obligation d'inscription à l'ordre des infirmiers du Gard sous peine d'exercice illégal de la profession, puni (...) de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende » et de réclamer que soit « retourné impérativement à la direction des ressources humaines, avant le 31 décembre 2017 » le document d'inscription à l'Ordre.

Le syndicat CGT n’a pas manqué de réagir à cette missive en accusant la direction de CHU de faire l'amalgame entre plusieurs textes qui n'ont pas de lien direct entre eux pour présupposer une obligation d’inscription au tableau de l’Ordre.

A la CGT de conclure et de résumer : « le fait de ne pas être inscrit à l'Ordre ne fait pas des infirmiers du CHU de Nîmes des hors-la-loi ! »

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Exercice illégal

    Le 27 décembre 2017

    Que la CGT relise les textes... Les syndicats confondent défense du salarié avec défense de la profession. Je ne vois pas un syndicat défendre une quelconque profession !

    Charlaine Durand

  • Bien accepté ?

    Le 27 décembre 2017

    Les IDEL ne l'acceptent pas plus que les salariées, mais les ARS l'exigent pour l'autorisation d'exercer donc il n'y a pas le choix: il faut s'affilier à cet Ordre avec lequel règne un seul dialogue, les injonctions de paiement des cotisation!

    NB: On dit couramment "les infirmières", car avec 12% d'hommes dans la profession le féminin l'emporte.

    Catherine Harris

Réagir à cet article